Coronavirus : Christopher Nolan lance un appel à l'aide pour les salles de cinéma

Marion Barlet | 23 mars 2020 - MAJ : 23/03/2020 17:39
Marion Barlet | 23 mars 2020 - MAJ : 23/03/2020 17:39

L'un des plus grands réalisateurs contemporain, Christopher Nolan, a rappelé le péril qu'encourait le cinéma et particulièrement ses salles en cette période de coronavirus.

Tous les milieux se mobilisent pour sauver l'industrie du cinéma en pleine noyade. Alors que la pandémie fait rage et a nécessité l'arrêt de tournages, la fermeture des salles et le report des sorties, certaines entreprises investissent des millions pour aider leurs employés au chômage (comme Netflix), et d'autres échafaudent des plans pour maintenir des métrages la tête hors de l'eau (comme le CNC). Si le drame artistique nous tracasse - déjà une semaine sans grand écran, on suffoque ! - c'est le drame humain qui reste le plus inquiétant.

 

PhotoMétaphore de l'industrie cinéma en ce moment

 

Des centaines de milliers de travailleurs issus de l'industrie cinématographique se sont retrouvés sans emploi, du jour au lendemain. Derrière cette mise à l'arrêt, il ne faut pas oublier la diversité des métiers, comme l'a rappelé Christopher Nolan dans The Washington Post, où il s'est fendu d'une plaidoirie lyrique pour rappeler que la dame pipi était aussi impactée par la crise :

« Quand les gens pensent au cinéma, leur esprit va d'abord aux stars, aux studios, au glamour. Mais l'industrie du cinéma concerne tout le monde : les personnes qui travaillent au pop-corn, qui font fonctionner l'équipement, qui impriment les tickets, qui prennent les réservations, qui font de la publicité et qui nettoient les toilettes dans les locaux.

En tant que cinéaste, mon travail ne peut jamais être complet sans ces travailleurs et le public qu'ils accueillent.

 

Photo Christopher Nolan, Fionn WhiteheadChristopher Nolan (à gauche)

 

[J'en appelle à] un partenariat stratégique et avant-gardiste des studios. Les dernières semaines nous ont rappelé, si nous en avions besoin, qu'il y a des moments où aller au cinéma n'est pas une priorité. Mais, quand on considère tout ce qu'impliquent les salles de cinéma, peut-être que ce n'est pas si vrai que ça. (...) Nous avons besoin de ce que les films peuvent nous offrir. »

Si jamais vous n'étiez pas au courant, Christopher Nolan le rappelle : un film ne se fabrique pas tout seul et c'est une expérience collective. Quant à l'allégation sur le partenariat des studios, elle peut se comprendre dans la lignée de la NATO (association nationale des cinémas indépendants américains), qui a demandé une aide financière au gouvernement, afin de subsister. Le réalisateur demande une solidarité collective et place la balle dans le camp des studios.

Se serrer les coudes, croire en la magie du cinéma, rester forts et confiants dans la bataille, voilà de quoi redonner le moral aux troupes ! Reste une question : combien le commandant Nolan donnera-t-il à dame pipi ? Pas sûr qu'elle accepte les Blu-ray dédicacés. Tenet est toujours prévu pour le 22 juillet 2020 en France.

 

Affiche française

commentaires

reallu
24/03/2020 à 12:35

moi meme jivais au cine de moin en moin , il faut avoir le temps avoir envie d'aller et surtout aller avec des pote et souvent avec les belle scene de bande annonce on se fait avoir, et les films d,aujordhuis comme dit plus haut c'est du vu et revu reboot , remake , spin off... et avec les films remake feminin navet et les films a gros budget avec que des effet... maintenant c'est les plateforme svod qui cartonne surtout en ce moment, qui produit des bon film series a moyen et gros budget aussi.

Caroline
24/03/2020 à 07:36

Moi quand je vais au cinéma, c'est pour découvrir une histoire, être transportée... Donc marre de ces films qui sentent le déjà vu, càd les remakes, les biopics, les énièmes adaptations de roman, les films basés sur des faits-divers vus aux infos 3 ou 4 ans auparavant ("Traque à Boston" en 2016 sur l'attentat du marathon de Boston par ex), etc. Depuis le confinement je me mate des films des années 2000, époque où les scénaristes inventaient des histoires.

I love Corona
24/03/2020 à 06:30

il flippe à fond le pauvre, combien il a coûté son film "Telnet"
250 millions de dollars? (hors promo), son plus gros big budget
donc son film va se crasher inevitablement,il est déja dans le mur financier

J’ai le LG C9 65 pouces à la maison ...
24/03/2020 à 05:17

Alors le cinéma maintenant ? Bas les couilles

Chris11
23/03/2020 à 20:16

C'est moi ou j'ai l'impression que l'article est un tantinet moqueur?

Numberz
23/03/2020 à 19:41

Assez d'accord avec mon voisin du dessous. J'ai comme l'impression que le monde du cinéma va avoir du mal à s'en remettre. Du petit cinéma indépendant au grand studio. Il va y avoir beaucoup de victimes. Le survivant n'en sortira que plus fort. A voir, mais je pense que le model Netflix et consort seront les grands vainqueurs. Triste période. Et je suis pessimiste.

Stivostine
23/03/2020 à 19:12

Cinema is dead, bientôt qq films à 500 voir 800 M de $ sortiront par an sur grand écran, qq uns feront de la resistance, le reste sur le net (et ca a déjà commencé avec marvel vs scorcese/netflix).

votre commentaire