Sans rire : Pierre Niney réalise son premier film, sur une dictature de l'humour

La Rédaction | 10 janvier 2020
La Rédaction | 10 janvier 2020

Pierre Niney sera acteur et réalisateur de Sans rire, co-écrit avec Igor Gotesman.

J'aime regarder les filles, Comme des frères, 20 ans d'écart, Yves Saint Laurent, Un homme idéal, Frantz, L'Odyssée, Sauver ou périr... En une décennie et un paquet de films et succès, Pierre Niney s'est imposé sur la scène, devenant un visage phare du jeune cinéma français. Et alors qu'il tourne actuellement OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire de Nicolas Bedos, face à Jean Dujardin, il trouve le temps de lancer son premier film comme réalisateur.

Un joli communiqué de presse arrivé dans les boîtes mail ce matin annonce que Trésor Films et Ninety Films (la société de production de l'acteur césarisé) lancent la production de Sans rire, une comédie réalisée par Pierre Niney, qu'il a co-écrite avec Igor Gotesman, son compère sur la série Casting(s) et pour le film Five.

 

Photo Pierre NineyIllustration presque trop simple de Pierre Niney qui écrit

 

Rien de spécial à voir un acteur si populaire passer derrière la caméra. Mais le pitch intrigue, lui :

"Si l’État de Balk a limité les libertés individuelles de ses citoyens, il a surtout la particularité d’avoir banni toute forme d’humour et de comédie depuis 30 ans. Un État où chaque fou rire est un motif de garde à vue, chaque maladresse une « tentative d’incitation au rire », chaque jeu de mot un acte de rébellion... Alain, la soixantaine, y mène une existence monotone et solitaire depuis que sa femme a fui cette dictature.
Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec Max, jeune homme de 25 ans, qui n’a jamais connu l’émotion d’un éclat de rire mais qui est prêt à tout pour découvrir l’humour…"

Une petite dystopie à la Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf, en voilà une bonne idée. Difficile de ne pas y voir une critique de la bien-pensance, de l'humour politiquement correct et d'une société qui a verrouillé l'humour pour éviter tout risque, avec un petit air facile de George Orwell. Le titre aurait pu être "On ne peut plus rien dire".

Le tournage est prévu pour début 2021, pile après la sortie de OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, prévu pour le 3 février 2021. Pierre Niney est aussi attendu dans les thrillers Lisa Redler de Nicole Garcia, et Boîte noire, où il retrouve Yann Gozlan après Un homme idéal, en salles le 18 novembre prochain.

 

photo filmPierre Niney et Igor Gotesman, en bas à droite

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Sharko
10/01/2020 à 23:28

Découvert Five récemment. Une bonne surprise.

Syroz, le réveillon est terminé depuis une semaine.

...
10/01/2020 à 21:33

Courage à EL pour les commentaires des rageux !

Interpol(TheBand)
10/01/2020 à 17:27

Les commentaires d’écran large, mon péché mignon ????. Courage à vous EL.

Simon Riaux - Rédaction
10/01/2020 à 17:16

@syroz

"ça juge un film à son pitch"

Bah non, ça juge rien du tout.
Ça se demande juste de quelle manière le dit pitch fait écho à son époque. Parce qu'un film est toujours, d'une manière ou d'une autre, le produit de son époque.

Et en disant ça, on ne dit rien du film. Qu'on n'a pas vu.

Faire un parallèle littéraire, c'est simplement proposer des pistes de lecture (plutôt flatteuses d'ailleurs). Et pour la pudibonderie, je veux bien que vous nous expliquiez de quoi vous parlez.

syroz
10/01/2020 à 17:08

'Difficile de ne pas y voir une critique de la bien-pensance, de l'humour politiquement correct et d'une société qui a verrouillé l'humour pour éviter tout risque, avec un petit air facile de George Orwell. '
ça juge un film à son pitch.
Mais juste f*rmez-la ecran large, vous etes d'une lourdeur inouie.
Arretez de coller votre ideologie tordu à tout ce qui bouge. Pierre Niney n'est vraiment pas réputé pour son irreverence, votre pudibonderie est encore plus mal placé que d'habitude.

votre commentaire