Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 27 décembre 2019
La Rédaction | 27 décembre 2019

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

photo, Penn BadgleyAre YOU ready ?

 

PERDUS DANS L'ESPACE - saison 2

Ça parle de quoi ? Sélectionnée pour coloniser une nouvelle planète, loin de la Terre, famille Robinson s'écrase sur une planète inconnue. Ils vont devoir travailler ensemble pour survivre, et affronter de nombreux dangers. 
 
Pourquoi il faut le regarder ?
Pare que le divertissement d'aventure, ambitieux, familial  et grand  public, se fait rare. Combien d'oeuvres nous ont proposé de participer à une formidable odyssée, à la fois familiale et trépidante, au cours de ces dix dernières années ? Bien peu. Et en découvrant Perdus dans l'espace, on se dit qu'il fallait au moins une maison-mère du volume de Netflix pour produire une épopée aussi aboutie techniquement, plaisante, et riche d'un solide casting. Et puis, comme tout cela  se passe dans l'espace, avec des bébêtes et des robots, on n'est pas du genre à faire les difficiles.
 

photo, Molly ParkerDans l'espace, personne ne vous entendra jeter vo enfants dans le sas.

 

YOU - saison 2

Ça parle de quoi ? Un libraire devient peu à peu obsédé par une jeune femme aspirante écrivain. Un coup de cœur qui vire à l'obsession dangereuse et effrayante, tandis qu'il met tout en œuvre pour se rapprocher d'elle. 
 
Pourquoi il faut le regarder ?
Parce qu'avec ses défauts et ses facilités, YOU demeure une proposition férocement excitante : utiliser tous les codes de la comédie romantiques pour les retourner contre eux-mêmes, au sein d'un thriller qui fleure bon les psycho-suspense des années 90. Alors  que le regard sur la représentation des hommes, des femmes et de la séduction évolue, dans la société civile et de l'autre côté de l'écran, la série s'impose comme un divertissement remarquablement efficace, et capable d'entretenir un plaisir vachard quant à chacun de ses cliffhangers. Il ne reste plus qu'à espérer que cette seconde saison aura bien digérée celle qui l'a précédée, et saura nuancer, affiner et démultiplier les qualités qui ont fait son succès. Avec un casting en partie renouvelé et un public prêt à jubiler et trembler, gageons que le défi sera relevé.
 

photo, Penn BadgleyAdopt'un Psychopathe

 

MANCHESTER BY THE SEA

Ça parle de quoi ? Un homme originaire de Boston revient sur ses terres natales à l'occasion de la mort de son frère.
 
Pourquoi il faut le regarder ?
Sous ses airs  de grand tire-larmes, le mélo est un art délicat, qui réclame une infinie précision, tant pour émouvoir que pour raconter quelque chose, au-delà de la vallée de larmes qu'il nous propose de traverser. Et en la matière, Manchester by the Sea fait figure de chef d'oeuvre total. Kenneth Lonergan suit ici les pas d'un homme qui va tenter d'accompagner son neveu à l'occasion d'un deuil d'autant plus difficile qu'il réveille ses propres traumas.
 
Avec une sensibilité effarante et une grande sobriété, le scénario fait s'entrechoquer des personnages magnifiques, aux prises avec une existence qu'ils éprouvent les plus grandes difficultés à surmonter. Sans jamais jouer la carte du pathos ou du désespoirManchester by the Sea questionne le courage fondamental qu'exigent de nous les épreuves à la fois terribles et banales, qui jalonnent nos vies. Simple et bouleversant, le film n'a pas volé ses récompenses.
 

Photo Casey AffleckLe meilleur rôle de Casey Affleck

 

LE BAZAR DE LA CHARITE

Ça parle de quoi ?
Paris, 4 Mai 1897. Un incendie dévastateur détruit en quelques minutes le Bazar de la Charité, l’édifice abritant une manifestation caritative très courue, faisant plus de 120 morts ; essentiellement des femmes de la haute société et leur personnel. A cette occasion, trois femmes, Adrienne De Lenverpre, Alice De Jeansin, et sa bonne Rose Rivière voient leur destin bouleversé. Usurpation d’identité, amours interdites, changement radical de vie, émancipation, cette mini-série nous plonge dans la société parisienne de la fin du 19e siècle, en suivant le destin romanesque de ses trois héroïnes.
Pourquoi il faut le regarder ?
On décrit souvent les chaînes télévisées historiques comme des canaux de divertissement désuets, bien mal en point quand vient l'heure de se renouveler et de créer du lien avec des générations désormais rompues aux codes de séries internationales prestigieuses, produites par des plateformes aux ambitions démesurées et aux moyens colossaux. Le Bazar de la charité est venu prouver qu'il ne fallait pas enterrer trop vite les vieux de la vieille.
En effet, la recette de ce drame historique s'avère aussi maline qu'implaccable. Mettant en lumière une tragédie désormais un peu oubliée du grand public, portée par des personnages forts, autorisant le récit à embrasser bien des passions françaises, tout en proposant un instantané des rapports de classe, la série livre un divertissement aussi prenant qu'intense, au succès fulgurant lors de sa diffusion télévisée.
 

Affiche officielleOui alors rien à voir avec le Bazaar de Stephen King hein

 

FAST & FURIOUS : SPY RACERS

Ça parle de quoi ? Une série animée dans l'univers de Fast & Furious
Pourquoi il faut le regarder ?
Parce que dans la  vie on n'a pas toujours ce qu'on veut. Vous pensiez que les fêtes rimaient avec champagne, caviar, alcools fins, et débauches entre cousins ? Non, pas de bol, cette année il sera question de végéter avec vos mômes sur les genoux, pendant que ces derniers se rayent la cornée avec un spin-off de Fast & Furious. Et ouais. C'est moche, mais c'est comme ça.
 
Et puis il faut le comprendre Vin Diesel, comment voulez-vous que la franchise perdure jusqu'à la fin des temps si elle ne se renouvelle pas. Après presque deux décennies de marcels imbibés de sueur et de répliques écrites à l'huile de vidange, la marque prend le risque d'apparaître tôt ou tard ringarde à de futurs spectateurs, encore en culotte courtes. Il faut donc récupérer la marmaille au berceau et lui expliquer que crise écologique ou pas, deux choses comptent dans la vie : la famille, et les grosses voitures qui roulent très vite.
 

Fast & Furious : Spy RacersSi si la famille

 
 
 
 

Tout savoir sur YOU

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Starlord
29/12/2019 à 23:44

Blanc ou noir, il y a de serieux connards dans les comm en dessous.
Malheureusement la connerie n a pas de couleur, et il y en a bcp partout.
Faut arretter avec votre racisme pour ceux qui supportent pas 1 noir a l ecran, et a l inverse les gens de couleur faut arretter avec votre sentiment de persecution. Will smith est black et beaucoup de ses films ont cartonne et personne n a en jamais rien eu a faire de sa couleur. Et c est pas le seul.
Quand 1 film ou un acteur est bon, je m en carre de sa couleur ;)

Mokko
29/12/2019 à 16:46

Hate de voir la saison 2 de perdu dans l'espace, noir pas noir, rien à branler, un acteur à toujours pu jouer n'importe quel rôle, les artifices existes, les scénaristes sont libre de manipulé leurs personnages pour leur faire préféré un personnage à un autre que les acteurs soient excellent ou non.

Mais grâce à ces personnes qui ont précédemment commenté, j'ai découvert un nouveau mot effarant, "cuck", dont la signification est aussi basse que son utilisateur.

Cela n'améliore pas la langue française...

MystereK
29/12/2019 à 10:44

MOUAI C'est parce que Netflix a aussi participé au financement du Bazar de la Charité..

MystereK
29/12/2019 à 10:41

BLACKWASHING regardez la série avant de critiquer, et les représentation ethniques, la seule chose de flagrant, c'est qu'elles existent dans notre sociétés et qu'il ne faut donc pas les cacher au cinéma ou à la télévision, qui plus est lorsqu'il s'agit d'une relecture sous forme de science-fiction d'une histoire où des Suisses sont naufragés... alors qu'aucun des acteurs ici n'est Suisse et là vous ne criez pas au scandale... mon dieu, qu'elle étroitesse d'esprit vous faites preuve.

J'en ai une plus grosse que toi
29/12/2019 à 01:48

@Mouai : ok le cuck, on y croit tous.

Pataye
28/12/2019 à 19:52

Moi j'aime bien Perdu dans l'espace, et je vous emmerde, autant fachos racistes que défenseurs des ethnies qui ne savez pas faire la moindre différence tant le problème est comportemental pas un problème de couleur de peau.

Mouai
28/12/2019 à 16:31

@Ecran Large:
Cuck, "cocu" insulte de petit facho du web désignant les "gauchistes" d'après l'insultant. Toute personne qui serait traitre à son héritage ou son ethnie, qui verrai d'un oeil bien veillant l'immigration, le multiculturalisme, la tolérance LGBT+, le métissage... donc voilà le genre de gens que vous laissez commenter.

@Cuckophobe/ Blackwash: malheureusement je ne suis pas un cuck, je suis bien pire, je suis "l'autre". Noir, musulman, grand, costaud, ton cauchemar mon pote, ton remplaçant... Tu ne m'aurai jamais dit ce que tu as dit IRL, et d'ailleurs tu ne l'a jamais dit aux gens que tu as croisé dans la rue, tu es venu ici cracher ta frustration.

Concernant l'article, est ce que Netflix un peu surprenant de voir des séries TF1 arriver sur la plateforme.

Mouai
28/12/2019 à 03:56

@blackwash machin truc, bof, tu as bien réussi à caser la lecture et l'écriture dans ton cerveau étriqué.... Qu'est ce qu'on s'en branle franchement?? Et "ça devient flagrant" Quoi donc??
Ya surement un site de cinéma pour platistes, racistes, syndrome Dunning Kruger dans votre genre.

D'ailleur tu remarque à quel point en France on réussi à se défendre contre cette invasion noirabochinofeministe hein. Castings, concepts, scénariste, blancs de chez blancs... on résiste bien.

Blackwash machine
28/12/2019 à 00:24

Ils ont réussi à caser une fille noire dans une famille blanche pour Perdus dans l'espace, ça devient flagrant...

Blackwashing
28/12/2019 à 00:22

Ils ont réussi à placer une black dans la famille Robinson de Perdus dans l'espace, trop forts les mecs.

votre commentaire