The Irishman : la fresque épique de Scorsese se dévoile dans un trailer dingue avec un Robert De Niro rajeuni

Alexandre Janowiak | 26 septembre 2019 - MAJ : 26/09/2019 17:38
Alexandre Janowiak | 26 septembre 2019 - MAJ : 26/09/2019 17:38

The Irishman arrivera le 27 novembre prochain en France sur Netflix.

À quelques heures de sa présentation en avant-première mondiale en ouverture du Festival de New York (et à un petit mois de son passage au Festival Lumière de Lyon et à la Cinémathèque de Paris), The Irishman est au centre de toutes les attentions. Le long-métrage de Martin Scorsese, produit et distribué par Netflix à travers le monde, s'annonce comme une grande fresque épique sur le crime organisé, suivant les pas du majestueux Il était une fois en Amérique de Sergio Leone.

Alors qu'on sait que le film durera environ 3h30, et qu'une première bande-annonce alléchante a été dévoilée fin juillet, le film se montre un peu plus. Lors du Tonight Show de Jimmy Fallon, un nouveau trailer plein d'images inédites a été diffusé.

 

 

En voyant ces nouvelles images, on se dit que The Irishman pourrait bien être beaucoup plus fou que prévu. Ultra-rythmée, cette bande-annonce rappelle d'ailleurs bien plus la folie du Loup de Wall Street que la rigueur du chef-d'oeuvre de Sergio Leone. Mais ce n'est pas un mal pour autant, au contraire. Il est plutôt rassurant de voir que Martin Scorsese a choisi sa propre voie, lui qui est capable de mettre en scène des films dynamiques, extravagants et complètement dingues à plus de 70 ans, plutôt que de pasticher l'oeuvre d'un autre.

De plus, si l'on comprend mieux les nombreux enjeux du film à travers ce trailer et l'ampleur de l'histoire qui nous attend, The Irishman semble avoir réussi son pari sur le rajeunissement (et le vieillissement) de ses personnages. Le travail sur Robert De NiroJoe Pesci et Al Pacino est assez remarquable, et exception faite d'un plan qui ressemble à une cinématique de jeu vidéo, le résultat semble à la hauteur des ambitions et des attentes.

 

Photo Robert De NiroOn dirait un peu du Call of Duty

 

En plus du trailer, Netflix a dévoilé un synopsis plus complet du long-métrage :

"Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci apparaissent dans The Irishman de Martin Scorsese, une épopée épique du crime organisé dans l'Amérique d'après-guerre racontée à travers les yeux de Frank Sheeran, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, qui a travaillé aux côtés des plus grandes figures notoires du 20e siècle. Le film, qui couvre plusieurs décennies, relate l'un des plus grands mystères non résolus de l'histoire américaine, la disparition du légendaire dirigeant syndical Jimmy Hoffa, et propose un parcours monumental à travers les coulisses du crime organisé : son fonctionnement interne, ses rivalités et ses liens avec la politique traditionnelle."

Reste donc maintenant à savoir si le film tiendra toutes ses promesses. Avec une présentation ce vendredi 27 septembre à New York, les critiques devraient vite tomber et l'on devrait très vite être fixé. En France, sauf pour les chanceux qui auront l'occasion de participer à des projections exceptionnelles du film sur grand écran, The Irishman sortira uniquement sur Netflix le 27 novembre prochain.

Enfin, pour les plus impatients, on vous conseille de lire J'ai tué Jimmy Hoffa de Charles Brandt (I Heard You Paint Houses en version originale) sur lequel est basé le film.

 

Affiche française

Tout savoir sur The Irishman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

tchomil59
27/09/2019 à 16:38

Pourquoi il a pas utiliser le même procéder que Will Smith ?

rocky
27/09/2019 à 00:25

@Simon Riaux - Rédaction : Ah ok, merci pour cet éclairage. Je ne réalisais pas que le délai pouvait être aussi long.

Birdy
26/09/2019 à 21:25

Pas pu regarder cette BA en entier. Ignoble ce rendu des visages.

Jean-Michel Jarre Jarre
26/09/2019 à 21:08

Le pitch fait quand même furieusement penser à American Tabloid d'Ellroy...

OK, y a pire comme filiation, mais quand même !

corleone
26/09/2019 à 18:52

Idem pour moi, le procédé de rajeunissement sur De Niro est douteux, le maestro ressemble juste à une victime d'un mauvais lifting du visage à la recherche de son chirurgien plasticien pour le crucifier... A un moment je me demande s'ils auraient pas dû chercher de "vrais jeunes acteurs" pour les interpréter jeunes comme ce fût le cas pour le même De Niro qui interpretait magistralement le Vito Corleone jeune de l'immense Brando dans Le Parrain 2. Les nouvelles technologies cinématographiques c'est bien mais vaudrait mieux faire recours aux bonnes vieilles méthodes classiques quand il y'a dysfonctionnement... Dans le cas où ce résultat hideux de la BA reste pareil sur le rendu final du film, je pense que ça déconcertera beaucoup de personnes et sortiront même certains du film comme on peut le constater ici et ailleurs (même sur les forums américains) mais je gardes mon optimisme car c'est mon film le plus attendu de l'année avec The Joker.

Chris
26/09/2019 à 17:21

Ahah mais c'est Ray Romano mdr Tout le monde va aimer ce film vu que tout le monde aime Raymond :)

Blop
26/09/2019 à 15:46

Ça fait un peu un côté expendable version mafia. En tout cas j'ai vraiment hâte.

captp
26/09/2019 à 15:09

bordel... voir tout ces grands acteurs que j'ai tellement adoré gamin (De-Niro, Pacino, Keitel ) dans cette ba du grand Martin Scorsese m'a foutu la chair de poule .
mais oui ,moi aussi j'y ai laissé un oeil sur l'image "cod"...
Mais c'est scorsese ,sa 3D était très bonne dans Hugo Cabret, je ne peux pas envisager une seconde que le film implose à cause d'un rajeunissement dégueulasse.
ou alors ces scènes seront anecdotiques ... bref je garde une foi inébranlable en lui :)

Cacouac
26/09/2019 à 15:08

Le rajeunissement tel qu'on le voit là ? Mouais, gros bof.
Mais tout le reste ressemble à du pur Scorsese, dense, vif, âpre. C'est la seule chose que je retiens.


26/09/2019 à 14:14

Ca à l'aire dingue ! très hate de voir ça !
Petit bémol par contre pour la technique du lifting numérique, c'est toujours aussi dégueulasse .

Plus

votre commentaire