Deadpool : finalement, une suite familiale et gentille n'est pas impossible chez Disney

La Rédaction | 7 août 2019
La Rédaction | 7 août 2019

Quand Disney a racheté le catalogue de la Fox, tout le monde a craint pour l’avenir de l’impertinent Deadpool. Et malgré les dénégations du grand patron Bob Iger, il y a de plus en plus de raisons de s’inquiéter.

Studio familial devenu empire international du divertissement, Disney s’est positionné comme le producteur de super-produits, centrés autour du cinéma et de l’image animée, pensés pour pouvoir séduire des publics internationaux grâce à des œuvres répondant à sa bannière familiale. Produits coûteux par définition, les métrages Disney sont pensés pour rassembler le public le plus large possible. Et ça marche, comme le prouve encore 2019, année-record pour Mickey.

C’est la raison pour laquelle le studio se refuse catégoriquement à produire un film qui puisse écoper d’un classement R sur le sol américain (interdit aux mineurs non-accompagnés de moins de 17 ans), selon une ligne définie par le fondateur de l’entreprise, Walt Disney lui-même. Le studio a pour cela créé ou acheté d'autres filiales, comme Buena Vista.

Pour installer la viabilité du système et in fine la suprématie de la structure, il est vital d’obtenir la confiance du public, à commencer par les parents : ils ne peuvent être surpris en emmenant leurs chères têtes blondes voir « un Disney ».

 

Photo Ryan Reynolds"It's a business doing pleasure with you"

 

Même constat pour les Marvel, produits américains par excellence, dont une grande partie du public est composé de marmots ou de pré-ados, dont les parents peuvent surveiller les visionnages. Si cette confiance entre le détenteur du porte-monnaie et le producteur de contenu se voyait rompue, c’est toute une philosophie d’entreprise qui vacillerait.

Dans ces conditions, difficile d’imaginer Disney produire du R, à l’exception peut-être de franchises célèbres et prestigieuses, à l’image suffisamment forte pour ne pas être trop colorée par la marque. Par exemple un Alien, même produit par Disney, a peu de chance d’engendrer de confusion. Un Deadpool relié au MCU, mais classé R, pourrait en revanche faire voir flou à pas mal de puritains.

D’où une déclaration au micro de Yahoo movies UK du réalisateur David Leitch, précédemment aux commandes de Deadpool 2, qui évoque les multiples possibilités offertes au personnage… dont un abandon du classement R.

 

photo Once upon a deadpoolIl était une fois la tristesse

 

« C’est classé R, et ça n’est pas vraiment l’identité du MCU. Après, rien n’oblige à faire un Deadpool R, tout comme Disney n’est pas tenu de se limiter aux films PG-13. Je pense que nous trouverons un terrain d’entente. »

Difficile de croire que le terrain d’entente se traduise autrement que par un adoucissement du héros adepte de la destruction du 4e mur. À ce titre, Once Upon a Deadpool, la version tout public du dernier chapitre de la franchise, a définitivement des airs de ballon d’essai.

 

X-ForceVers la Z Force ?

commentaires

Micju
12/08/2019 à 08:27

Disney aime l’argent si c’est plus payant d’avoir une cote R ils feront un film avec une cote R.

Bob
07/08/2019 à 20:40

Vivement le reboot d'Alien avec les gentils bébés xénomorphes recueillis par une héroine homo

Simon Riaux - Rédaction
07/08/2019 à 16:11

Alors attention, le classement R c'est une norme américaine (qui existait dans les années 90), l'interdiction aux moins de 12 ans, c'est le système de classification français.

Phil
07/08/2019 à 16:09

Je me souviens qu’à une époque où les Schwarzzy et Stallone régnaient en maître sur le BO il n’y avait pas de classé R ou autre, mis à part un interdit au moins de 12 ans.
Et pourtant des mecs tués à bout portant, décapités ou bien brûlés vifs il y en avait un paquet et notre génération n’en est pas devenu psycho pour autant.

Ah les 90’s...

aucunavenir
07/08/2019 à 13:38

Franchement j'ai jamais trouvé deadpool super violent, qqe part je me demande même s'ils n'ont pas eux même demandés le classement R. D'ailleurs dans la plupart des pays il est classé 16 et en France, imdb rapporte un classement à 12 ans. C'est dire la violence... Ils peuvent bien faire du Marvel avec ce truc, est-ce qu'on verra vraiment une différence ?
The Boys c'est bien plus violent, entre les cranes explosés dans des accidents amoureux, les viols à la Wenstein et les animaux en voie d'extinction réduit en bouillit par un 90 tonnes, entre les 2, y'en a un qui est clairement R et l'autre au mieux il fait 13-16. Mais bon les usa c'est spécial, puis qqe part c'est un peu dans la culture des comics d'être censurés, c'est pour ça que la bd franco-belge et les mangas ont souvent de bien meilleurs scénarios.

Greg
07/08/2019 à 12:27

Ça va, c'est pas comme si Deadpool était super subversif dans son genre. C'est de l'humour grossier, et du sang numérique, rien qui soit révolutionnaire en soit. Qu'ils fassent de bons films déjà, avant de s'inquiéter du PG13 ou du R !

DarkRevan75
07/08/2019 à 12:02

Blablabla...même situation que venom: objectif : produits dérivés pour les gosses, donc film familial.
Faudra boycotter ça

saiyuk
07/08/2019 à 11:44

et si c'est le cas j'espére pour eux que ce sera un echec cinglant...

CH
07/08/2019 à 11:31

intervention de M1pats defendant Mickey et ses decisions lui permettant d'aller au cinema avec toute sa petite famille dans 3..2...1...

zetagundam
07/08/2019 à 11:30

C"est étonnant !
Personne ne s'y attendait :D

votre commentaire