Comme Steven Spielberg, Leonardo DiCaprio a peur pour l'avenir du cinéma à cause de Netflix et ses concurrents

Déborah Lechner | 25 juillet 2019
Déborah Lechner | 25 juillet 2019

Le cinéma traditionnel a été bousculé par l'arrivée du streaming et cette profonde mutation semble inquiéter Leonardo DiCaprio.

Si Hollywood s'ouvre progressivement à Netflix, le streaming est encore loin de faire l'unanimité auprès des grands noms du cinéma. Après Xavier Dolan, Steven Spielberg et Martin Scorsese, c'est au tour de Leonardo DiCaprio de prendre la parole à ce sujet. L'acteur ne se veut ni défenseur ni détracteur, mais s'inquiète simplement de la disparition des films projetés en salles.

A l'occasion d'une interview avec Variety, l'acteur actuellement à l'affiche de Once Upon a Time... in Hollywood de Quentin Tarantino est revenu sur la prolifération du streaming et contrairement à Xavier Dolan qui parlait de "contenus extrêmement chiants et mauvais", lui en pense beaucoup de bien :

"On rentre dans cette ère du streaming où les choses sont si immédiates que tout d'un coup vous avez une nouvelle série géniale de huit épisodes que vous pouvez regarder presque tous les deux jours."

 

Photo Leonardo DiCaprioLeonardo DiCaprio dans le prochain Once Upon a Time... in Hollywood

 

L'acteur d'Inception a pris le nouveau film de Tarantino comme exemple, le considérant comme un des derniers vestiges du cinéma traditionnel et l'idée de l'expérience cinéma à plusieurs plutôt que seul :

"Quand vous parlez d'un film où tout Hollywood Boulevard a été transposé à l'ère 1969 sans CGI, c'est un vrai retour à une époque du cinéma qu'on ne connaitra plus. D'une certaine façon, c'est un peu comme un dinosaure. J'espère juste que nous allons continuer à vivre cette expérience commune d'aller voir une oeuvre d'art ensemble et de l'apprécier."

Dans Once Upon a Time... in Hollywood qui se déroule à la fin des années 60, Leonardo DiCaprio incarne une star de Los Angeles dépassée par la transformation de l'industrie cinématographique, un sujet plus que jamais d'actualité avec l'avancée du streaming et les futures plateformes en développement (Disney +, WarnerMedia...). Le film sortira en France le 14 août prochain.

 

Affiche française

Tout savoir sur Leonardo DiCaprio

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
jorgio69
27/07/2019 à 11:12

Assez d'accord avec tout ce qui ce dit.
Je me demande si DiCaprio en a parlé avec Scorsese qui sortira bientôt "The Irishman" sur Netflix.
Je ne sais pas s'il y a lieu de s'inquiéter pour le cinéma. Des films très mauvais atteignent le milliard en 1 semaine: cela fonctionne, le chaland est appâté.
Là où il pourrait y avoir de l'inquiétude, c'est sur la liberté artistique plus importante accordée aux réalisateurs même si ce n'est pas un gage de qualité.
Dans un monde cinématographique devenant plus que jamais boursoufflé par la course aux billets verts où la plupart des producteurs ne sont rien de plus que des petites crapules de cols blancs donnant, sans gêne, des leçons sur le métier des artistes qui le pratiquent tout les jours, la migration vers d'autres systèmes de distribution peut paraitre plus qu’alléchante.
Zack Snyder ne s'en ai pas caché après l'enfer que lui à fait vivre Warner sur son JLA. "Je n'ai plus de menottes" dixit une de ses récentes interview. C'est incroyable de dire une chose pareille enfin.

Rudy Mako
27/07/2019 à 03:19

Ce qui est important c'est le rendu, le contenu

TomTom
26/07/2019 à 11:55

Je ne vais plus au cinéma depuis plus de 7, 8 ans maintenant, principalement à cause des voisins bruyants. En outre le prix de la première séance du matin à l'UGC a sauté, c'était un prix raisonnable pour Paris (5€ je crois), maintenant il n'y a plus que un prix unique pour toutes les séances avant midi donc BIEN plus cher... c'est le contre-coup de la carte d'abonnement qui a peut-être plus bouleversé l'univers du cinéma en France que le p2p.

Et puis, à part quelques blockbusters, je regarde surtout les films en N&B des années 40 et 50 : Cary Grant, James Stewart, Greta Garbo etc etc les classiques dont on parle encore 70 ans après :-)

Opale
26/07/2019 à 11:16

Tellement d'avis que je partage sans réserve! C'est un discours que l'on entends de plus en plus: l'irrespect, l'incivisme des gens dans les salles de ciné. Tant mieux pour certains s'ils échappent à ce fléau mais une majorité trouve cela chiant et fuit les salles de ciné. C'est mon cas. Aucune réaction des exploitants de salles qui, comme lu dans les messages, font le service minimum: plus personne en salle pour surveiller ou ramener l'ordre, nettoyage minimal (faut voir comme les gens sont des porcs!) mais en revanche les même exploitants vendent un max de cochonneries sucrées bien bruyantes à ouvrir... Bref, pour moi le ciné est en mutation mais on le voit bien, c'est dans l'air du temps: à l'avenir ce sont les films qui vont venir aux spectateurs et non l'inverse... Et je ne dis pas que c'est un bien.

Sébastien
26/07/2019 à 11:00

Il n'a pas tort, mais le cinéma ne va pas disparaître à cause de Netflix. Tout simplement parce que Netflix n'atteindra jamais le prestige du cinéma, qui s'est construit au fil des décennies et de ses productions.
Il y a bien plus de chance que le cinéma "classique" disparaisse à cause de Disney et de la médiocrité effarante d'Hollywood depuis pratiquement une génération.
Tout l'argent du monde ne peut produire des séries cultes et des chefs d'oeuvre à la chaine. Au passage, une série culte n'a rien à voir avec une série populaire. Game of Thrones n'est pas une série culte. Stranger Things non plus, en tout cas, ça m'étonnerait qu'elle le devienne.
Au cinéma, citez-moi un seul film pouvant être considéré comme un chef d'oeuvre ou un classique dans les 20 dernières années. Aucun blockbuster ne devient un classique, sauf ceux de Spielberg, puisqu'il en est l'inventeur avec son compère Lucas. Et après eux? Un Terminator ici, un Seigneur des Anneaux là, un Matrix (il y a donc pile 20 ans) et?

sylvinception
26/07/2019 à 10:39

Il nous gave, qu'il retourne sur son yacht tirer ses p*tes.

Paulo
26/07/2019 à 10:27

Moi je préfère aller au ciné le matin. La racaille fait encore dodo à cette heure là.

Poulet
26/07/2019 à 10:26

Ce qui tue le cinéma c'est la multiplication des blockbusters foireux aux cgi bâclés, à la narration absurde, avec zero ambition artistique et qui n'existent que pour le pognon.

ollyMovics
26/07/2019 à 10:24

Maurice Escargot venez dans mes bras :)
J'applaudis votre discours car malheureusement, je fais le même constat que vous et j'en tire les mêmes conséquences.
Par ailleurs, je commence à penser que les films de Netflix n'ont rien à envier à ceux qu'on voit à l'affiche.

Pseudo
26/07/2019 à 02:37

Dorénavant je préfère LARGEMENT regarder un film chez moi, parce qu'au ciné les gens sont devenus trop irrespectueux (téléphone allumés, blabla, cris, jeux etc)

Plus
votre commentaire