Quentin Tarantino persiste et signe, s'il réalise un Star Trek, ce sera son dernier film (à moins que ?)

Déborah Lechner | 17 juillet 2019 - MAJ : 17/07/2019 18:11
Déborah Lechner | 17 juillet 2019 - MAJ : 17/07/2019 18:11

commentaires

Zouhair
19/07/2019 à 00:37

Étant fan des films de Tarantino j'aimerais beaucoup voir ce que donnerait un film de science-fiction diriger par lui. Par contre son histoire de faire 10 films et de s'arrêter je n'y crois pas trop c'est un peu que ce que disait Luc Besson à l'époque où certains basketteurs qui disaient sans arrêt que c'était leur dernière saison...

Lili124
18/07/2019 à 14:35

Sylvincetpion, pas certaine que tu aies réellement vu City on Fire. Quentin n'en reprend que quelques motifs mais en sublime tout le propos. Et tu l'as vu où le huis-clos dans City of Fire?
À l'avenir, essaie d'avoir un minimum de bagages avant de troller à tout va.

sylvinception
18/07/2019 à 14:20

Merci Lili124, pas au courant donc que Reservoir Dogs est un remake à peine déguisé du "City on fire" de Ringo Lam...
De rien.

Lili124
18/07/2019 à 12:41

Il pourrait sérieusement dépoussiérer la franchise, la débarrasser de son côté lourdingue et pontifiant pour nous quitter dans un jouissif et interstellaire moment de pur fun.
Après avoir sublimé le polar, déchaîné le western, nous avoir offert un des plus beau portrait de femme de ces trentes dernières années avec Jackie Brown, et signé une somptueuse et mélancolique lettre d'amour à l'Hollywood hanté des seventies (vu à Cannes), le voir traverser les galaxies et enfiler les trous noirs sur de bons vieux standards de la Motown semblerait assez logique. Ce serait un bel hommage rendu au Space-Opera (dont le kitsch est ruiné aujourd'hui par les CGI)
Merci Quentin, pour cette vibrante filmo qui a toujours filé de bonnes claques aux nains de la critique et aux puristes (qui, eux, n'ont jamais su quand décollait le cinéma. Qu'on le veuille ou non, il y a eu un avant et un après Reservoir Dogs)

sylvinception
18/07/2019 à 11:00

Toujours pas dégonflées donc, les chevilles...
(et tout ça pour nous la faire à l'envers, façon Besson)

Richter
18/07/2019 à 10:40

Il nous gonfle maintenant Tarantino avec ses conneries....

Mota
17/07/2019 à 22:19

@ouf : il me semble que même si c'est une idée de Tarantino, le script avait été confié à un autre scénariste (celui de "the revenant" si j'ai bonne mémoire...du coup, c'est pas pareil.
Après c'est vrai que ça peut être marrant à voir un film de sf tarantinien! Quitte à faire un film de sf, je pense qu'il pourrait faire un film original dans son univers propre plutôt que de faire un Star Trek...

Ouf
17/07/2019 à 22:00

Mais nan Mota, ta rien compris. Il veut dire qu'il n'a jamais touché a une franchise. Le but etant d'adapter st a sa sauce. Et pas seulement du point de vu de la real mais aussi niveau scenar ;) donc un startrek fait par lui avec son scenar a lui..

mmarvinbear
17/07/2019 à 20:23

Hop... Chtite bidouille et j'ai pu choper le script sur son ordi ( QT, au fait, ILOVFEET, c'est trop simple comme password...)
Bref, voici la trad (approximative) du work in progress.

Le temps s'est effondré sur lui-même et les personnages des différentes époques se retrouvent pour essayer de réparer le temps et tout remettre en place.

Picard et Data accueillant Kirk, Uhura, Janeway et Seven parmi d'autres. Sisko était convié mais sa navette a explosé à l'approche, on ne sait pas encore trop pourquoi ( ce qui rempli le quota de personnage black qui se fait tuer, note de QT).

Ils rejoignent Sarek, deux andoriens, trois ferengis qui se retrouvent aux fers pour avoir essayé de vendre l'Enterprise E à Q qui lui commence à remplir le vaisseau de Mariachis. Picard se résigne et fait celui qui ne remarque rien. Worf intervient, grosse baston avec Kirk, Seven compte les points pendant que Scott tente une approche sur Janeway qui l'envoie bouler.

Le malentendu Kirk-Klingon dissipé ( c'est Worf qui gagne ), la discussion dérive doucement entre les protagonistes sur leurs amours avec les femelles de leurs espèces respectives ( Seven et Janeway sont parties porter secours à Tuvok, en plein Pon-farr et qui avait repéré Saavik parmi les personnages secondaires ). Picard fait celui que cela n'intéresse pas, cochant discrètement sur une feuille les espèces avec lesquelles Kirk s'est accouplé. Uhura se prépare à divorcer de Kirk à l'écoute de la conversation. Un Ferengi emporte le succès en évoquant les massages des pieds d'andoriennes sur ses oreilles. Stamets espère apporter plus de variété à l'évocation de ses amours homosexuelles mais il est interrompu, au grand soulagement de tous, par l'invasion de l'Enterprise par un commando de Romuliens, de rebelles du Maquis et de Cardassiens.

Grosse baston avec Q qui se met à déclamer un passage de la Torah espérant attirer l'attention sur sa personne. Echec.

Janeway et Seven, aidées par McCoy, droguent les combattants pour renverser la situation. Q tire la couverture à lui en téléportant les agresseurs chez les Borgs.

L' Enterprise E est à moitié en ruine, Scott, LaForge et Data entreprennent les réparations, donnant un délai de trois jours (alors que Scott a confié que un serait suffisant, vieux truc d'écossais pour se faire passer pour un dieu de la mécanique). Kirk en profite pour se renseigner auprès de Seven sur les femelles Borg. Soupirant, Janeway l'autorise le cas échéant à l'assimiler. Picard approuve.

Bref ( QT avoue sécher encore sur ce passage), la crise est résolue, tout le monde prends un verre pour fêter cela avant de voir la réalité remise en place. Q boude. Stamets le repère et tente une approche. Q le change en grenouille.

Scène post générique : Janeway se réveille, avec la gueule de bois et Scott à poil dans son lit, se jurant de ne plus jamais toucher à la bière romulienne.

Mota
17/07/2019 à 19:48

Je suis très fan du bonhomme et de son œuvre... Mais s'il finissait sa carrière de réalisateur sur un star trek (que d'autres scénaristes ont écrit) je serais déçu... Je pense (j'espère) qu'il bluffe ! Une œuvre de commande serait une fin en queue de poisson indigne de son talent !

Plus

votre commentaire