Sexe, provocation... Mektoub, my love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche scandalise Cannes

Alexandre Janowiak | 24 mai 2019 - MAJ : 24/05/2019 11:25
Alexandre Janowiak | 24 mai 2019 - MAJ : 24/05/2019 11:25

Le festival de Cannes 2019 n'avait pas encore connu de polémiques, il fallait attendre le nouveau film d'Abdellatif Kechiche.

Si le cru cannois de l'année 2019 se présente comme un des meilleurs de ces dernières années avec ParasiteOnce Upon a Time in... HollywoodUne vie cachéePortrait de la jeune fille en feuLes MisérablesLe Lac aux oies sauvages ou encore Douleur et gloire, il restait encore un film très attendu sur la Croisette : Mektoub My Love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche.

Le premier volet, Mektoub My Love, présenté à Venise en septembre 2017 puis sorti en France en mars 2018 avait été considéré par beaucoup comme un des meilleurs films français de l'année dernière. Le réalisateur palmé de La Vie d'Adèle revient donc avec la suite à Cannes, ajouté en dernière minute en sélection officielle, avec les yeux rivés sur son film.

Avec une durée annoncée de 3h28, il était présenté en avant-première mondiale ce jeudi soir dans le Grand Théâtre Lumière de Cannes. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le film a créé la polémique et le scandale.

 

Photo Ophélie Bau, Salim KechioucheMektoub, my Love : Canto Uno

 

Selon les échos cannois, le film serait une expérience radicale de cinéma, un objet extrêmement sulfureux, provocateur et sexuel jusqu'à l'overdose. Au-delà des critiques annonçant une séquence de 2h30 exclusivement dans une boîte de nuit, une scène est particulièrement pointée du doigt : un cunnilingus non-simulé (selon les dires des festivaliers) de près de 15 minutes.

Sur les réseaux sociaux, les festivaliers décrivent cette expérience. Florilège de réactions criant soit au génie du réalisateur soit à l'arnaque de son cinéma :

 

 

 

 

 

PhotoUne photo de promo qui ne serait finalement pas dans le film

 

 

 

Photo3h30 de film, 2h30 en boîte de nuit

 

 

 

Evidemment, Mektoub My Love : Intermezzo n'est pas le premier scandale du festival de Cannes. Avant lui, bien d'autres films ont choqué la Croisette à l'image du Irréversible de Gaspar Noé et sa scène de viol en 2002, du Antichrist de Lars von Trier et ses scènes de sexes violentes et sanglantes en 2009 ou du Funny Games de Michael Haneke et sa violence psychologique "gratuite" en 1997. 

La scène de cuni pointée du doigt rappelle également la scène de fellation non-simulée de The Brown Bunny en 2003.

Difficile de savoir comment sortira Mektoub My Love : Intermezzo au cinéma et s'il sera remonté. Le montage du film était d'abord annoncé à 4h en début de festival avant d'être présenté avec une durée de 3h28. Une chose est sûre, il sera encore au centre des attentions et la polémique est loin d'être terminée. Aucune date de sortie n'est prévue pour le moment

 

Photo

commentaires

Amed
24/05/2019 à 19:29

Mais où est-ce qu'il trouve le pognon?

boubiedu06
24/05/2019 à 16:49

Bravo Kechiche, enfin un vraie artiste "l'art est clivant, dès lors qu'il ne l'est pas c'est très douteux", j'espère qu'il va sortir le plus vite possible j'attends que ça
J'en peux plus de la bien pensance, enfin un vraie film qui détruit la scission entre cinéma porno et cinéma

Ce film résume trois jeunes :
1) Kechiche comme l'un des plus grands cinéastes français et mondiaux
2) Le cinéma français absolument intouchable et très loin devant le cinéma américain
3) La victoire du cinéma sur netflix

Merci

Dae-Soo
24/05/2019 à 16:43

-Un cuni non simulé de 20 minutes
-Une scène de 2h30 dans une boîte de nuit
-Pas de générique de fin, au grand dam des techniciens...

Chiche ? Kéchiche !

Boules
24/05/2019 à 16:06

Cela m'a tout l'air d'une belle description de la déchéance spirituelle et intellectuelle de notre jeunesse. Alcool, danse habillée et danse à poil, c'est tout ce qu'il reste. Et grâce au smartphone, des possibilités d'expression illimitée !

M1pats
24/05/2019 à 15:47

J ai jamais compris a quoi ça sert ce genre de films de m*rde, si c est pour se rincer les yeux y a des sites pour ça, et puis les acteurs qu est ce qu ils gagnent a jouer dans de tels poubelles

Mais bon il parait que c est ça le vrai cinéma, le cinéma que les pervers de cannes adorent

tonton Strange movies
24/05/2019 à 15:42

Si c est aussi creux - voire pire semble t il- que le dernier Noé alors j'ai mal à mon cinéma français encore une fois, incapable de se renouveler si ce n'est par de la provoc qu'aiment certaines critiques...

pauline
24/05/2019 à 15:24

cet homme est malade ... c'est un pervers ... et il "baise" tout le monde ...

Eaumoulin
24/05/2019 à 15:09

J'ai un ami qui devait bosser pour Kechiche sur un de ses films (celui-là ou le précédent, vu le timing) en tant que technicien. Il se tape presque 800km de route jusqu'à Marseille pour se rendre au rdv fixé. Arrivé largement à l'heure, un(e) assistant(e) du prestigieux réalisateur lui annonce que m. Kechiche se repose et qu'il ne peut le recevoir : merci d'être venu et bon courage pour les 800km de retour !

Ken
24/05/2019 à 15:04

J’ai jamais compris les réussites de kechiche tout c films sont long ennuyeux, il y’a toujours du cul a tort et à travers, une histoire à dormir en boîte si j’ai bien compris. Il sait trompé de direction c le cinéma X qui aurait dus choisir le pauvre monsieur

Dirty Harry
24/05/2019 à 14:54

Après Netflix invité au Festival, Pornhub vient aussi dans la danse !

Plus

votre commentaire