Men in Black : International - le producteur explique pourquoi le crossover avec 21 Jump Street ne s'est pas fait

Christophe Foltzer | 26 avril 2019 - MAJ : 26/04/2019 11:16
Christophe Foltzer | 26 avril 2019 - MAJ : 26/04/2019 11:16

Quand on cherche le succès à tout prix, il arrive que l'on fasse n'importe quoi. Et c'est plus ou moins ce qui a failli se produire avec la saga Men in Black.

En 2014, on avait entendu parler d'un projet qui relevait plus ou moins du non-sens fondamental : la suite de 22 Jump Street se passerait au sein de l'univers des Men in Black. Même que le film s'appelait MiB23. Alors qu'on avait pensé à une grosse blague à l'origine, le projet avait quand même couru pendant des mois avant d'heureusement s'essouffler de lui-même.

 

Photo Jonah Hill, Channing TatumOuais, ç'aurait été super bizarre quand même

 

En 2016, on avait appris que c'était James Bobin qui devait le réaliser et que le film serait en réalité une excuse pour rebooter l'univers des Men in Black et faire oublier nos deux agents préférés K et J. Heureusement, là encore, le projet est mort dans l'oeuf et le studio Sony, visiblement à court de cocaïne, avait retrouvé ses esprits. Au final, on se retrouve avec Men in Black : International, suite-reboot de la franchise, qui arrivera sur nos écrans le 12 juin prochain.

Pourtant, le sort de ce MiB23 intrigue encore aujourd'hui, au point que le site Collider demande quelques précisions à Walter Parkes, l'un des producteurs du nouveau film.

 

 

"Je n'étais pas vraiment impliqué au début de la conversation. J'ai eu un coup de fil du patron du studio qui m'a demandé de m'asseoir parce qu'il avait eu une idée géniale. Il voulait mélanger les deux franchises. Au départ, j'ai pensé que c'était intéressant mais, pour être honnête, cela ressemblait plus à un film Jump Street, avec les héros qui allaient dans l'univers de Men in Black."

Le projet est bel et bien entré en développement, mais rapidement, quelques difficultés se sont faites connaitre, notamment au niveau du script :

 

photo, Chris Hemsworth, Tessa Thompson

 

"Les deux franchises ont des tons résolument différents. Jump Street prend le postulat très classique du film policier et délire autour de lui, tandis que Men in Black part de situations très étranges dans un contexte policier pour ensuite les traiter de manière plus classique. C'était donc très difficile de trouver un ton qui fonctionne pour les deux mais, en théorie, l'idée était géniale."

Et cela montre bien qu'un patron de studio est rarement un scénariste. En effet, les idées "géniales" ne manquent pas mais c'est souvent au moment du passage du fantasme au concret qu'une idée "géniale" peut se transformer en ce que l'on appelle dans le milieu, à savoir "une belle grosse idée de merde".

En tout cas, quoi qu'il arrive, le projet n'est pas allé plus loin, et heureusement, mais nous ne sommes pas à l'abri qu'il revienne d'entre les morts un jour...

 

photo, Chris Hemsworth, Tessa ThompsonEt ça a intérêt à être bien hein...

commentaires

beucé
26/04/2019 à 11:45

GG gégé

gege
26/04/2019 à 11:23

"J'ai eu un coup de fil du patron du studio qui m'a demandé de m'asseoir parce qu'il avait eu une idée géniale" voilà comment comprendre l'état du cinéma hollywoodien en 1 phrase

L'inventeur
26/04/2019 à 10:57

Salut !
ben j'aurais bien aimé voir ça, perso... Quitte à briser les codes et se renouveler ça aurait un bon gros délire pulp

votre commentaire