Quasimodo de Dieterle, la plus belle représentation de Notre-Dame au cinéma ?

La Rédaction | 16 avril 2019 - MAJ : 16/04/2019 14:09
La Rédaction | 16 avril 2019 - MAJ : 16/04/2019 14:09

Alors qu’une partie de la cathédrale Notre-Dame a été détruite lors d’un incendie, nous nous proposons de revenir sur une des plus belles évocations de ce bâtiment légendaire sur grand écran.

On ne compte plus les films utilisant l’image de l’édifice religieux immortalisé par Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris, tandis que les adaptations plus ou moins fidèles de son chef d’œuvre s’amoncèlent. Dans la foule de transpositions des amours contrariées d’Esmeralda et de Quasimodo, il en est une néanmoins qui mérite toute votre attention si en ce jour d’émotion, vous désirez vous replongez dans les arcanes de Notre-Dame.

Il s’agit de Quasimodo, réalisé en 1939 par William Dieterle. Son film est une telle réussite qu’il propulsera instantanément son studio, la RKO, au sommet d’Hollywood. Le cinéasten qui a travaillé longuement pour les productions UFA en Allemagne, est rompu à l’iconographie qu’il doit ici convoquer.

 

photoCharles Laughton

 

Jamais les intérieurs de Notre-Dame n’auront été capturés avec autant de finesse, conférant à la Cathédrale une grâce saisissante, tantôt grandiose, parfois presque abstraite dans les élancées de ses lignes de fuite, quand elle ne se transforme pas en antre fantasmagorique, dès lors que Quasimodo s’y dissimule au regard des hommes.

Aujourd’hui encore, les jeux de lumière, les techniques employées pour habiller l’image, à coup de volutes et autres nappes luminescentes, demeurent une véritable leçon, tant technique qu’artistique.

Enfin, il faut souligner ici la performance de Charles Laughton en Quasimodo. Moins évidemment monstrueux que la version (géniale elle-aussi) de Lon Chaney, son bossu est un des plus humains et sensibles proposés par les différentes adaptations du travail d’Hugo. Le film n’hésite d’ailleurs pas à trahir largement l’auteur, pour substituer à sa grande tragédie un dénouement résolument humaniste et optimiste. À bien des égards, ce Quasimodo préfigure un autre joyau du cinéma : Elephant man de David Lynch.

 

photoCharles Laughton

commentaires

Luludo22
17/04/2019 à 17:14

Ah ce Musso!!!! Quel talent!!!!????????????

Sharko
16/04/2019 à 21:55

Il sera diffusé demain sur Arte.

liberty
16/04/2019 à 17:58

Anthony Quinn vraiment pas mal,,, ( Bounty )

liberty
16/04/2019 à 17:52

excellente analyse de Dirty Harry, c est une Oeuvre Fantastique qui a plus de 856 ans ; quelle tristesse pour cette Magnifique Cathédrale ; il faut surtout félicité le travail remarquable des pompiers, la version avec Anthony Quinn est vraiment pas non plus, c est vrai Charles Langhton dans les Révoltés du Bonty est splendide,,,

Dirty Harry
16/04/2019 à 16:59

C'est une catastrophe : un bijou d'architecture, le coeur de Paris, un haut lieu du catholicisme et un réceptacle du meilleur de l'artisanat du moyen âge. Dieu merci, le génie de nos ancêtres ont, grâce à l'invention de l'arc boutant (dont parle très bien le dernier Lars Von Trier) réussi à ce que la structure tienne malgré le brasier (arc boutant qui servira quelques siècles plus tard à nos fusées à se tenir droit pour aller dans le ciel de manière matérielle cette fois !)...espérons qu'elle inspire à nouveau les artistes et les autres croyants ou non et que sa flèche nous montre le ciel à nouveau.

loga
16/04/2019 à 16:50

Charles Laughton incroyable aussi dans Les Révoltés du bounty.

gege
16/04/2019 à 14:42

non seulement manque de sérieux mais aussi vive la censure

gege
16/04/2019 à 14:18

@Luludo22 du sérieux ici???? lol

Simon Riaux - Rédaction
16/04/2019 à 14:10

@Luludo22

Comme on était un peu émus, on a fait un vieux lapsus entre ces deux très beaux romans de Guillaume Musso.

Mais merci de nous l'avoir signalé.

Luludo22
16/04/2019 à 13:58

Un peu de sérieux les gars!!!!! Quasimodo c est pas les misérables!!!! Le roman c est notre dame de paris!!!! C est vraiment décevant venant de vous!!!

Plus

votre commentaire