Just a Gigolo : Kad Merad et Olivier Baroux dévoilent un teaser avec du caca dedans

La Rédaction | 28 janvier 2019 - MAJ : 28/01/2019 17:17
La Rédaction | 28 janvier 2019 - MAJ : 28/01/2019 17:17

On caricature souvent la comédie française en festival de blagues racistes. C’est faux. Parfois, elle parle aussi de caca.

Pas facile d’aborder le délicat sujet du vieillissement chez les travailleurs du sexe. Cette bascule implacable, où des chairs relâchées en cheveux blancs, les traits se délitent et le désir se fait la malle. Le vertige de ces hommes dont le corps à disposition n’est plus objet d’insatiables ardeurs, voilà le coeur de l'oeuvre dont le trailer débarque aujourd'hui, enfin.

 

 

 

C’est ce gouffre existentiel que s’apprête à sonder l’audacieux Olivier Baroux. Réalisateur de Safari, L'Italien, la trilogie des Tuche, le cinéaste a fait appel, pour camper l’homme brisé au centre de Just a gigolo, à un performer de haut vol, auquel il aura confié quelques-uns de ses rôles les plus ardus.

C’est bien sûr Kad Merad, qui campe ce corps brisé, cette masse de souffrance que Baroux passe à la moulinette d’une métaphore impitoyable, dévoilée dans ce premier teaser. Pour bien nous faire ressentir comme cette anatomie s’écroule, le personnage de Kad Merad s’enduit de cirage, espérant ainsi dissimuler la décrépitude capillaire qui le stigmatise.

 

photo"Sprööötch"

 

Et au moment de la baignade, c’est la catastrophe : alors que le produit d’entretien est assimilé à une diarrhée excrémentielle, image bouleversante et visionnaire, annonçant, à la manière d’une fenêtre méta et spatio-temporelle au sein même de cette bande-annonce, le devenir impotent du personnage et de son interprète.

On est décidément gâtés, à quelques jours de la sortie de Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?, alors qu’Olivier Baroux et Kad Merad déversent, sur nos zygomatiques esbaudis, le contenu riche de leur drôle de boyau.

Vivement le 17 avril 2019, que Just a gigolo balance la purée.

 

photoPhénoménologie du fond de slip

commentaires

mario
14/01/2020 à 21:22

c'est vrai qu'Olivier Baroux a tendance à réaliser de la daube et en plus qui est périmée. Après les Tuches ( un navet démesuré ), voici un film merdique où tout ce que le spectateur retient, c'est un gigolo tocard qui donne envie qu'on lui mette un énorme coup de pied au cul. Donc le spectateur ne tire aucun plaisir à voir ça !

fil999
03/02/2019 à 22:09

Décidément ce pauvre Kad fait vraiment que de la merde !

Raoul
31/01/2019 à 17:06

J'en ai ras le bol de ces comédies qui se passent sous le soleil, avec un éternel ciel bleu... Quel monde (quelle France?) est-ce censé représenter.

(The) Aurelio
29/01/2019 à 11:20

Le cinéma français grand public ma bonne dame!

CinéGood
29/01/2019 à 09:33

@Rodo
C'est exactement ça.

Rodo
29/01/2019 à 00:38

Ça tout l'air d'un remake du film "How to be a latin lover" avec Sama Hayek !
https://www.youtube.com/watch?v=I_7zAlNreH4

Xavier Michaux
28/01/2019 à 20:36

Vive la culture :(

Number6
28/01/2019 à 20:33

J'adore votre news. On dirait presque déjà l'avis de la critique quand vous aurez été obligé de le voir.

pere colateur
28/01/2019 à 20:28

Donc comme d'hab chez nous , un film de merde , avec des "acteurs" de merde , pour un cinema français de merde. Mais comme en france on a aussi un public de merde ( échec de toutes autres tentatives , louables , de films qui ne sont pas des comédies de merde ) le film ne devrait pas du tout être dans la merde au box office. Malheureusement ! Désolé pour la vulgarité mais c'est c'est les auteurs de ce futur caca qui ont commencé !

StarLord
28/01/2019 à 19:54

“Monde de Merde”

votre commentaire