Les Crevettes pailletées prend des allures du Grand Bain dans sa première bande-annonce

Camille Vignes | 24 janvier 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Camille Vignes | 24 janvier 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Les Crevettes pailletées, la nouvelle comédie de Maxime Govare et Cédric Le Gallo, a des faux airs du Grand Bain... en plus cynique.

Maxime Govare et Cédric Le Gallo signent leur première collaboration avec Les Crevettes pailletées. L’histoire d’un vice-champion du monde de natation homophobe sur les bords, Mathias Le Goff (Nicolas Gob), qui se retrouve condamné à entraîner “Les Crevettes Pailletées”, une équipe de water-polo gay, bien plus motivée par la fête que par la compétition.

 

 

Sous leur direction on retrouvre Nicolas Gob (Un village français), Alban Lenoir (Gueule d'ange), Michaël Abiteboul (Après moi le bonheur), David Baiot (Plus belle la vie), Romain Lancry (L'École est finie), Roland MenouGeoffrey Couet et Romain Brau.

Entre moments comiques et moments émouvants, entre entraînements, voyage et compétition, le scénario co-écrit également par Maxime Govare et Cédric Le Gallo rappelle celui du Grand Bain de Gilles Lellouche, à ceci près qu’il ne s’agit pas d’une équipe de natation synchronisée mais d’une équipe de water-polo. Et que tous ses membres sont gays.

Malgré tout, pas de plagiat puisque les tournages du Grand Bain et des Crevettes pailletées ont été lancés en parallèle. La bande-annonce est quand même un peu pétrie de clichés légèrement bourratifs.

Verdict au cinéma le 8 mai 2019 !

 

Affiche officielle

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ZAZO
23/03/2019 à 18:17

Bravo Trinidad. Analyse intelligente et qui va dans le bon sens. Merci pour votre commentaire constructif et argumenté. J'irai voir ce film sans sentiment de malaise. On peut effectivement rire de tout. Personne n'est intouchable, ni les religions, les hétéros, les homos...

Trinidad
25/01/2019 à 23:26

De quoi avez vous peur Lorian? que cette comédie ravive des passions homophobes, malheureusement il n'y a pas besoin d'aller au cinéma et quand vous dites qu'il y a eu une évolution depuis trente ans ... j'aimerais vous croire, je crains et je suis bien placé pour vous le dire,c'est peut être pire qu'avant. Personnellement je ne me sens ni insulté ni ridiculisé par cette bande annonce, C'est justement en acceptant de "forcer le trait" pour les besoins d'effets comiques que l'on montre que dans la "vrai vie'" la communauté LGBT vit son quotidien différemment. On peut s'offusquer de la Gay Pride et de ses excès de plumes et de strass, mais grâce à ce type de manifestation combien de gays se sont sentis moins seuls et isolés sans pour autant faire leurs courses en talon aiguille. Je suis sur que TELERAMA crachera son venin de bien pensant sur ce film, mais aussi que les premiers à en rire seront ceux qui sont directement concernés. Comme semble le présager la bande annonce, on ne méprise et insulte que ce que l'on ne connait pas vraiment et dont on a réalité peur.
Je souhaite vraiment que des "Homophobes convaincus" rient en voyant le film et en sortant puissent penser que l'on peut vivre ensemble, l'humour peut être plus fort que la haine .

Lorian
24/01/2019 à 12:52

Mon dieu ... tout ce que je méprise dans le cinéma français est réuni dans la bande annonce, cet humour lourdingue qui ne sert pas le propos, il y a un forcing tellement omniprésent qui exaspère en présentant les homosexuels comme au temps de la cage aux folles, comme s'il n'y avait eu aucune évolution depuis 30 ans, pour ma part, c'est limite insultant vu l'image véhiculé, puis ce côté mielleux pseudo drama en fin de bande annonce, pour bien souligner au fond le sérieux de la situation, que les gays, peuvent faire pareil ou mieux que "les non gays", putain, la régression par l'image, en voulant dénoncer des clichés, le film en devient une parodie de mauvais gout.... mais peut-être que je me trompe...

Ben
24/01/2019 à 11:55

ah ouais quand même....

votre commentaire