Mort de Bernardo Bertolucci : Eva Green rend hommage au cinéaste culte et controversé

La Rédaction | 28 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 28 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Eva Green a commencé sa carrière dans Innocents en 2003, et rend hommage au réalisateur.

Avant d'être James Bond girl dans Casino Royale, et confirmer sa présence sur les radars hollywoodiens avec Kingdom of Heaven, À la croisée des mondes : la boussole d'or ou plus tard 300 : La naissance d'un Empire, Eva Green a commencé sa carrière dans son pays natal. En 2003, elle apparaissait sur les écrans dans son premier grand rôle, dans Innocents, de Bernardo Bertolucci.

Des premiers pas notables pour l'actrice, qui donnait la réplique à Louis Garrel et Michael Pitt dans cette histoire de trio amoureux tordu, où un Américain croise la route de jumeaux cinéphiles dans le Paris de mai 68. Une quinzaine d'années après, alors que le cinéaste culte est mort à 77 ans, l'actrice lui a rendu hommage dans The Hollywood Reporter.

 

photo, Bernardo BertolucciBertolucci sur le tournage d'Innocents, avec Louis Garrel

 

Eva Green a ainsi écrit un texte, pour parler du réalisateur du Dernier Tango à Paris et 1900 :

"Il m'a donné mon premier rôle - je crois que j'avais 22 ans - donc j'ai toujours l'impression que je lui dois tout. J'étais tellement fan du Dernier Tango à Paris - j'avais l'affiche dans ma chambre - que j'avais envie plus que tout d'avoir le rôle dans son film. Et peut-être parce que c'était mon premier film, c'est probablement l'une de mes meilleures expériences. Nous avions l'habitude d'aller dans sa maison chaque week-end, et Bernardo nous racontait des anecdotes sur les films qu'il a faits, sur la musique et l'art dans les années 60. Il était si gentil et généreux, une figure paternelle en quelque sorte.

Je l'appelais toujours Little Buddah. Il y avait quelque chose de très sage chez lui, avec son regard si grivois et espiègle, mais doux. J'ai tant appris de lui. Il était très ouvert à la spontanéité, à l'inattendu. Par exemple, nous tournions une scène dans la cuisine et mes cheveux ont pris feu. Et Michael Pitt m'a sauté dessus pour éteindre l'incendie. Bernardo a continué à filmer. Si vous regardez attentivement le film, vous pouvez voir mes cheveux en feu une seconde.

 

photo, Eva GreenEva Green, la naissance

 

Parce que c'était mon premier film, mes parents étaient inquiets. Ils pensaient que j'allais en ressortir abîmée parce qu'il y avait des histoires à propos de ce qui était arrivé à Maria Schneider sur Le Dernier Tango à Paris. Mais j'ai rencontré Bernardo pour les essais et j'ai aimé l'ambiance.

Je ne veux pas saper l'expérience de Maria Schneider. Je suis sûre qu'elle a réellement souffert. Mais de ma propre expérience, il a toujours été un gentleman. Très respectueux. Il savait à quel point j'étais nerveuse pour les scènes de sexe mais ne m'a jamais poussée. Il nous a laissé faire. Il n'y avait jamais quoi que ce soit de bizarre. Il y a tant de réalisateurs pires - c'était juste une personne merveilleuse et un maestro."

Un hommage aussi simple que touchant de la part d'Eva Green, qui a conscience de l'aura sulfureuse du réalisateur, mais partage son admiration et respect pour un artiste qui a marqué l'histoire du cinéma avec Le Conformiste, Little Buddha, Le Dernier Empereur, ou encore Un thé au Sahara.

 

Tout savoir sur Bernardo Bertolucci

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Jack77
29/11/2018 à 20:24

Un bel article qui rend hommage au personnage.
J'ai découvert une chaîne YouTube qui respecte les anciens du cinéma
c'est "Histoire du cinéma HDC ".
Depuis quelques temps, tout le monde dit n'importe quoi sur n'importe qui sans les connaîtres véritablement....

Raoul
29/11/2018 à 14:00

A l'époque où Eva Green faisait des films

votre commentaire