Mowgli : nouvelle bande-annonce et nouveau destin à Oscar pour Le Livre de la jungle version Netflix

Créé : 8 novembre 2018 - Camille Vignes
Affiche officielle, Rohan Chand
9 réactions

Netflix présente son acquisition (auprès de Warner) du film d’Andy Serkis, Mowgli : la légende de la Jungle, comme un honneur et le lance dans la course au Oscars. Certains cinéphiles chanceux pourront le voir au cinéma.

Sacré parcours pour l'adaptation du Livre de la jungle de Rudyard Kipling par Andy Serkis. Tournée en 2015 sous le titre Jungle Book : Origins, la superproduction du studio Warner était vendue comme un blockbuster techniquement très ambitieux, en performance capture et avec un casting de premier rang (Christian Bale pour Bagheera, Benedict Cumberbatch pour Shere Khan, Tom Holland pour Tabaqui, Cate Blanchett pour Kaa, Jack Reynor ou encore Naomie Harris, sans oublier Andy Serkis lui-même en Baloo).

Mais la Warner s’est fait largement coiffer au poteau par Disney, qui a sorti dès 2016 un remake de son classique de l’animation. Le Livre de la Jungle de Jon Favreau a été un succès immense (966 millions au box-office mondial), et le projet d'Andy Serkis l'a payé cher.

Censé sortir en octobre 2016, Jungle Book : Origins a été repoussé en octobre 2017 pour peaufiner les effets, puis en octobre 2018 pour s'éloigner du Disney. Entre temps, le titre devient Mowgli. Et surtout, en juillet 2018, Netflix rachète le film à la Warner, prouvant sa puissance sur le marché, avec une sortie prévue en fin d'année.

 

photo, Rohan Chand (III)Face à la jungle interminable de la distribution

 

Et l'histoire continue puisque le film, encore retitré et devenu Mowgli : la légende de la Jungle, va finalement avoir droit à une sortie en salles. Dans certaines conditions.

A partir du 29 novembre prochain, Mowgli : la légende de la Jungle sera projeté à Los Angeles, San Francisco, et d’autres salles à travers les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Une décision peu étonnante de la part de Netflix, qui cherche désormais à s'imposer aux Oscars (ce qui nécessite une sortie en salles), tout en restant un lieu attractif pour les cinéastes, potentiellement repoussés à l'idée que leur travail ne sera jamais montré dans les salles obscures.

Dommage pour la France pour qui aucune projection de la superproduction n'est prévue, mais pas d’inquiétude : Netflix mettra le film à disposition du public à partir du 7 décembre aux USA, et très prochainement pour nous.

L'annonce de cette sortie est l'occasion de se rincer l'oeil devant une jungle indienne plus que luxuriante, sur une nouvelle affiche.

 

Affiche officielle, Rohan ChandAffiche officielle du film

 

Netflix rappelle qu’on aura la chance de retrouver un Mowgli assez différent de celui qu’on a l’habitude de voir, notamment dans le classique animé de Disney. Sa nouvelle bande-annonce prend un axe beaucoup moins noir que la première, diffusée par la Warner en mai dernier. Les images, elles, restent toujours aussi spectaculaires et colorées.

On aperçoit de plus en plus le monde des hommes, qui semble très présent en opposition aux versions Disney. Netflix s’exprime quand au choix scénaristiques du film :

« Tiraillé entre deux mondes, il (Mowgli) accepte sa destinée et devient une légende… [Il] n’a jamais vraiment appartenu à la jungle ou à la civilisation humaine [et] doit maintenant naviguer entre les dangers inhérents à chacun d’eux, durant son cheminement pour découvrir à quel monde il appartient réellement ».

 

 

Il semble que ce projet soit le plus cher jamais ait acheté par Netflix, avec une note inconnue mais forcément salée vu le budget d'une superproduction de cette envergure, en performance capture, avec ces acteurs, et tournée en partie en décors naturels (en Afrique du sud). 

Andy Serkis, notamment connu pour avoir prêté sa voix et son corps à Gollum du Seigneur des Anneaux et Caesar de La Planète des singes, disait à Singapour jeudi dernier : 

« Je voulais une version plus émotionnelle de cette histoire qui a déjà tant de fois été racontée. Je voulais explorer ce que signifie être un outsider, être déraciné, être différent. C’est une idée extrêmement contemporaine qui marche avec celle de l’exploration ».  

Pour Netflix, une diffusion du film au cinéma est donc un moyen clair de le faire entrer dans la course aux Oscars, d’autant plus quand on connait le casting : Christian Bale (Bagheera), Cate Blanchett (Kaa), Benedict Cumberbatch (Sheer Khan) ou encore Andy Serkis (Baloo et réalisateur). On aura aussi la chance de découvrir le jeune Rohan Chand qui semble assez convaincant dans le premier rôle.

Une façon pour Netflix de prendre sa revanche sur les festivals qui lui ont craché dessus par le passé, notamment lors de l'affaire avec le Festival de Cannes. Le géant du streaming a récemment traité la question de manière officielle et décidé de sortir en salles aux Etats-Unis plusieurs de ses prochains films : Roma d’Alfonso Cuaron, La Ballade de Buster Scruggs des frères Cohen et Bird Box avec Sandra Bullock.

 

PhotoLa France réclame Buster Scruggs au cinéma

commentaires

Adam 09/11/2018 à 10:17

@tim lupus
J'avais beaucoup aimé le film de 1994 mais c'était plus une suite qui se deroule 20 ans aprés avec un Mogli adulte alors que là c'est plus un duel entre 2 adaptations du bouquins.

corleone 09/11/2018 à 09:41

C'est vrai que les animaux ont des gueules un peu chelous mais le visuel est tout à fait magnifique j'attends impatiemment déjà que j'avais aimé la dernière version Disney.

Thierry 09/11/2018 à 08:14

Il est possible qu'Andy Serkis signe là un grand film, voire même qu'il se hausse, qui sait, au niveau du King Kong de Peter Jackson. Depuis Gollum, puis assistant réalisateur, acteur, et désormais réalisateur, fédérant des acteurs prestigieux dans une production de haut niveau.... Quelle carrière. Et bravo aussi Netflix qui (par pitié) a compris qu'une diffusion en salles de quelques semaines, quelque part dans le monde, lui ouvre le champ officiel du cinéma des grandes largeurs, et qui sait qu'il faut à tous prix éviter les salles de cinéma en France (et sans doute dans d'autres pays en Europe), pour ne pas être frappé par une outrancière et obsolète censure. Amen. :))

Pouah 09/11/2018 à 01:25

Les films live de Disney sont moches a par peut être pour Dumbo mais faudrait certain regarde une peu le futur look de leur prochain films de Aladin au rois lion hein ?

Tim Lepus 08/11/2018 à 19:21

"On aperçoit de plus en plus le monde des hommes, qui semble très présent en opposition aux versions Disney." : le monde humain était quantitativement bien présent dans l'adaptation par Stephen Sommers en 1994, aussi estampillée Disney, et peut-être injustement oubliée, du coup.

Pote 08/11/2018 à 18:58

Pseudo81 et Raiden, mettez-vous d'accord !!

Pseudo81 08/11/2018 à 18:27

https://i.pinimg.com/originals/74/97/8b/74978b6063a414feb879699bc5254326.jpg

Pseudo81 08/11/2018 à 18:21

Tellement horrible le visage des animaux... Il y a plus de deux ans disney faisait beaucoup mieux et bien plus réaliste...
Ou sinon la dernière bande annonce est encore plus lisse que celle de Disney.
Il devait pas y avoir une version plus sombre et plus adulte ou ce n'était que pour ce foutre un peu plus de notre gueule ?

Raiden 08/11/2018 à 18:07

Magnifque et tellement mieux que la daube de disney !!

votre commentaire