Harry Potter : Alfonso Cuarón a accepté après avoir été remis à sa place par Guillermo Del Toro

La Rédaction | 5 septembre 2018
La Rédaction | 5 septembre 2018

Alfonso Cuarón a signé l'un des meilleurs épisodes, mais il a bien failli ne pas réaliser Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban.

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban est l'un des plus petits succès de la saga au box-office (796 millions, loin du 1,3 milliard de Harry Potter et les reliques de la mort (partie 2)), mais il est sans nul doute l'un des plus appréciés. Sorti en 2004, le troisième opus a clairement permis à l'histoire de basculer vers l'âge adulte, et c'est en grande partie grâce à Alfonso Cuarón.

Après Harry Potter à l'école des sorciers et Harry Potter et la Chambre des Secrets, tous deux mis en boîte par Chris Columbus, le futur réalisateur des Fils de l'homme et Gravity a apporté un vrai sens du cinéma, qui a soufflé sur le monde des sorciers. Et le cinéaste, au départ, n'était pourtant pas très inspiré, et prenait ça très peu au sérieux.

 

Photo Alfonso CuarónCuarón sur le tournage d'Azkaban

 

Alfonso Cuarón explique ainsi à Vanity Fair qu'il n'a pas été spécialement enchanté par l'idée : 

"J'ai parlé à Guillermo del Toro, comme je fais toujours, et il me dit : 'Qu'est-ce qui se passe ? Des projets en cours ?'. J'ai répondu : 'Je suis sur Harry Potter, tu peux le croire ?'. Et je m'en suis même moqué. Je n'avais pas lu les livres ni vu les films. Et il n'a pas apprécié. Il m'a traité de flaco, ça veut dire maigrelet."

Le réalisateur de Blade 2 et Le Labyrinthe de Pan s'est alors lancé dans un discours pour dire à son ami de ne pas sous-estimer le monde de J.K. Rowling simplement parce que c'était très populaire.

"Il m'a dit : 'Espèce de maigrelet, t'es un putain de batard arrogant. Tu vas aller dès maintenant dans une putain de librairie pour prendre les livres et tu vas les lire et tu m'appelles juste après'. Quand il te parle comme ça, tu dois aller à la librairie".

 

Photo Daniel RadcliffeUn peu de douceur dans ce monde de brutes

 

Et lorsqu'il arrive au milieu du livre Harry Potter et le prisonnier d'AzkabanAlfonso Cuarón réalise à quel point l'opportunité de l'adapter est fantastique.

"Je l'ai rappelé et dit : 'Bon, le matériau est super'. Il m'a répondu : 'Eh ben voilà, tu vois, espèce de...'. C'est impossible à traduire depuis l'espagnol. En tant que réalisateur, c'était presque une leçon d'humilité, de me demander comment j'allais en faire quelque chose qui soit à moi, mais en même temps, respecter ce qui a été si aimé dans les précédents films." 

Mission accomplie donc, puisque Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban a été salué comme une grande réussite, et a encore aujourd'hui une place de premier choix dans le coeur des fans.

Fans qui attendent de pied ferme Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, en salles le 14 novembre. Et peut-être même Roma, le nouveau film de Cuarón présenté à la Mostra, attendu sur Netflix en décembre.

 

commentaires

Mozdogg
05/09/2018 à 18:40

Merci à Del Toro qui a permis à Cuaron de réaliser le meilleur épisode de la saga.
Même si le mérite revient beaucoup plus à Cuaron d'avoir pris sur lui. De se remettre en question en allant lire les livres en adaptant le 3e a merveille .

Tom
05/09/2018 à 15:43

Meilleur episode en effet !

Mais c'est inquietant qu'ils aient file ca a un real qui visiblement n'en avait rien a foutre au premier abord, et n'avait meme pas lu les bouquins... Mais comme quoi, son approche a ete differente.

Cyborgkatze
05/09/2018 à 13:22

C'est vraiment mon volet préféré, il y a une alchimie qui fonctionne du début jusqu'à la fin.

Birdy
05/09/2018 à 13:01

C'est surtout la classe de la part de Cuaron d'admettre cela. Parce qu'il faut reconnaître que le film est largement le meilleur.

votre commentaire