Terry Gilliam : pour soutenir la diversité à l'écran, il affirme être "une femme noire et lesbienne"

Créé : 5 juillet 2018 - La Rédaction
photo, Terry Gilliam
185 réactions

Les questions liées à la représentation de la diversité à l’écran agitent un peu plus chaque jour le monde occidental. Au risque d’agacer certains artistes… comme Terry Gilliam.

Parmi les membres les plus illustres des Monty Pythons, Terry Gilliam, qui a fraîchement réalisé L'Homme qui tua Don Quichotte est en outre devenu un cinéaste émérite et adulé. Pour autant, il vit l'importance actuelle prise par les questions de représentativité comme une souffrance.

Ainsi, la BBC a annoncé durant le mois de juin qu’elle allait commander un tout nouveau programme comique à l’artiste. Une nouvelle qui réjouira les amateurs de son humour déjanté et gentiment absurde. Sauf que parallèlement, l’employé de la BBC en charge du contrôle des comédies, Shane Allen, s’est fendu d’un commentaire assez malvenu.

 

photo, Terry GilliamSur le tournage de L'Homme qui tua Don Quichotte

 

Interrogé sur l’antenne de la BBC sur la possible formation d’une sorte Monty Python's flying circus (premier show des comiques éponymes), l’intéressé a tenu bon de faire une étrange précision.

« Si vous rassemblez une équipe aujourd’hui, ce ne sera pas six types blancs d’Oxford. Ce sera une collection de gens variés qui représentent le monde actuel."

Alors en conférence de presse du côté du Festival de Karlovy Vary, Terry Gilliam ne s’est pas fait attendre et a répondu, avec humour et émotion.

 

Photo Terry GilliamTerry Gilliam

 

« J’en ai pleuré : l’idée que… six hommes blancs d’Oxford ne puissent plus faire un spectacle comique. À présent il nous faut un peu de ceci, un peu de cela, représenter tout le monde… C’est de la connerie.

Je ne veux plus être un mâle blanc, je ne veux plus qu’on me reproche tout ce qui ne tourne pas rond dans le monde : maintenant, je dis aux gens que je suis une lesbienne noire. Je m’appelle Loretta, je suis une LNT, une lesbienne noire en transition. »

Pour amusante et sincère que soit la réponse de Gilliam, elle oublie de mentionner qu’il a justement eu toute liberté pour produire un nouveau spectacle comique via la BBC et qu’à en croire les productions contemporaines de cette dernière, les hommes blancs ne sont pas exactement une espèce en voie de disparition.

 

Photo Jonathan Pryce, Terry GilliamTerry Gilliam et Jonathan Pryce

commentaires

Eric 06/07/2018 à 16:45

Et moi je suis Ashley Benson !

Bambolero 06/07/2018 à 12:41

"L'employé de la BBC en charge du contrôle des comédies", comprendre le commissaire politique de la chaîne. A une autre époque il aurait travaillé sur NKVD.

Mathieu 06/07/2018 à 12:35

Magnifique prise de judo rhétorique de sa part.

Dirty harry 06/07/2018 à 11:06

Ce troll de compétition !! Il ne va pas se renier suite au pertinent sketch des monty Python sur l identité de genre dans « la vie de brian » !

Ronnie 06/07/2018 à 11:01

Il est binaire ^^

Theo 06/07/2018 à 10:36

il y en a assez de ces modes importées de chez le Ricains: les minorites,"racisées", l'eductaition non genrée , les minorités LBGTQI+Pedo,les Black live machin chose etc...les feministes hardcore,assez de toutes ces conneries, on vous juge sur ce que vous produisez à l'ecran pas sur ce que vous êtes!

Rampage 06/07/2018 à 08:09

Les viols sont plus souvent commis par des hommes de couleur que par des hommes blancs

Tralala 06/07/2018 à 07:45

Six anciens etudiants d'Oxford, ça représente beaucoup d'intelligence et de travail. L'employé de la BBC est probablement jaloux et amer de ne pas être rentré dans cette prestigieuse université, faute de volonté et de dons intellectuels.

Marco 06/07/2018 à 05:58

Dommage que votre article, par ailleurs intéressant, soit gâché par la dernière phrase qui pue, à souhaits, le lèche-cultisme politiquement correct contre lequel s’insurge, à juste titre, cet excellent acteur !

Redmond Barry 06/07/2018 à 00:07

"Je m’appelle Loretta, je suis une LNT, une lesbienne noire en transition."

Excellent ! ;)

Plus

votre commentaire