Suspiria : Quentin Tarantino a pleuré devant le remake selon le réalisateur

Christophe Foltzer | 3 juillet 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 3 juillet 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le remake de Suspiria, on commence à beaucoup en parler ces derniers temps et c'est un peu normal puisqu'il sort sur nos écrans le 7 novembre prochain. Avec toutes les craintes qui l'accompagnent.

Parce qu'il faut bien comprendre que le Suspiria original, celui de Dario Argento, n'est pas un simple film. C'est une oeuvre d'art baroque comme il en arrive peu souvent. Et donc, fatalement, voir Hollywood poser ses gros doigts dessus, ça fait flipper et ça énerve. Mais là où les choses semblent se passer différemment de d'habitude c'est qu'il s'agit quand même de Luca Guadagnino qui se trouve aux commandes, après son Call Me by Your Name qui a ému la planète entière. Donc il existe un certain capital confiance.

 

PhotoSuspiria, le seul, le vrai  ?

 

Mais le plus dur dans l'opération, c'est bel et bien de se mettre les fans de l'original dans la poche, et ça ce n'est pas gagné. Alors certes la bande-annonce est une agréable surprise qui prouve que le film ne sera pas qu'une photocopie sans âme. Mais il manquait encore un argument massue. On ne sait pas quoi vraiment, peut-être l'assentiment d'un de nos maitres à penser pour faire sauter nos dernières barrières.

Et c'est exactement ce qui vient de se passer puisque Guadagnino, malin comme un singe, vient de révéler au micro de La Repubblica qu'il avait montré le film à son poto Quentin Tarantino, grand fan d'Argento devant l'éternel, et que sa réaction à l'issue de la projection avait été plus que surprenante :

 

PhotoPas franchement le même délire là

 

"Je l'ai montré à Quentin Tarantino. Nous sommes amis depuis que nous avons fait partie du jury du Festival du Film de Venise. J'étais nerveux mais très curieux d'avoir son avis. Nous l'avons vu chez lui et sa réaction m'a réchauffé. Il était plus qu'enthousiaste et, à la fin, il était en larmes et m'a pris dans ses bras. Parce que c'est un film d'horreur mais aussi un mélodrame, mon but était de vous faire regarder l'horreur sans vous donner la possibilité de détourner les yeux parce que les personnages sont captivants. Amazon (ndlr : le distributeur du film) est très heureux."

C'est sûr qu'en lisant une réaction pareille, de la part d'un type qui connait probablement mieux Suspiria qu'Argento lui-même, forcément, ça intrigue et ça donne envie d'en savoir plus. Nous voilà bien maintenant. Tarantino a chialé, on a n'a pas d'autre choix que de découvrir pourquoi. Bravo les gars.

 

Tout savoir sur Suspiria

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Stan
06/07/2018 à 09:29

@Arthur
"Justement, ce realisateur est connu pour un panoramique maladroit a un moment crucial du film.."
Peux tu etre plus specifique, juste pour voir..
Le probleme est que ta stupide et gratuite comparaison avec Danny Boon ou
Line Renaud ne fait que confirmer l’evidence.
Encore un troll qui ne s”est pas de quoi il parle, juste creer un buzz a la con inutile sur ce site.
Commence par voir ses films et faire tes devoirs.
Un bon debut deja.
Je ne vais meme pas continuer la liste des reals plus recents rentrant ds cette categorie, tu continueras a me sortir Kad Merad, Payet, Dubosc etc
Et les premiers Kubrick et Friedkin n’etaient pas consideré comme des chef-d’oeuvres a l’epoque, autant critique que public que ce soit 2001 ou Cruising par exemple..
Dc personne pouvait vraiment deviner ce que donnerait tel ou tel real s’attaquant a un genre totalement different.
Heureusement que certains producteurs avaient juste une largeur d’esprit bcp plus importante que la tienne.

ARTHUR PENNY
05/07/2018 à 17:50

@Stan
"Un film, peu importe le genre c’est comment savoir raconter une histoire.
Point barre." Justement, ce réalisateur est connu pour un panoramique maladroit sur une fenêtre à un moment crucial... ce qui a beaucoup énervé une grande partie des spectateurs de son dernier film... Kubrick ou Friedkin avaient déjà qq chefs d'oeuvres à leur filmo avant de s'attaquer au genre horrifique, ce n'est malheureusement pas le cas de ce réalisateur, connu pour ses maladresses dans sa manière de raconter une histoire...

ARTHUR PENNY
05/07/2018 à 13:22

@Stan
Merci pour cette belle leçon de cinéma, tu as parfaitement raison. Le problème est que je ne suis absolument pas séduit par la bande annonce sensée vendre ce remake sous son meilleur jour… Tu restes optimiste, j’en suis heureux pour toi. Le serais-tu tout autant si Dany Boon réalise le remake de DEEP RED avec Line Renaud à la place de Clara Calamai ? Parce qu’on ne sait jamais, hein, ça pourrait le faire.

Stan
04/07/2018 à 18:15

@arthurpenny
C’est vrai que Kubrick etait un grand specialiste de l’horreur avant Shining...
Ou Friedkin avec L’exorciste.
Ou plus recemment Mitchell avec It follows.
Liste non-exhaustive.
Un film, peu importe le genre c’est comment savoir raconter une histoire.
Point barre.

ARTHUR PENNY
04/07/2018 à 17:08

Si Tarantino est pote avec le réalisateur du remake, il va pas le descendre bien entendu ... Un peu comme James Cameron qui défend le dernier Terminator... Qu'en penses Dario Argento, Daria Nicolodi et Luciano Tovoli ? C'est eux qu'on veut entendre bordel ! Perso cette lumière froide à l'opposé du travail de Tovoli n'a rien d'original, ce Luca Guadagnino a-t-il déjà fait ses preuves au niveau "fantastique/horreur" ?

Le rol’
04/07/2018 à 11:13

"De la part du type qui connait probablement mieux Suspiria qu’Argento lui-meme" = Tarantino grand grand cinephile avec toute la passion qui peut l’animer.
Pour les cretins du dessous, elle etait pas si compliquée.
Kevin Feige n’est vraiment pas l’ami des neurones encore une fois.
Et Guadagnino est un tres tres grand real qui a fait un parcours sans faute pour l’instant.
Misere, miseeeeeereuh!

barjo
03/07/2018 à 23:44

Le processus créatif est quelque chose de chelou. Parfois, le spectateur voit un truc qui lui parle alors que l'auteur n'avait aucunement l'intention d'en faire écho. Est ce que l'inconscient est un des moteurs de la création? Peut être, mais j'ai tendance à dire non, que chaque œuvre est réfléchi et que si il y a de l’inconscient c'est plus sur des sujets qui préoccupe l'auteur. Mais au point-de-vue purement créatif, je ne crois pas, je ne vois pas Kubrick ou McTiernan fonctionner en automatique pour faire leurs films. Dans ce cas, l'on pourrait dire aussi que le journaliste pourrait projeter son propre inconscient sur une œuvre quand il fait son métier. On tournerait en rond et la critique ne serait plus objective. Au final, je pense que l'auteur connaît toujours mieux son œuvre que quiconque.

Akitrash
03/07/2018 à 21:24

ah bah si le mec qui n'a fait qu'un bon film "Reservoir Dogs" a chialé, alors c'est que ça ne peut-être qu'un chef d'oeuvre... Coño... Déjà t'aurais donné la palme à Old Boys plutôt qu'à Bowling for Columbine (pour des raisons politiquement correct), on t'aurait suivi... Bref je ne ferais pas mon avis selon QT

Bubu
03/07/2018 à 19:25

Moi j ai.fais caca

Hasgarn
03/07/2018 à 15:54

Badass Man :

Le processus filmique, c'est une partie consciente et une autre inconsciente. Comme créateur, tu verras toujours la partie consciente mais jamais la partie inconsciente. Comme spectateur, tu auras accès à une partie du processus conscient (making of, document, interview…) et tu pourras à l'aune de tes connaissances explorer la partie inconsciente.

Je me suis fais une spécialité, fut un temps, de décortiquer le travail de Mamoru Oshii. Pas certain qu'il ait conscient mis dans ses films tout ce que j'y ai vu. C'est néanmoins un mec qui fait les choses avec beaucoup de préparation et fait rarement les choses au hasard.

Donc, je suis assez d'accord avec la possibilité qu'un tiers connaisse mieux une œuvre que son auteur.

Plus
votre commentaire