Marvel : Kevin Feige promet l'arrivée de deux personnages LGBT dans le MCU (et on en connaît un)

Prescilia Correnti | 27 juin 2018
Prescilia Correnti | 27 juin 2018

Le grand Big Boss enchaîne les révélations et annonce que deux héros feront leur coming-out dans les prochains films à venir.

Après avoir évoqué très récemment qu’il y aurait d’une part plus de femmes du côté de la réalisation des longs-métrages, ainsi que plus de super-héroïnes pour les prochaines annéesKevin Feige continue d'enchaîner les déclarations. Le chef de file marvélien reste toujours très avare en information, mais a quand même lâché une grosse nouvelle au détour d’une interview accordée à The Playlist.

 

PhotoVous l'auriez deviné  ?

 

Durant l’interview, un journaliste de The Playlist lui a demandé quand est-ce que les spectateurs pourront voir un personnage LGBT dans le MCU. Ce à quoi Kevin Feige à simplement répondu "oui."  Un peu curieux, le journaliste tente de relancer la discussion en lui demandant si le public avait pu l’apercevoir. Réponse de l’intéressé : "Les deux. Un que vous avez déjà vu et un autre que vous allez découvrir."

Cette déclaration fait écho et rappelle les quelques demandes des fans en 2016 qui souhaitaient que Captain America entretiennent une relation avec son camarade de guerre Le Soldat de l’Hiver. Non ce n’est pas une blague, on peut même vous dire que l’élan des fans avait valu un hashtag sur Twitter : #GiveCaptainAmericaABoyfriend (Donnez à Captain America un petit ami).

 

 "Parce que de toute façon ça arrivera quand même"

 

 "Laissez-le sortir avec son Bucky"

 

Plus "sérieusement", le personnage LGBT (que l'on connaît déjà) le plus probable serait l’héroïne qu’incarne Tessa Thompson dans Thor : Ragnarok. De nombreux spectateurs supposaient que Valkyrie entretenait une relation amoureuse hors-champ avec sa compagne de guerre assassinée par Hela. Dans les comics, le personnage de Valkyrie est elle-même présentée comme bisexuelle.

L’actrice avait même expliqué avoir travaillé avec le réalisateur du film, Taika Waititi, sur une scène où on l’on voyait une jeune femme sortir de la chambre de Valkyrie. Séquence qui a finalement été coupée au montage pour des raisons obscures et inconnues.

 

Photo , Thor : RagnarokValkyrie alias Tessa Thompson

 

La déclaration de Kevin Feige peut tomber un peu comme un cheveu sur la soupe, et pourtant, les comics Marvel regorgent de plusieurs personnages LGBT, notamment dans le groupe des X-Men. En 2012, un mariage gay avait été célébré chez les X-Men entre un héros dénommé Northstar (un mutant dont l’homosexualité avait été révélée dès 1992) et son compagnon Kyle Jinadu.

Plus récemment, c'était au tour de la Fox avec le personnage de Negasonic Teenage Warhead, mutante aperçue dans Deadpool d'afficher ouvertement l'homosexualité de l'héroïne dans Deadpool 2Ne reste plus qu’à voir ce que Kevin Feige et les prochains réalisateurs feront pour les mettre en scène.

 

Photo Tessa Thompson

commentaires

Andarioch
28/06/2018 à 11:39

pas au cinéma de toute évidence

Bips
27/06/2018 à 22:32

Ragnagnarok ?

Andarioch
27/06/2018 à 18:57

Cette histoire de représentation de minorités au cinéma me rappelle toujours ce que j'avais ressenti en matant White man avec Harry Belafonte et Travolta. Pour ceux qui ne l'aurait pas vu, le postulat de base est l'inversion des rôles, les blacks étant les riches dominants et les blancs les pauvres ouvriers. Pas un chef d'oeuvre, c'est sûr, mais qui m'a pas mal questionné en chamboulant MA place dans la société. Je garde un souvenir très fort de ce môme blanc qui joue avec des GI Joes noirs. Une incongruité qui forcement amène à se dire: Alors c'est ça être une minorité? Ne plus l'intellectualiser mais bel et bien le ressentir, ne serait-ce qu'une seconde.
Du coup je comprend (un peu, trop peu sans doute) la volonté de certain d'être plus et/ ou mieux représentés.

Have fun

vicTEAM
27/06/2018 à 18:09

@lerealiste : Que tu te plaigne du fait que le cinéma commercial américain soit globalement d'une qualité assez pauvre est une chose. Je suis tout à fait d'accord la dessus. Mais ca n'a aucun rapport avec la représentation des minorités ou des femmes dans ces films.
Que Marvel ou Disney ne soit pas une entreprise philanthropique et puisse y avoir un intérêt (le carton de black panther ne peut que les inciter à continuer) est une chose évidente.
Mais il n'empêche que qu'on peut trouver très bien de voir à l'écran des personnages qui soit un peu plus en phase avec la société tout en critiquant la qualité des films (ou non, car même si ce n'est pas mon cas, la majorité des gens à aimé black panther).
Par ailleurs, en l'occurrence, Feige n'a fait que répondre à une question. Ca n'a rien d'une mise en avant. Et quand bien même, le principal reste la qualité du film. Mais l'un n'empêche pas l'autre.

Mechanic
27/06/2018 à 17:39

@REA

Le cinéma de divertissement a toujours réagi à son époque. Parlé des sujets polémiques, des guerres, introduit des métaphores, pris en compte les modes. Il n'y a qu'à voir une saga comme James Bond, dont la couleur a évolué selon les courants du monde...

L'utilité dont on parle ici, peut parfaitement relever de ça. Non pas de "s'il est homo ça doit avoir un sens et être le sujet dans ses scènes" (notons que si c'était le cas, un autre que toi viendrais relever que ça fait chier et que être gay c'est toujours un sujet et jamais un truc discret). Mais de l'utilité sociale, de celle qui peut résonner avec des spectateurs. Qui fait que le film s'inscrit dans son temps, réagit au public, au monde.

Ensuite : qui te dit que Valkyrie par ex n'aura pas de copine et que sa copine sera traitée exactement comme si elle avait un copain, avec la même flemme basique scénaristiques ? C'est ça aussi la simplicité, la justice, l'équilibre, la normalité.

La pression des lobbies... Je n'ai jamais entendu personne se plaindre des lobbies pro-hétéro pro-blonds aux yeux bleus et compagnie. Tout ça était perçu comme normal, donc pas politisé, par choisi, pas vecteur d'idées. C'était apparemment la neutralité pour beaucoup de gens... et comme là, ça change UN PEU, PARFOIS, ça devient un basculement. Non non, tout ça a toujours été une question de choix, une volonté, inconsciente peut-être.

Je ne souhaite rien, si ce n'est que certains arrêtent de croire que ça, là, est un problème, une bataille, une agression. Je vois bien plus de gens gueuler face à l'éventuelle homosexualité d'un perso dans un blockbuster, que sur la pauvreté de certains films, les problèmes de distribution, la violence des débats exacerbée par l'anonymat d'internet, etc.

Et avant de gueuler et se plaindre et reprocher : voyons peut-être. Qui a dit que ce serait non-cliché, super-génial, révolutionnaire ? Personne. Je pense, comme d'autres, que wait and see. Et relax.

Et pour la question de la représentation : avis biaisé si tu es dans la masse représentée partout. Un mec blanc hétéro caucasien, par exemple, n'aurait aucun problème avec sa représentation dans la culture populaire : normal, elle est articulée autour de lui, à l'écran et en coulisses. Normal donc que ça ne semble pas être une question, un problème, un sujet. En revanche, j'imagine toutes les autres personnes, qui aimeraient se projeter et construire une partie de leur imaginaire, construire leur sentiment d'appartenance, avoir des pierres offertes par la culture populaire pour bâtir un édifice de rêves et d'envies en étant môme... et là, je me dis que oui, faut sortir de soi, de "moi j'en ai pas besoin".

Et si quelqu'un en avait besoin, quelque part, ce ne serait pas une raison suffisante de le laisser avoir une chance de vibrer ? De voir qu'être noir-gay-etc, si c'est inclus dans un SW et qu'on l'insulte dans la rue, ça veut peut-être dire qu'il existe et a une valeur, et est inclut dans l'entreprise du rêve massif ?
Et pourquoi avoir des hétéro serait normal, mais avoir 5 gays dans les 40 blockbusters de l'année serait idéologie lobby et compagnie ?
Cette volonté de changer à 2% la formule automatique est-elle si mauvaise et problématique et gênante, surtout pour ceux qui s'en foutent et sont pas concernés ?

LeRealiste
27/06/2018 à 17:36

@vicTEAM

Si ce n'est des petits détails, pourquoi en faire une promotion? pourquoi mettre ce trait caractéristique en avant?
C'était un peu la même chose avec Black panther, les gens se souciaient non des qualités du film mais de la représentation idéologique du film.

C'est frustrant de voir de nos jours, l'art cinématographique ne servir qu'à ça.
C'est une dégringolade que l'on ne peut nier.

Lord Sinclair
27/06/2018 à 17:20

Ca serait pas mal qu'ils révèlent qu'un des prochains films intègrera un vrai scénariste.
Ca, ça serait une vraie révolution !

vicTEAM
27/06/2018 à 17:07

@lerealiste : c'est vrai qu'on a besoin que Tony Stark passe sont temps à crier sur tous les toit qu'il est hétéro pour qu'on le sache. Idem pour Banner et black widow.
N'importe quoi vraiment. Comme le dit mechanic, on peut avoir des personnage de toute minorité sans que cette "particularité" soit ce qui le définisse dans le film.
Par ailleurs, il y a une chose qu'on appelle "subtilité" qui doit permettre de donner une information sur un personnage sans que avoir besoin le voir se balader tout le métrage avec une pancarte "je suis gay".

REA
27/06/2018 à 17:06

@Mechanic

Visiblement la sexualité a une utilité pour eux. Donc pourquoi nous gaver à vouloir nous imposer / nous promettre des personnages LGBT si ce n'est pas pour montrer ce qu'ils sont ?

Il y a des gays (ou comme tu dis, remplaçons ça par noir, laid, petit...). Tu dois montrer ce qui caractérise cette personne dans ton histoire. Sinon pourquoi répondre à la pression des lobbies ? Autre problème, est-ce qu'ils prendront le parti de présenter le personnage avec une histoire normale comme tu dis (souhaites?), ou vont-ils le caricaturer, survoler ce trait ?

Ecrire un personnage tout en neutralisant sa sexualité, c'est pas un problème. Le film ne se résumera pas à ça et heureusement. Mais si ton personnage est important, il y aura des traits de caractère à montrer.

Alors oui, j'entends ce que tu me dis "C'est la vie, rien de plus. Et si toi ça te semble superflu, essaie d'imaginer le sens que ça prendra pour d'autres spectateurs, selon leur vie, leur culture, leur milieu, leurs rêves, leurs peurs..." Je ne pourrais jamais être à leur place, et sans doute ils ont ce besoin. Mais tu sais, nous appartenons au moins à une communauté, si ce n'est à plusieurs. Perso, je m'en fiche qu'on (essaie de) me représente.r.

Par exemple, j'avais bien aimé la petite ambiguité sur la sexualité de Billy dans Black Sails.

Mais là, cette volonté des LGBT de pénétrer Star Wars, Marvel... pourquoi ?
Eux comme d'autres confondent représentation, et idéologie.

Mechanic
27/06/2018 à 15:41

@REA

Tu nous fais la liste de l'utilité de l'hétérosexualité des personnages pour voir du coup ? Parce que si la sexualité doit avoir une "utilité" (sans même prendre en considération le caractère hautement subjectif de cette idée...) et ne peut pas simplement être une facette d'un personnage, pour sortir du réflexe "évidemment il est hétéro"...

Etre gay n'est pas forcément un arc narratif, un levier dramatique. Ca peut aussi simplement être : oui, y'a des gens gay (remplaçons ça par noir, gros, laid, petit, et tout ce qui sors d'une quelconque "norme" qui serait jamais un choix mais une évidence vs un truc "anormal" est systématiquement questionné comme un élément politisé... bien sûr, la norme c'est pas politisé ou problématique). Ils peuvent vivre des histoires normales, sans passer par coming out doute crise etc.

Ca peut juste être : oui, Hikaru Sulu a une vie perso, et au lieu de montrer qu'il est avec une jolie fille comme quantité de scènes parenthèses inutiles, il est avec un mec. C'est ni le sujet central, ni un truc qui devrait toujours être le centre de l'attention. C'est la vie, rien de plus. Et si toi ça te semble superflu, essaie d'imaginer le sens que ça prendra pour d'autres spectateurs, selon leur vie, leur culture, leur milieu, leurs rêves, leurs peurs... Regarde le monde dans lequel on vit. Et là, tu devrais, je pense, voir que tu devrais sortir de toi-même. Te dire qu'au pire, tu t'en fous (c'est bien ton droit, comme le mien de m'en foutre de voir telle actrice filmée sous la taille en mini jupe), et au mieux, tu imagines l'impact que ça aura sur un autre.

Plus

votre commentaire