Si les critiques ont tabassé Ocean's 8, c'est parce que ce sont des mâles blancs, d'après Cate Blanchett et Sandra Bullock

La Rédaction | 18 juin 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 18 juin 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

C’est de manière un peu inattendue que le débat sur les origines ethniques et sociales des critiques de cinéma a éclos outre-Atlantique.

S’il se débrouille plus qu’honorablement au box-office américain et international, Ocean’s Eight s’est gentiment fait poncer la tronche par la critique un peu partout dans le monde (surtout en Europe notamment chez nous). Comme souvent, le casting du métrage est monté au créneau pour le défendre, usant d’un argument rarement mis en avant dans ce genre de situation.

Quelques jours après que Brie Larson ait attiré l’attention en expliquant que les critiques de mâles blancs adressées à des films tels qu'Un raccourci dans le temps lui semblaient indésirables, pour ne pas dire nuisiblesCate Blanchett et Sandra Bullock se sont emparées de cet argumentaire pour défendre le travail de Gary Ross, au cours d'une interview accordée au Telegraph.

 

photo, Gary RossAttention un mâle blanc est dissimulé dans cette image

 

Pour Sandra Bullock, le film eût été reçu bien différemment s’il avait été appréhendé par des femmes.

« Ce serait bien que les critiques reflètent ceux auxquels le film s’adresse, les enfants devraient critiquer les films pour enfants, pas un homme de 60 ans. Je crois que son opinion serait forcément biaisée. »

L’enjeu, c’est selon l’artiste, une meilleure représentation du monde et de ceux qui le peuplent. L’idée étant « d’équilibrer l’ensemble des critiques, de manière à ce qu’ils représentent mieux le monde dans lequel nous vivons, comme mes amies et moi essayons de refléter celui dans lequel nous vivons. »

 

photoHelena Bonham Carter, reflétant très bien le monde de la réalité vraie

 

Une opinion qui paraît partagée par Cate Blanchett, qui voit dans la transformation des médias un enjeu de taille.

« C’est un problème Hollywoodien, mais aussi dans les médias, parce qu’un studio peut défendre un film, mais ce sont des visages invisibles, sur internet, souvent des critiques mâles, qui peuvent le visionner avec un prisme d’incompréhension, donc je pense que c’est une donnée essentielle de l’équation.»

 

photo, Sandra Bullock, Mindy KalingMindy Kaling et Sandra Bullock

 

Le trait est tellement gros qu’il ferait presque penser à un canular. Peu importe finalement que Sandra Bullock semble convaincue qu'Ocean’s Eight reflète quoi que ce soit d’autre qu’une certaine paresse scénaristique. Peu importe aussi que Cate Blanchett estime les mâles blancs inaptes à appréhender le film (mais pas à le réaliser, le metteur en scène Gary Ross n'étant toujours pas désigné comme dangereux mâle suppôt du patriarcat).

Le problème, en fin de compte, c’est que l’opportunisme de ces déclarations hémiplégiques risque de ridiculiser un problème bien réel, à savoir l’absence de diversité au sein de la critique, souvent extrêmement homogène et dont le prisme esthétique, idéologique et culturel se voit d’autant plus limité.

 

photo, Sandra Bullock, James CordenRare image d'agression critique en milieu tempéré

Tout savoir sur Ocean’s Eight

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
JulieDeLille
28/06/2018 à 10:07

Qu'elles jugent qu'il y ait trop d'hommes critiques soit, mais pourquoi préciser "blanc" ?! Si c'est un homme de couleur qui trouve le film pas terrible ça passe ? Ça devient de plus en plus grave cette haine de l'homme blanc...

Kim Jongg_85440
19/06/2018 à 13:02

Le principe d'une critique cinema consiste a donner un avis objectif en ayant une approche artistique
qui va au dela de ses gouts, de ses préoccupations et de ses considérations personnelles.

il y a les films qui revolutionnent le cinema ET ont une bonne realisation qui meritent 5 etoiles

il y a le sfilms qui revolutionnent le cinema OU ont une bonne realisation : 4 etoiles

dautres qui ne revolutionne rien si ce n'est un genre particulier ET ont une realisation correct : 3 etoiles

Des filmes qui ne revolutionne rien si ce n'est un genre particulier OU ont une realisation correct: 2 etoiles

Des films qui ont une mauvaise realisation ; 1 etoiles

voila des tas de films de film a but commercial ont un public ciblé que ce soit des films black des films d'action masculin des films pour les enfants , des films pour les jeunes femmes, des comedies pour les ados. Et en général ce sont des navets et les meilleurs n'ont pas la prétention d'etre autre chose que des navets.

dofin
19/06/2018 à 08:58

En gros, quand elles font un film qui cartonne, c'est parce que toutes les critiques ont été faites par des femmes ou des hommes blancs énucléés mais quand ça ne marche pas, le vilain homme pale en service 3 pièces s'en ai chargé. Je me demande que doivent penser les journalistes chinois et sénégalais qui n'ont pas aimé ce film et qui travaillent dans leur pays respectif. Ça doit le faire un choc d'apprendre qu'ils sont des blancs qui s'ignorent......n'importe quoi.

Real
19/06/2018 à 08:44

Un doute sur l'article : il condamne les propos des comédiennes avant de finalement les valider en conclusion... bizarre.
Sinon, et perso: tant de récupération et d'opportunisme rance sous couvert de promo (tout ça pour...un film ! ) et prétexte de progressisme...Consternant et dangeureux.
Soyons fous: y'a t'il un journaliste blanc hetero et expérimenté pour se fendre d'un edito bien senti, face à tant d'inepties ?

Moi
19/06/2018 à 05:14

Bonjour à tous, je dirais que le problème réel ce sont les critiques eux - mêmes, qui sont-ils pour juger? Le cinéma est très subjectif ,chacun va voir un film pour ces propres raisons à moins bien sûr qu'il se sente opprimé par l'avis sociétaire ce qui serait très grave. Sur ce bonne journée

Petitkon
19/06/2018 à 00:44

C'est juste un film...
Ras le cul du sexisme...
Du féminisme...
Bon c'est une suite d'Océans... Version féminin!?
Rien de choquant..
Je l'ai vu
Il est juste un peu trop long au démarrage...
L'histoire du collier qui se retrouve dans la fontaine lol bof..
Grr sinon la déferlante que j'ai essayé de lire sur ce film l'impressionnisme autant que la haine sur blackanther un film fait par des noirs pour des noirs..
Alors que le super héros existe depuis plus de 30 ans mdr
En ce moment le monde va très mal... .
On espère qu'il redressera la pente petit à petit...

Baneath88
18/06/2018 à 23:16

@ Vickers :
Oui, ça devient vraiment fatiguant. Sous prétexte que tel ou tel film est brocardé comme le porte-étendard d'une cause, on en oublie complètement de le regarder pour ce qu'il est d'abord.
Je prenais l'exemple de Black Panther car il est à mon goût le plus révélateur d'une époque où on réduit le progressisme à une illusion de forme. Là ou certains voyaient le renouveau, je voyais la même formule déroulée avec un cynisme proprement indécent. Un produit qui se sert d'une problématique sociétale bien réelle pour la diluer dans un gloubi-boulga visuellement laid et au discours passablement hasardeux.
Mais non, ce qui compte, c'est le symbole. Le film en lui-même n'avait plus d'importance. Et c'est ça qui était désastreux.

Pour les propos tenus par Sandra Bullock ou Cate Blanchett, on se retrouve avec cette éternelle rengaine du "ceux qui critiquent ne comprennent pas". Parce que c'est connu, un film n'est fait que pour un public prédéfini. Commercialement, c'est tellement plus profitable que de vouloir conquérir un public large. Bref, leur axe de défense n'a strictement aucun sens d'un point de vue financier ou artistique. Car ce que les critiques pointent en majorité, ce sont les failles qui concernent le script ou les personnages. Bref, les deux choses les plus importantes, il me semble. Se cacher derrière une cause ne change rien à l'affaire. Il est affaire de film pas de manifeste.
Je suis peut être naïf, mais j'estime qu'un film s'adresse en priorité à une audience qui est composée d'une mixité de genres, caractères, milieux sociaux et âges.
Parmi les millions de dans d'Ocean's Eleven, je doute qu'on ne trouve que des hommes. De même que pour des films comme Thelma et Louise ou Mes Meilleurs Amies, je ne serai pas surpris que les fans ne soient pas exclusivement féminines.

DcLeague
18/06/2018 à 21:43

Non c'est juste que c'est de la merde, wonder woman à plus au "mâles blancs" pas parce que l'actrice est une bonasse mais parce que c'est un excellent film, alors que cette daube est sans doute le pire film ocean's et le plus inutile.
C'est une pâle copie du premier ocean's mais en moins bien sans l'esprit de la saga et c'est chiant à mourir.
C'est consternant.

Vickers
18/06/2018 à 21:08

@Baneath88

Intéressant de noter que rien que sous la critique de Black Panther sur Ecran large, j'ai vu des commentaires de ce genre (t'aimes pas donc t'es raciste).
Et que sous un paquet d'articles on lit des choses du même genre. Machin dit que tel blockbuster est nul, donc il est un vieil intello qui jure que par Bergman. Untel n'aime pas un Kechiche, alors c'est un neuneu qui n'aime que Transformers. On aime pas Avengers ? Normal on est un inculte qui n'a pas grandi avec des comics en perfusion.
Tout ça pour dire que sans généraliser, on trouve cette tendance absurde à l'extrémisme partout - et à commencer par le public, peut-être même une partie de ceux qui sont outrés face aux propos stupides de ces deux actrices.

Baneath88
18/06/2018 à 20:58

Ce type de stratégie de défense est aussi stérile que sectaire. Donc, les seul(e)s à même de comprendre ou juger le film seraient une partie de la population composant ses spectateurs.
Je trouve plus qu'opportuniste voire même carrément cynique de défendre un film au regard des diverses controverses qui secouent actuellement l'industrie hollywoodienne.
Ce serait comme dire "tu critiques négativement Black Panther, mais c'est parce que tu n'as rien compris vu que tu n'es pas africain".
Édifiant, voire même insultant.

Plus
votre commentaire