Todd McFarlane ne veut pas que son Spawn soit une Origin Story

Christophe Foltzer | 5 juin 2018 - MAJ : 05/06/2018 17:56
Christophe Foltzer | 5 juin 2018 - MAJ : 05/06/2018 17:56

Si tout le monde a les yeux rivés sur Marvel et le DCEU actuellement, les vrais savent que le salut du genre super-héroïque ne peut venir que d'un endroit en particulier : Blumhouse. Parce qu'il prépare le nouveau Spawn.

Et on rappelle que le pari est assez osé puisqu'il s'agira d'un film classé R (donc pas pour les enfants), première réalisation de Todd McFarlane, créateur du personnage, et doté d'un budget modeste d'une dizaine de millions de dollars, ce qui devrait lui laisser une liberté de ton quasi-totale puisque l'enjeu économique n'est pas aussi énorme que sur un Avengers par exemple.

 

PhotoSpawn en 1997

 

Nous avons aussi appris la semaine dernière que ce serait finalement Jamie Foxx qui endosserait le costume d'Al Simmons/Spawn, agent de la CIA expédié en enfer qui revient sur Terre pour prendre la tête des armées infernales et qui décide de se transformer en justicier des bas-fonds. Un choix finalement assez malin qui a quand même fait gueuler les nostalgiques de Michael Jai White, le Spawn du film de 1997.

Et McFarlane semble bien décidé à nous livrer un film vraiment à part puisque Spawn ne devrait pas en être le héros, ce seront les détectives Sam et Twitch, et qu'il vient aujourd'hui de déclarer énergiquement au micro de ComicBook.com que son film ne sera absolument pas une Origin Story :

 

 

Photo Jamie FoxxJamie Foxx, le nouveau Spawn

 

"Non, non, non. Les Origin Stories, ça ne m'intéresse pas. Je ne peux pas faire ça. J'ai vu trop de films qui passent beaucoup trop de temps à installer leurs univers."

Une déclaration claire qui va à contre-courant de la mode actuelle, ce qui n'est évidemment pas pour nous déplaire. Et pour le réalisateur, prendre l'histoire en cours fonctionne très bien puisqu'il a fait un parallèle avec Sans un bruit qui sortira chez nous le 20 juin prochain. Attention, ceci peut constituer un SPOILER :

"Prenez Sans un bruit par exemple. Il commence au 89ème jour et j'adore ça. Il ne perd pas de temps à nous expliquer ce qui s'est passé durant les 88 premiers jours et c'est juste génial. Donc, soit vous acceptez de partir là-dessus, soit non."

 

Photo 2 Spawn

 

Une décision qui pourrait effectivement faire de Spawn un objet vraiment à part, si l'on ajoute en plus à cela le fait que le film sera avant tout une histoire de monstres :

"Quand vous faites un film de monstres, la caméra ne suit pas le boogeyman ou la créature. Elle suit les humains, et c'est ce que je fais dans mon film. Les gens aiment les films de monstres mais ne se disent jamais "j'aurais aimé voir davantage la créature". Ils ne disent pas ça. Ils disent juste que c'était cool."

Encore un choix audacieux et qui pourrait s'avérer casse-gueule. Mais en même temps, on est de plus en plus intrigué par la direction que prend ce film. 

 

Photo

commentaires

yojimbo
09/06/2018 à 13:51

Ca peut ressembler aussi à la série animé sans le coté origin du personnage , la série animé est tres bien malsaine et glauque

Cédrik
05/06/2018 à 16:41

Avec un budget aussi bas pour un tel personnage, ils n'ont qu'à montrer que la silhouette de Spawn, pas la peine d'embaucher Jamie Fox pour ça!

Draven
05/06/2018 à 15:39

"Un choix finalement assez malin qui a quand même fait gueuler les nostalgiques de Michael Jai White, le Spawn du film de 1997."

Parce qu'il y a vraiment des nostalgiques de ce navet ?!

Pulsion73
05/06/2018 à 14:34

Ben avec un budget aussi serré ceinture dernier cran, ça coûte moins cher en effets spéciaux pour 2 détectives que pour un Spawn. Mais, mais ! Rappelons nous que pour Pitch Black Riddick n'était pas omniprésent et cela fonctionnait très bien. Certes Riddick n'était pas un personnage connu contrairement à Spawn.

snake88
05/06/2018 à 12:10

Cela fait 10 piges que Mcfarlane affiche ces intentions plus que louables, notamment le traitement de spawn en mode boogeyman qui était déjà esquissé dans la brillante série animée.

La vrai question est : est-ce que ce vieux Todd aura assez de talent caméra en main pour illustrer ces belles promesses ou est-ce qu'il nous fera une Frank Miller ?

votre commentaire