Annihilation dévoile les secrets de son ours mutant en vidéo

La Rédaction | 23 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 23 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Adoré ou détesté, Annihilation fut un des évènements de ce début d’année. Et on découvre plus en détail un de ces meilleurs ingrédients.

Que vous ayez été fasciné par l’esthétique du film d'Alex Garland, que vous ayez roupillé devant l’absence d’enjeux de son scénario, que ses énigmatiques détours vous aient dépaysé, que son côté série B lobotomisée vous ait énervé ou que sa puissance thématique vous ait comblé, il y a probablement une scène d’Annihilation qui vous a donné les miquettes.

Il s’agit bien sûr de la séquence de l’ours mutant, ou croyant entendre l’une des leurs, les protagonistes survivantes sont attaquées par surprise par un prédateur pour le moins flippant. Il s’agit d’un ours dans un sale état mais très remonté, qui ne traverse pas le récit sans maculer les murs de viande humaine.

 

 

 

Particularité de la bête (et raison pour laquelle les personnages la confondent avec leur collègue), elle s’hybride avec ses victimes, et au milieu de sa gueule se trouve littéralement un crâne humain. Le détail est frappant, frissonnant, pertinent, et achève de faire de cette menace une créature absolument terrifiante.

Annihilation étant sorti chez nous via Netflix, impossible de le découvrir via une édition vidéo, comme c’est le cas aux Etats-Unis. On partage donc avec vous ce bonus, dans lequel l’équipe responsable des effets spéciaux revient sur le design de ce méchant ours pas comme les autres.

 

photo

Tout savoir sur Annihilation

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
24/05/2018 à 15:24

Bien joué, superbement réalisé, photo impeccable, ambiance mystérieuse... l'enjeu ? La Terre, tout simplement... Excellent film.

eric
23/05/2018 à 23:58

mal joué , mal fait , trop long film ratée à mon goût

Claude François
23/05/2018 à 19:20

Comme à l'accoutumée, respect du lecteur et du spectateur nul...

votre commentaire