L'Homme qui tua Don Quichotte : la justice a rendu son verdict, Terry Gilliam au bout du tunnel ?

La Rédaction | 9 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 9 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Alors que Terry Gilliam se soigne d'un AVC, il ne manquerait plus qu'une décision de justice défavorable. Roulements de tambour...

L'Homme qui tua Don Quichotte en aura vu de toutes les couleurs. Projet avorté il y a presque 20 ans, comme relaté dans l'incroyable Lost in La Mancha, le film a été ressuscité après de multiples essais par un Terry Gilliam tenace, bien destiné à montrer à son foutu destin de quel bois il se chauffe. Sauf que le destin n'aime pas trop ça, et lui colle une affaire juridique qui met gravement en danger la sortie du film et sa projection à Cannes, le tout assorti d'un petit AVC au passage pour mettre une cerise pourrie sur le gâteau au caca.

Il n'y avait plus que la justice des hommes pour s'interposer par son jugement entre Terry Gilliam et sa poisse collante. Ce jugement, il a été attendu pendant des semaines, longues comme les pales d'un moulin géant, mais il est enfin arrivé. Nerveusement, nous vous le rapportons.

 

 

La plainte du producteur Paulo Branco, qui cherchait à bloquer la sortie et la projection, a ainsi été rejetée. Et L'Homme qui tua Don Quichotte sera donc bien projeté à Cannes pour clore l'édition 2018 du Festival. C'est donc une victoire : Terry Gilliam a gagné. Du moins en apparence, puisqu'il semble que la situation est loin d'être résolue. 

Le fils de Paul Branco, Juan, s'est ainsi félicité sur Twitter de ce qu'il considère comme une humiliation de Thierry Frémaux et Pierre Lescure, les têtes de Cannes. Il déclare que le film sera projeté, mais précédé d'un "avertissement quant au passage en force tenté contre Alfama Films et Paulo Branco. (...) avertissement déshonorant pour le festival, qui sera condamné sur le fond".

Juan Branco assure que "le film ne sera pas distribué en salles", celui-ci n'ayant pas encore de visa du CNC. Il dénonce clairement une stratégie du distributeur Océans Films, aidé par Cannes, pour sortir de force L'Homme qui tua Don Quichotte.

 

 

Photo Jonathan Pryce, Adam Driver"Bon, on continue ou on lâche l'affaire ?"

 

Un autre jugement est attendu le 15 juin concernant les droits d'auteurs (et donc la répartition des sous). Mais au-delà de la projection glorieuse à Cannes, l'avenir du film reste incertain. En témoigne la décision d'Amazon, qui s'est retiré selon Variety alors qu'ils devaient distribuer le film aux Etats-Unis.

L'Homme qui tua Don Quichotte était censé sortie le 19 mai. Sur Twitter, Terry Gilliam a rappelé qu'il était bien vivant et précisé que le film serait montré à Cannes... puis dans les salles, comme prévu. La suite au prochain épisode donc.

[UPDATE] : Thierry Frémeaux, le délégué général du Festival de Cannes aurait annoncé que Terry Gilliam sera bien présent.

 

affiche

Tout savoir sur L'Homme qui tua Don Quichotte

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Thierry
11/05/2018 à 09:04

Ce qui serait "drôle" c'est que :

-- Netflix paye le producteur pas content en lui signant le chèque de 2.5 millions ou plus réclamé,
-- Netflix achetant le film qui ne pourra sans doute d'ailleurs pas être diffusé en salles,
-- et Netflix se plaçant alors et de nouveau au centre de la planète cinéma :
-- un coup de maître de Netflix poursuivant son chemin et délivrant son film sur sa plateforme pour que des dizaines de millions d'humains découvrent la création de Terry Gilliam.

Et si en plus le film est bon, alors ce serait "..... c'est plein d'étoiles....", comme dirait l'ami Kubrick.

Chiche ? J'aime bien le spectacle.

Number6
10/05/2018 à 10:31

Et la fatality totale pour les différentes parties:

Le film est nase, se fait huer à Cannes, fatality Gilliam et festival.
Puis le film sort quand même au cinéma et ne rapporte rien. Fatality pour ceux qui veulent faire des gros sous, comme les ayant droits.

Ouais, ce film est vraiment poissard. En fait, s'il existait en VHS, j'aurais peur de le regarder, de voir don quichotte sortir de l'écran et mourir une semaine après...

Thierry
10/05/2018 à 08:17

On pourrait dire aussi que Terry Gilliam ici joue et incarne le héros de son film, Don Quichotte, lequel part en guerre contre toutes sortes de géants et se lance dans toutes sortes de batailles, toujours prêt à se battre contre..... des moulins à vent. Les histoires de producteur, de justice, de journalistes, de festival de Cannes et autres droits de diffusion, en salle ou pas, sont les aventures plus ou moins épiques de Terry Gilliam/Don Quichotte. :))

Euh ?
10/05/2018 à 01:12

Et il a tué combien de chevaux cette fois ?

fedor85
09/05/2018 à 17:51

D'accord avec le collègue. La ba m'a quand même bien freiné.

stivostine
09/05/2018 à 17:31

Je pense pas que le film soit à la hauteur de tous ces épisodes rocambolesques, enfin j’espère me tromper.

votre commentaire