Films

Star Wars : Mark Hamill regrette d’avoir dû traire un alien plutôt que de pleurer Han Solo

Par La Rédaction
28 mars 2018
MAJ : 23 octobre 2018
15 commentaires
Photo Mark Hamill

Avec l’arrivée prochaine de Star Wars : Les Derniers Jedi en vidéo, on en apprend de plus en plus sur les scènes coupées.

ATTENTION SPOILERS

Parmi elles se trouverait une séquence intitulée Luke Has a Moment, dans laquelle le célèbre personnage incarné par Mark Hamill tente de faire le deuil de la mort de son ami Han Solo. Un passage qui génère d’autant plus de curiosité que de nombreux fans de la saga ont regretté que Rian Johnson ne donne pas à ses héros l’occasion de prendre en compte le départ définitif d’Harrison Ford, dont le célèbre personnage a été tué dans Star Wars : Le Réveil de la Force.

Interrogé par IGNMark Hamill, qui signait a priori sa dernière prestation au sein de la franchise Star Wars, a regretté avec malice certains choix opérés en post-production.

 

Photo Mark HamillMark Hamill

 

« Je crois que le fait qu’il puisse se laisser aller à ses émotions aurait eu de l’impact sur le public, parce que cela lui aurait permis de pleurer Han Solo, exactement comme Luke.

Mais ce sont des choses qui arrivent sur chaque film. Vous vous demandez : ‘Oh, où est passée cette scène où il arrivait ça et ça ?’ Parce que vous aimeriez donner au spectateur l’expérience la plus complète possible. Et vous savez… Il y avait le temps de monter la scène où je traie un gros alien mais pour ce qui est de montrer des émotions humaines ? Nan, y a pas le temps pour ça. Mais encore une fois, ça ne dépend pas de moi. »

De quoi donner quelques nouvelles munitions aux (nombreux) spectateurs remontés contre Rian Johnson, accusé depuis la sortie des Derniers Jedi d’être un suppôt de Satan à la solde du diable Mickey. Lequel lui a d’ailleurs confié une nouvelle trilogie encore bien mystérieuse autour de Star Wars.

 

Photo Mark Hamill

Rédacteurs :
Tout savoir sur Star Wars : Les Derniers Jedi
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 15 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Oasis78

@mmarvinbear

Ce que je reproche aux épisodes 7 et 8 ?
Ce ne sont que des films indépendants à gros effets spéciaux, presque interchangeables, répondant seulement à des recettes marketing hollywoodiennes et uniquement raccords avec la scène de fin du 7 et le début du 8.
Aucune visions globale, à une réelle histoire à raconter, aucune homogénéité ni dans le ton ni dans l’histoire. C’est creux et on sent bien que chaque réalisateur écrit juste sa propre histoire juste pour son film !!
Aucune réelle imagination ni aucune réelle créativité dans les mondes et peuples visités. Bref c’est creux et triste !!

@ marvinbear

Voilà tout ? Donc pour toi StarWars est devenu instantanément culte parce que Lucas a pensé à utiliser une structure classique et piocher ici ou là des idées ayant fait leurs preuves ?
Tu m’étonnes que tu ne comprennes pas de quelle « magie » je parle… celle qui a disparu de la dernière trilogie ( et de la 1ère aussi tiens, mais elle avait au moins le mérite d’avoir une histoire à raconter ).

mmarvinbear

« Et pas qu’on nous reprenne les mêmes ingrédients de la 1ère trilogie sans la magie. »

Heu quelle magie ?

Pour être objectif, les épisodes IV à VI ont aussi leur lot de passages à vide et de clichés cinématographiques, sans parler du coté bancal du VI qui est en fait deux scénarios de 55 minutes chacun accolés pour faire un long métrage unique.

Quand on regarde bien, et je sais qu’en écrivant ceci je me condamne au bûcher selon certains, il n’y a rien d’original dans SW : l’épisode IV est écrit sur un canevas hyper connu,  » le voyage du héros » de Campbell, qui recense les poncifs de la scénarisation des oeuvres d’aventures occidentales.

On a ainsi

– le héros, jeune, décalé et qui cherche sa vraie place : check
– l’événement qui perturbe le quotidien et lance le héros sur la voie de l’aventure : check
– le sage, l’ancien qui va enseigner au héros les premières bases avant de mourir : check
– le compagnon de route, moins naif et plus rebelle : check
– la princesse ou demoiselle en détresse, but ultime et excuse pour le départ du héros : check
– l’entité maléfique qui est un trop gros obstacle au premier abord mais qui perd à la fin quand le héros a gagné en expérience : check

Ce canevas a servi à a peu près toute la production hollywoodienne classique depuis les années 50. Ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté, des scénaristes de western des années 60 et 70 ont ainsi révélé avoir tourné des dizaines de films avec les mêmes synopsis en changeant juste les noms des personnages et des lieux !

Ce qui fait de SW une oeuvre incontournable, ce sont de petits à cotés, des ajouts qui relèvent l’ensemble : les décors permettent une immersion complète dans la saga, le son est très travaillé et Lucas, il faut le dire, est un très bon cinéaste qui possède une grande culture générale et qui sait s’en servir pour relever ce qui serait banal autrement.

Son Vador par exemple est largement inspiré des samouraïs et des films de Kurosawa. La  » Forteresse cachée » est aussi une des sources de la saga. Il est aussi évident qu’il a été en contact avec l’oeuvre de Mézières et son Valérian : le Faucon Millenium ressemble étrangement au vaisseau de Valérian et on voit même un Shingouz modifié dans l’épisode IV.

La saga actuelle ne fait que s’inscrire dans la tradition des premiers films, voilà tout.

Eddie9Felson

@Birdy : +1

Karlito

+1 Marvin

Tous les grincheux semblent oublier que cette épisode n’est qu’un décalque de L’Empire contre-Attaque. J’ai passé un bon moment malgré tout et les scènes de Luke et Rey sont pas mal, l’apparition de Yoda était aussi un chouette moment. Il y a de bonnes idées graphiques, mais le sentiment une histoire épique n’est pas là, trop de scènes téléphonées qui masquent le manque d’imagination (ahh la scène au suspense faisandé de la bombe; explosera, explosera pas?)