There's someone inside your house : James Wan arrive sur Netflix avec un bon vieux slasher

Christophe Foltzer | 16 mars 2018
Christophe Foltzer | 16 mars 2018

On ne le dira jamais assez, mais James Wan a créé et imposé un style depuis le début de sa carrière, carrefour entre un classicisme certain et les codes de notre époque. Et le moins que l'on puisse dire c'est que cela cartonne. Alors forcément quand Netflix arrive dans le game...

Dans son grand projet de domination mondiale, Netflix se doit d'avoir les plus grands dans son catalogue et de produire plein de programmes originaux à même de nous faire passer l'envier d'aller claquer 12 balles dans le UGC le plus proche, se taper 40 minutes de pubs, souffrir d'un public de plus en plus relou et rentrer chez soi avec une indigestion de pop-corn. Et on peut dire que le network y met les moyens quand on voit tous les projets originaux qui se bousculent à sa porte. Et, forcément, dans le tas, il y en a qu'on attend plus que d'autres.

 

Photo James WanJames Wan, en plein boulot

 

Et quand on apprend par Bloody Disgusting que James Wan fait équipe avec Netflix pour un slasher à l'ancienne, fatalement : "Kiki tout dur !" Le projet, intitulé There’s Someone Inside Your House, est en fait l'adaptation d'un best-seller de Stephanie Perkins publié en 2017 et qui regroupe pas mal d'éléments clé de ce genre tombé malheureusement en désuétude. Ça parle de Makani Young, une ado envoyée vivre chez sa grand-mère dans le Nebraska et dont les nouveaux amis se font dessouder les uns après les autres, comme à la grande époque.

 

Photo slasherAaah, c'était la bonne époque quand même

 

Premier détail qui a son importance : James Wan produira le film mais ne le réalisera pas, bien que la possibilité pourrait être envisageable. Le projet sera coproduit entre autres par Shawn Levy (Stranger Things quoi) et devrait en toute logique surfer sur la vague rétro-nostalgique qui inonde nos écrans actuellement puisqu'on nous l'annonce comme un mélange de la culture slasher des années 80-90 et du cinéma de John Hughes (Breakfast Club, meilleur teen-movie du monde).

Bref, ça donne sacrément envie et on espère que Netflix n'accouchera pas une fois de plus d'un gros pétard mouillé.

 

john HuguesBreakfast Club, LE teen-movie

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire