Affaire Weinstein : Robert Redford, président du festival Sundance, balance sur le producteur

Lino Cassinat | 19 janvier 2018
Lino Cassinat | 19 janvier 2018

Le légendaire acteur Robert Redford, fondateur du prestigieux festival Sundance, ne fait pas de cadeau à l'ancien habitué de la manifestation Harvey Weinstein.

Le festival de cinéma indépendant de Sundance a été fondé en 1978 est désormais une institution, tant il a révélé de réalisateurs encore actifs aujourd'hui. On trouve par exemple dans les derniers récipiendaires du grand prix du jury des films comme Fruitvale Station, premier film de Ryan Coogler (Creed et bientôt Black Panther) ou encore Whiplash, premier film de Damien Chazelle (La La Land) mais nombreux sont les cinéastes à avoir décroché une carrière sans avoir gagné le prix après simplement un passage remarqué au festival.

Pour situer quelques classiques, Quentin Tarantino, Robert Rodriguez, Jim JarmuschKevin Smith par exemple doivent tous leur notoriété à une campagne réussie à l'évènement orchestré par Robert Redford. Mais ils ont tous un deuxième point commun : avoir vu leurs films achetés par Harvey Weinstein.

 

Photo Robert Redford

Robert Redford

 

Le désormais pestiféré producteur/distributeur était en effet un habitué de la manifestation, où il achetait de nombreux films et mettaient des cinéastes en devenir sous sa coupe, et pendant lequel il aurait par ailleurs agressé deux actrices, Louisette Geiss et surtout la très vindicative Rose McGowan. Aujourd'hui a eu lieu la conférence de presse signalant le lancement de Sundance, et évidemment, des journalistes ont demandé à son président Robert Redford ce que lui inspirait l'absence de Weinstein. Réponse : pas grand-chose si ce n'est du soulagement, Redford n'ayant semble-t-il jamais porté Weinstein dans son coeur.

 

producteur

Harvey Weinstein

 

"Harvey Weinstein donnait l'impression de s'intéresser au festival. En réalité il était là pour son propre intérêt et faire du business en achetant des films pour pas cher et en se les appropriant. Weinstein a profité du festival. Les actes dont il est accusé relèvent d'une époque qui sera bientôt derrière nous. Lui, et ceux qui ont fait la même chose avant ne vont pas gâcher le spectacle. Les choses changent, les femmes vont avoir plus de voix, alors qu'elles n'en n'avaient pas à cause du contrôle et de la domination masculine. Le fait que les femmes vont exercer de plus en plus de pouvoir est formidable. Ce que les hommes ont de mieux à faire, c'est les écouter ! De mon point de vue, le changement est inévitable et il va arriver. Je suis assez optimiste."

En accord avec ces dires, une manifestation de femmes est organisée par le festival, un an après la Women's March qui avait eu lieu après le fameux "grab'em by the pussy" ("chopez les par la ch*tte") de Donald Trump. À cette occasion, Charlize Theron et 8000 personnes avaient défilé dans la petite ville de Park City où se déroule Sundance. Cette année c'est la mythique Jane Fonda qui devrait ouvrir le cortège, et 3000 à 5000 personnes sont attendues.

 

The-Newsroom-Reasons-04-16x9-1

Jane Fonda

commentaires

Ded
20/01/2018 à 11:23

Si l'on considère le personnage qui, de par sa filmo, sa prestance, le festival qu'il préside, l'humanité et l'humilité transparaissant lors de ses interviews ("Je suis un garçon ordinaire avec des cheveux jaunes" sic), est l'incarnation même de la grande classe, il apparaît clairement qu'il n'a certainement pas partagé l'auge de Harvey Weinstein...

supermonty
19/01/2018 à 19:37

"Le festival de cinéma indépendant de Sundance a été fondé en 1978 est désormais une institution"

syntaxe ?

votre commentaire