Ça dévoile une nouvelle scène coupée qui nous aurait tous choqués

Mise à jour : 21/11/2017 20:10 - Créé : 14 octobre 2017 - Christophe Foltzer
Photo
474 réactions

Ca cartonne toujours aussi fort et rien ne semble pouvoir lui faire de l'ombre dans la galaxie du film d'horreur. Et s'il semble avoir trouvé l'équilibre parfait, il aurait pu être encore plus terrifiant que ce qu'il est au final.

On le sait, un film n'est jamais vraiment terminé avant qu'il ne soit projeté en salles (et encore là, on peut le réajuster après coup) et la préparation d'un long-métrage exige des sacrifices. C'est d'autant plus vrai pour un film comme Ça, adapté d'un des plus grands romans de Stephen King, qui ne lésine pas sur l'horreur et la terreur. Et forcément, quand on veut l'adapter pour le plus grand nombre, on ne peut pas tout garder.

 

Photo Pennywise

 

Si nous savions déjà que quelques scènes avaient été coupées entre l'écriture et le montage du film et que la séquence la plus emblématique et la plus problématique du bouquin n'avait jamais été envisagée à l'écran (la scène de sexe du club des losers), les semaines qui passent nous permettent d'en apprendre un peu plus sur ce qui a été retiré et quelle forme le film voulait avoir à l'origine.

Et aujourd'hui, nous prenons connaissance d'une scène particulièrement cruelle qui n'a pas dépassé le tournage : celle où Pennywise mangeait carrément un bébé. C'est le podcast Throwing Shade qui en a révélé la teneur après que l'animateur Bryan Safi et son invité Timothy Simons aient annoncé qu'ils avaient auditionnés pour le rôle de Pennywise. Et ils ont ressorti la scène qu'ils devaient interpréter durant le casting pour la rejouer au micro :

 

Photo

 

"CARTON : 1637

Abigail, 19 ans, se précipite à l'intérieur et claque la porte comme si elle voulait laisser Satan lui-même à l'extérieur. Elle serre son bébé contre sa poitrine.

L'enfant commence à s'agiter.

Elle s'arrête, réalisant que le chandelier au-dessus d'elle commence à bouger comme si une force surnaturelle le faisait tourner.

Elle entend quelque chose ramper dans les ombres grises près du puits et aperçout les bribes d'une silhouette noire.

Un rayon de lumière apparait, révélant Pennywise, nu, vivant, pâle et translucide. L'imitation d'un être humain à moitié formé. Il ouvre sa bouche, garnie de dents aiguisées comme des lames de rasoir, bavant de salive.

Sa voix est gutturale, surnaturelle :

- Je vais prendre ton bébé, puis ton mari, puis tes autres enfants."

 

Photo Pennywise

 

Malheureusement, la lecture s'arrête ici et nous ne découvrirons pas la fin de la séquence même si le destin de notre jeune amie et de son enfant semble scellé. Une séquence terrifiante donc qui aurait traumatisée plus d'un spectateur si elle s'était retrouvée dans le film et qui, de plus, nous en aurait appris plus sur les origines du monstre.

Il ne reste donc plus qu'à espérer que la suite de Ça intègre la scène ou s'en inspire pour nous donner un gros frisson. Réponse le 6 septembre 2019.

 

Photo

 

 

commentaires

Bubu 15/10/2017 à 13:00

ça va sortir en blu ray version longue de 15 minutes

Hey 15/10/2017 à 11:16

Il aurait du faire la scène à la fin du film comme scène coupé

Okk 15/10/2017 à 08:33

TndT6i

Tinina 15/10/2017 à 05:53

Ce ma fait des frissons dans le dos , ils auraient du laisser toute les scènes pour faire plus de peur

La3ds 14/10/2017 à 22:48

J'aurais bien aimé voir cette scène dans le film. Ça aurait ajouter une atmosphère plus dérangeante et plus de profondeur au film qui est trop fait pour le grand public (ce n'est pas forcément une mauvaise chose).

StarLord 14/10/2017 à 16:34

On la connait la suite:
Pennywise l'oblige à choisir entre massacrer tout le village et sauver sa fille, ou le laisser manger son bébé et le village est sauvé.
La femme choisit de laisser sa fille se faire dévorer pour épargner le village, acte qui explique pourquoi par la suite les habitants de Derry semblent ignorer les actes de Pennywise

Choco 14/10/2017 à 15:11

Sa devait être quand Fukunaga était encore réalisateur !

votre commentaire