Harvey Weinstein : Kate Beckinsale raconte sa rencontre avec le producteur accusé de harcèlement, agression et viol

Jacques-Henry Poucave | 12 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jacques-Henry Poucave | 12 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Les révélations se multiplient concernant Harvey Weinstein, désormais accusé par Kate Beckinsale.

Ses propos retentissent avec d’autant plus d’écho que la star de la saga Underworld n’a jamais mâché ses mots en matière de sexisme, et n’a pas hésité à dire publiquement combien le comportement de certains réalisateurs à son encontre (coucou Michael Bay) étaient déplacés.

C’est sur les réseaux sociaux que Kate Beckinsale a raconté sa première rencontre avec le tristement célèbre Harvey Weinstein, qui croule depuis 5 jours sous les accusations de harcèlement, agressions sexuelles et viols, largement étayées par des enquêtes du New York Times, du New Yorker et de nombreuses déclarations spontanées.

 

producteur

Harvey Weinstein

 

Le schéma qu’elle évoque est désormais familier, et si en apparence l’issue de cette rencontre avec le producteur peut paraître moins « grave » que d’autres témoignages qui l’ont précédé, c’est la suite de ses déclarations qui fait leur valeur.

Kate Beckinsale insiste notamment sur la solitude professionnelle que lui aura coutée sa volonté de ne pas travailler avec Weinstein, et sur la totale absence de soutien rencontrée par sa démarche. Dans un post que nous recommandons aux anglophones, elle donne une idée assez précise des défis et enjeux qui attendent désormais Hollywood.

« J’ai été contactée afin de rencontrer Harvey Weinstein à l’hôtel Savoy quand j’avais 17 ans. J’ai supposé qu’il s’agirait d’un rendez-vous dans une salle de réunion, ce qui était très commun. Quand je suis arrivée, la réception m’a indiqué la direction de sa chambre. Il m’a ouvert en robe de chambre. J’étais incroyablement jeune et naïve et il ne m’a pas traversé l’esprit que cet homme, plus âgé et déplaisant attende de moi une forme d’intérêt sexuel.

 

Photo Kate Beckinsale, Len Wiseman

Kate Beckinsale sur le tournage d'Underworld

 

Après avoir décliné de l’alcool et annoncé que j’avais cours le lendemain matin, je suis partie, mal à l’aise mais indemne. Quelques années plus tard, il m’a demandé s’il avait tenté quoi que ce soit lors de cette première rencontre. J’ai réalisé qu’il ne se souvenait même pas s’il m’avait agressée ou non.

J’ai ce que je considérais comme des limites – je lui ai dit non professionnellement plusieurs fois au fil des années, ce qui s’est conclu tantôt par lui me qualifiant de putain ou lui expliquant en riant à d’autres : « Oh Kate vit pour me dire non ».

Cela témoigne du statu quo dans ce métier, j’étais consciente que faire preuve de droiture et refuser certaines choses, parce que je ne me permettais de compromettre qui j’étais, heurterait sans aucun doute ma carrière. Personne ne m’a jamais soutenu dans cette démarche, sinon ma famille. »

 

 

I was called to meet Harvey Weinstein at the Savoy Hotel when I was 17. I assumed it would be in a conference room which was very common.When I arrived ,reception told me to go to his room . He opened the door in his bathrobe . I was incredibly naive and young and it did not cross my mind that this older ,unattractive man would expect me to have any sexual interest in him .After declining alcohol and announcing that I had school in the morning I left ,uneasy but unscathed.A few years later he asked me if he had tried anything with me in that first meeting .I realized he couldn't remember if he had assaulted me or not .I had what I thought were boundaries - I said no to him professionally many times over the years-some of which ended up with him screaming at me calling me a cunt and making threats, some of which made him laughingly tell people oh "Kate lives to say no to me ." It speaks to the status quo in this business that I was aware that standing up for myself and saying no to things,while it did allow me to feel uncompromised in myself,undoubtedly harmed my career and was never something I felt supported by anyone other than my family.I would like to applaud the women who have come forward , and to pledge that we can from this create a new paradigm where producers,managers,executives and assistants and everyone who has in the past shrugged and said " well, that's just Harvey /Mr X/insert name here " will realize that we in numbers can affect real change.For every moment like this there have been thousands where a vulnerable person has confided outrageous unprofessional behavior and found they have no recourse, due to an atmosphere of fear that it seems almost everyone has been living in .I had a male friend who, based on my experience,warned a young actress who said she was going to dinner with Harvey to be careful. He received a phone call the next day saying he would never work in another Miramax film ;the girl was already sleeping with Harvey and had told him that my friend had warned her off.Let's stop allowing our young women to be sexual cannon fodder,and let's remember that Harvey is an emblem of a system that is sick,and that we have work to do.

Une publication partagée par Kate Beckinsale (@katebeckinsale) le

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kouak
13/10/2017 à 22:08

Bon allez !
Je me suis bien amusé...
D'un certain coté je comprends les interrogations de Corleone sur le sujet.
Je pense simplement qu'il s'y prend mal pour l'exprimer...
J'arrête l'hallali pour pas qu'elle se transforme en curée (j'ai dit curée, pas curé) envers quelqu'un qui à les couilles de donner son opinion sur un sujet trèèèèèès sensible...
N'en déplaise à certains, moi y compris.
Il est vrai que CE système (Et bien d'autres) et corrompu jusqu'à la moelle...
Que ce soit au niveau des scandales sexuels ou financiers...
Depuis des dizaines et des dizaines d'années s'est installé une "mafia", une "omerta" sur ce genres de pratiques et , aujourd'hui, s'en trop savoir pourquoi, c'est la vendetta...
D'ailleurs le sujet est à peine voilé dans "L.A Confidential"...
Mais bon, pour moi, weinstein n'a aucune excuses valables...
Ce n'est pas en évoquant une "addiction" maladive qu'il s'en sortira...
Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises...Surtout si le mec se met à parler...

Y'en a beaucoup, à travers le monde, qui doivent sérieusement claquer du fessier...

Hop ! Je passe à autre chose !

Bisous aux filles ! Bis...Poignée de main aux gars !

Moi j'aime tout le monde, sauf les abruti(e)s mais ceci et un sujet trop vaste et de toutes façons ce n'est pas le fil conducteur du site...
Retour aux critiques...
@+ et amusez vous bien.
Salut Corleone ! Bon courage, si tu continues sur cette voie...
Quant aux vrais flamers, merci, je me suis bien marré...

Kouak
13/10/2017 à 19:21

@Corleone
Ah ok...Je vois le genre...
Le petit moustachu à frange aussi était innocent alors ?
Vu qu'il a jamais été jugé...
Réfléchis un peu avant de taper du clavier et traiter les autres de demeurés...
Mais t'inquiètes pas, même si ton héro se prend de la tôle , il sera certainement libéré
avant la fin de sa peine pour "bonne conduite"...
T'as raison...Prends du recul...
Mais alors loiiiiin...Très très loiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin !

Vickers
13/10/2017 à 15:42

@Fennec

Non : c'est un homme protégé par le système, car les agents, les collègues de Miramax, les réalisateurs, les patrons de studio et de chaîne... savaient. Beaucoup de gens savaient.
Et ici on parle d'un homme mais regardons le mec de Honest Trailers, le mec d'Amazon... il n'est pas seul. Je ne vois personne viser tous les hommes cela dit : il s'agit bien d'un système qui a défendu ou fermé les yeux, et ce système est composé d'hommes et femmes, puissants. Qui ont joué le jeu, d'une manière ou d'une autre.
D'où un système malade.

Fennec
13/10/2017 à 15:27

Je tique sur une phrase :

"Harvey is an emblem of a system that is sick"

"Harvey est le symbole d'un système qui est malade" pour les espagnols LV1.

Est-ce qu'il n'est pas plutôt le malade qui pourrit le système ? Cette phrase (à chaud) ne me paraît pas très juste pour les milliers d'hommes (du métier ou pas) qui ne violent pas des femmes à longueur de journée, en fait.

Mon problème est que le comportement d'un homme ("puissant", apparemment, même s'il me semble que Miramax n'est pas le seul studio qui fait des gros films) soulève des débats féministes sur l'horrible Hollywood et l'horrible industrie du ciné (voire l'horrible monde tout court), alors qu'au final... c'est bel et bien d'un seul homme qu'on parle, non ?

Ou alors... il n'est pas le seul ? Et pourquoi les studios concurrents n'ont jamais utilisé ça contre lui ?

Bref tout ça ne peut qu'assainir l'atmosphère. On regrettera que tant d'homme ET de femmes aient été au courant toutes ces années et n'ont rien dit. Et pourtant dieu sait à quel point un scandale sexuel peut fragiliser un grand manitou dangereux, si tel est le cas.

Lui
13/10/2017 à 15:02

Corleone on verra mon bouffon rageux ;) j’en ai sans doute déjà plus fait que toi dans le cinéma et non être un producteur de génie n’empeche pas d’être un gros f*** au final ok

corleone
13/10/2017 à 14:59

@Kouac Je ne défends pas le personnage mais je fais juste preuve de recul et de mesure(ce qui vous manque cruellement). Toi et ta clique agissez juste comme des demeurés avec une démesure accablante face à cette histoire. Nous sommes dans un monde où la présomption d'innocence éxiste encore, bordel.

Kouak
13/10/2017 à 13:45

@Corleone

S'il t'avais collé sa grossièreté dans la bouche tu serais en soins intensifs...
Continu a te pignoler sur youporn, là bas doit y avoir des infirmières, des actrices, des femmes de ménages etc...En costumes...Qui n'attendent que ton PETIT "clic".

Cyprine3000
13/10/2017 à 13:25

Ahahahahahaah.

C'est reparti.
"il a fait pour le cinéma plus que nianianianiania".

Alors déjà, reste à prouver que personne d'autre n'aurait fait ce qu'il a fait. Et si on va par là, on prend en compte les films qu'il a charcutés, les carrières qu'il a brisées et les oeuvres mutilées ?

Et c'est quoi le rapport en fait ?
Le fameux chantage à la preuve.
Pourquoi croyez-vous que si peu de femmes portent plainte ? Pourquoi croyez-vous que tant de procédures échouent ? Pourquoi croyez-vous que tant d'hommes se sentent intouchables ?

Vous êtes des porcs. Si vous faites des filles, faites-leur une faveur, confiez-les à des parents responsables. Ou à la Ddass, elles seront un peu plus préservées de l'influence malsaine que vous distillez.

corleone
13/10/2017 à 12:04

@Lui et compagnie. Oui c'est ca, on remarque très vite les adeptes de la pensée unique tant vous savez dire des inepties. Weinstein est un grossier personnage oui, mais faut pas non plus donner l'occasion à toutes les (ex)starlettes sur le retour en manque de buzz de venir s'injecter dans la masse pour dire n'importe quoi. Comme je l'ai dit précédemment 2 ou 3 personnes parmi les victimes peuvent prouver leurs plaintes, contrairement à beaucoup d'autres. Et le mongol qui balbutie "honte aux cinéphiles", sache que ce monsieur a fait pour le cinéma ce que toi tu ne fera jamais et ce qu'aucun Français ne fera.

Roukesh
13/10/2017 à 11:06

Qu'il croupisse et se fasse soigner ce mec. C'est un malade, pas grand chose à dire de plus.

Plus
votre commentaire