Léa Seydoux évoque une agression commise par Harvey Weinstein et met en cause d'autres cinéastes

Mise à jour : 16/12/2017 15:53 - Créé : 12 octobre 2017 - Jacques-Henry Poucave
Léa Seydoux
126 réactions

Les suites des révélations concernant Harvey Weinstein n’en finissent pas de se répercuter, avec une vitesse qui les rendrait presque difficile à suivre.

Aujourd’hui, c’est la comédienne Léa Seydoux qui a témoigné du comportement d’agresseur sexuel caractérisé du producteur américain, dont elle explique avoir été également victime. C’est dans un entretien au Guardian qu’elle a détaillée une soirée au cours de laquelle Weinstein a tenté d’abuser d’elle.

« Nous parlions, assis sur un canapé, quand il m’a soudain sauté dessus et essayé de m’embrasser. J’ai dû me défendre. Il est grand et gros, j’ai donc dû faire preuve de vigueur pour le repousser. Il est revenu à l’assaut plusieurs fois, il était très dominateur et perdait le contrôle. »

 

Photo

Harvey Weinstein

 

Au-delà de la sinistre anecdote, le témoignage de Léa Seydoux a cela de pertinent que l’actrice souligne sans fausse pudeur combien le comportement de Weinstein était connu, son propre agent allant jusqu’à lui déconseiller de se retrouver seule avec lui.

L’artiste rappelle également que ce type de comportements est monnaie courante, et c’est peut-être la partie la plus intéressante (et désolante) de son témoignage.

« Dans cette industrie, il y a des réalisateurs qui abusent de leur rang. Ils ont beaucoup de pouvoir, c’est pour cela qu’ils peuvent se le permettre. Avec Harvey, c’était physique. Avec d’autres, ce sont parfois seulement des mots. Quelques fois, on se dit qu’il faut être très forte pour être une femme dans ce milieu. Il est très commun de rencontrer ce genre d’hommes.

 

Photo , Inglourious Basterds

Léa Seydoux dans Inglourious Basterds

 

La première fois qu’un metteur en scène m’a adressé un commentaire inapproprié, j’étais aux environs de mes 25 ans. C’était un metteur en scène que j’aimais beaucoup et respectais. Nous étions seuls et il m’a dit : « J’aimerais pouvoir faire l’amour avec toi, j’aimerais pouvoir te baiser. »

Il a dit sur un ton qui était entre la plaisanterie et le sérieux. J’étais très en colère. J’essayais de faire mon métier et il a rendu ça très inconfortable. Il a couché avec toutes les actrices qu’il a filmées.

Un autre cinéaste avec lequel j’ai travaillé filmait de très longues scènes de sexe qui duraient des jours. Il nous regardait continuellement, rejouant les scènes encore et encore, dans une sorte de stupeur. C’était dégoûtant. »

On laissera à chacun le soin d’évaluer en fonction de la carrière et de l’âge de Léa Seydoux, née en 1985, qui pourraient bien être ces charmants personnages.

 

Photo , La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2Léa Seydoux dans La Vie d'Adèle

 

commentaires

Yann Leloup 30/10/2017 à 13:26

Quand un cinéaste dise : "« J’aimerais pouvoir faire l’amour avec toi, j’aimerais pouvoir te baiser. » je ne vois rien de répréhensible. C'est d'ailleurs souvent les hommes qui font le premier pas car ils n'ont pas tant le choix que les femmes. Les hommes proposent et les femmes disposent. Voilà un pouvoir féminin jamais critiqué au nom de l'égalité, preuve qu'elle n'existe pas.

Jhudson 21/10/2017 à 21:21

Pour le 2iéme réalisateur c'est plus qu' évident, de plus il a dit du mal d'elle le film fini !

Pour le premier j'ai une idée , J.P est connu pour ses remarques sexistes , je le vois bien dire cela !

Baneath88 13/10/2017 à 14:24

@Jearus88 13/10/2017 à 12:11

@Baneath88,

Le "lâche" était celui du verbe lacher pour qu'elle donne les noms. même si effectivement tu as saisie l'idée sous entendue.

J'avais bien compris le sens de ta phrase. Mais ton commentaire sous-entendait que c'était facile de suivre le mouvement une fois qu'une personne a commencé à parler plutôt que de le faire directement.
Sauf que même si je comprends la stupeur qui entoure cette affaire, je ne peux même pas imaginer ce que peut bien ressentir une victime de ce genre de crime. Alors, j'estime que la meilleure chose à faire est de laisser la justice faire son travail.
Pour la deuxième partie de ton message, tu dis que quitte à faire des révélations autant livrer les noms. Mais justement, dans ce cas précis, quand tu te retrouves face à un individu jouissant d'une telle influence, si tu es seul(e) a vouloir parler, on peut tout à fait d'en dissuader ou te poursuivre pour diffamation et voir tes perspectives d'avenir réduites à néant. Sans parler de la possibilité que le bourreau s'en sorte est possible (voir l'exemple de Bill Cosby)
Déjà, imagine la souffrance d'une personne agressée. Si tu y ajoutes la peur de se voir écraser par un microcosme, qui ne se gêne pas pour empêcher la parution d'article(s) et a le culot de laisser continuer ce genre de comportement, je n'ai pas de mal à imaginer pourquoi de jeunes femmes (ou hommes) hésitent à rendre leurs témoignages publics.

Jearus88 13/10/2017 à 12:11

@Baneath88,

Le "lâche" était celui du verbe lacher pour qu'elle donne les noms. même si effectivement tu as saisie l'idée sous entendue.

Je suis d'accord avec ce que tu dis sur le silence des victimes mais c'est aussi parce que certains ce taisent que finalement ceux qui parlent ont moins de force. Bref le soucis principal dans son discours est qu'elle dit "je connais des salauds pervers mais je balance pas les blazes"..Bah ferme là dans ce cas. A ce niveau on s'approche d'une forme de complicité puisque les actrices qui vont tourner pour les réals/ producteurs en question ne seront pas prévenues.

Cordialement,

zetagundam 12/10/2017 à 17:59

Du coup dans cette sinistre affaire, il ne reste plus qu'à savoir qui sont les véritables victimes et qui sont les autres qui profitent de façon obscène de cette affaire dans l'unique but de faire parler d'eux.

phil 12/10/2017 à 13:38

oui qui lâche les noms cela fera peut etre du bien
aux victimes comme au bourreaux

Lax69 12/10/2017 à 13:16

Finalement y a que dans le porno qu'il n'y a pas de problemes

Baneath88 12/10/2017 à 12:58

Jearus88 12/10/2017 à 12:09

"Qu'elle lâche les noms..C'est trop facile d'attendre que quelqu'un ose le faire pour ensuite venir crier avec la meute..Après on s'étonne que ces agissement perdurent pendant des années..

C'est vraiment dommage."

Et c'est aussi très facile de taxer quelqu'un de lâche. Surtout quand de récentes études estiment que seule une personne sur 5 va déposer plainte dans le cadre d'agression(s) sexuelle(s). Pour qui se prend-on pour juger des personnes qui ont été victimes de pareils sévices? Certaines parlent, d'autres pas, chacune réagira de manière différente.
Il est regrettable que cette mise en accusation ait prit autant de temps, mais jamais je ne m'octroierai le droit de juger les personnes qui ont fait face à ce genre de crime odieux.

Satan Lateube 12/10/2017 à 12:49

Aussi, fallait pas lui montrer tes loches !!

Hank Hulé 12/10/2017 à 12:40

Et malgré tout ça, rien ne va changer...
y aura toujours des gros porcs qui abuseront de leur "pouvoir" (de nuisance).

Plus

votre commentaire