Extraits de la conférence de presse de Borgman

Matthieu Leniau | 19 mai 2013
Matthieu Leniau | 19 mai 2013

Au sortir de la projection presse de son nouveau film, Borgman, Alex Van Warmerdam s’est rendu en conférence de presse, accompagné de ses acteurs. Le réalisateur néerlandais a pu revenir, grâce aux questions des journalistes présents, sur la genèse de son film, concourant en sélection officielle.

Pour cette comédie noire, Van Warmerdam dit avoir «lu des analyses critiques des oeuvres du Marquis de Sade», avant de concéder que l’ « on a tous des choses cachées dans notre cerveau et j’ai été puiser dans ce vivier là.» Ce qui fait de ce film une oeuvre déjantée, dont le réalisateur ne revendique pas de sens particulier : « J’essaie de ne pas donner un sens particulier à mes films. Le spectateur doit pouvoir se faire son propre avis.» Quid de l’appréciation qu’en ont fait certains médias, parlant d’une condamnation de l’évolution de notre société ? « Borgman peut être perçu comme une critique de notre société occidentale, mais ce n’était pas mon intention initiale. J’ai souhaité montrer le mal par le comportement anormal de personnes dites normales, que vous pouvez très bien rencontrer dans la rue.»

Sur sa manière de travailler, le scénario, l’environnement du plateau, le réalisateur poursuit : «En général, je démarre par la première scène. Je ne crée pas de synopsis en amont. A ce stade-là, je ne sais jamais comment vont se dérouler les choses.» On aura donc compris que Van Warmerdam confère une grande importance à l’imagination pure lors du processus d’écriture: « J’imagine quelle sera la mise en scène lorsque j’écris. Généralement, je m’attache à la respecter lors du tournage. Je n’aime pas que cela change une fois sur place. J’aime recréer le décor de mon imagination.» Une règle qui s’est alors imposé sur ce film comme sur ses précédentes réalisations : « C’est ainsi que la maison et le jardin ont été créés pour le film.»

Pour Borgman, Alex Van Warmerdam a du couper « certaines scènes humoristiques afin de rendre le film plus puissant. Le scénario était plus long que le film, et certaines scènes qui n’apportaient rien à l’histoire ont été supprimées.» Concernant les techniques de réalisation, Borgman représente une évolution dans les procédés employés : « C’est le premier film où je déplace la caméra alors que cela va d’habitude à l’encontre de mes croyances les plus intimes.»

Bande-annonce de Borgman:

*
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire