Florent Emilio Siri : "Bruce Willis, il faut le prendre à l'envers"

Laurent Pécha | 9 avril 2013
Laurent Pécha | 9 avril 2013

Florent Emilio Siri, le réalisateur du biopic Cloclo était présent dans le jury du 5ème Festival du Film Policier de Beaune. Ecran Large en a profité pour lui parler de Claude François, Bruce Willis, des Césars et de ses différents projets à venir.

Florent Emilio Siri en tournage

Comment s'est passé le montage de Cloclo ? Vous aviez déjà en tête cette version longue que l'on a pu voir en bonus DVD de l'édition collector ?

En fait, c'est le film qui décide. Moi je coupe rarement dans mes longs-métrages. J'ai coupé quelques scènes dans Nid de Guêpes, très peu dans Otage, rien dans L'Ennemi intime. Pour Cloclo, c'était différent. Comme le mec est tellement spécial, il fallait tout voir de lui. Et puis il fallait doser aussi, puisqu'il y a un moment où tu peux l'aimer ou le détester ce personnage. On avait un scénario plus long, qui nous a permis de tourner plus de scènes, mais au final, c'est le film qui décide du rythme et de ce qu'il faut dire.

 

Peut-être aussi parce que le sujet de Claude François est plus difficile à aborder ?

Non je ne pense pas puisque chaque film est différent. Il faut arriver à trouver les clés pour bien le travailler. Je pense que quand tu fais un biopic, l'idéal c'est d'avoir le plus de matière possible, parce qu'à l'écriture tu as besoin de beaucoup de choses.

Cloclo

"Heureux" d'avoir décroché un César pour le film (celui du Meilleur son) ?

Bien sûr, j'étais super content quand on l'a gagné. Après ce qui est dommage, c'est que les César ne jugent pas la mise en scène. Quand tu fais un film sur Gainsbourg ou sur Piaf, forcément ça plait à tout le monde, il y a quelque chose d'intello. Alors que Cloclo c'est du populaire brut, et en plus c'est parfois un film sur un con. Les César nous ont donné le son parce que c'est un film musical, ils ont donné les décors au film de Benoît Jacquot (Les Adieux à la reine)... Mais je n'ai pas de problème avec les César. Comme je le dis souvent, je suis un jeune metteur en scène, je n'ai fait que cinq films.

Bruce Willis dans Otage

Vous serez d'accord avec moi, depuis votre collaboration pour Otage, Bruce Willis prend un peu ses vacances quand il fait du cinéma ?

C'est un peu vrai, et il faut dire qu'il était très impliqué dans le film et dans la production. Après je crois qu'il fait jouer la marque Bruce Willis. Mais en fait, Bruce il faut le prendre à l'envers pour trouver un moyen de faire rentrer ce que tu veux dans l'histoire.

 

Vous auriez pu faire Die Hard 5 si on vous l'avait proposé (Siri avait déjà été contacté pour réaliser le 4) ?

Jamais je ne pourrais faire un Die Hard après McTiernan. Et puis je n'étais pas la bonne personne pour le réaliser. Le problème c'est que maintenant les studios utilisent des metteurs en scène de pubs, facilement manipulables, et peuvent faire tout ce qu'ils veulent avec ces gars-là. Et puis après Otage, je n'allais pas refaire un autre film avec Bruce Willis.

 

Si vous deviez tourner aux Etats-Unis, ça serait pour quel genre de film ?

Un bon scénario et une belle histoire déjà. J'aimerais bien une belle histoire d'amour ou de la SF.

La Balance avec Richard Berry

Vous pouvez m'en dire plus sur vos projets ?

Je prépare actuellement le remake de La Balance, et le scénario est super. C'est Thomas Langmann qui a acheté les droits et qui m'a proposé de réaliser le film. Il y avait déjà une superbe version de Cédric Anger, et on a remanié tout ça ensemble. Par rapport au film original, j'ai fait de Marseille le personnage principal de l'histoire. Ça sera une sorte de spirale infernale, où l'on découvrira les quartiers nord de la ville comme on les connaît aujourd'hui.  Si tout va bien on devrait le tourner cet automne et il y aura peut-être un rôle pour Vincent Cassel.

 

Enfin, la liste de vos trois polars préférés ?

Je dirais Le deuxième souffle, Police fédérale Los Angeles et puis... Bonnie et Clyde, même si c'est plus un film de voyous.

 

Retranscription et mise en forme par Adrien Léger 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire