Stefano Accorsi (Encore un baiser)

Louisa Amara | 30 décembre 2010
Louisa Amara | 30 décembre 2010

Rencontre avec Stefano Accorsi, héros d' Encore un baiser, suite de Juste un baiser, en salles depuis le 29 décembre. Dans un français impeccable avec un léger et délicieux accent italien, enrhumé mais charmant, il nous raconte son expérience sur le tournage.

 

Qu'est ce que ça fait de retrouver toute cette petite bande crée il y a presque 10 ans sur le tournage de Juste un baiser ?

Il y a 10 ans on se connaissait à peine, c'était déjà très agréable de travailler ensemble. On a fait d'autres choses entre temps parfois on se retrouvait sur certains projets. On avait l'idée qu'on allait s'amuser pour ce tournage, mais en fait c'était encore mieux que prévu.  On avait plus confiance en nous, c'était très agréable et très drôle. C'est la grande qualité capacité de Gabriele Muccino de créer de groupes de gens qui ont quelque chose à se dire et de laisser ses comédiens chercher à développer ces rapports.

 

Est-ce qu'il y a part d'improvisation ou tout est écrit ?

Gabriele avait une idée bien précise de ce qu'il voulait. A l'époque de Juste un baiser, il n'avait pas autant de temps qu'il en a aujourd'hui et il était plus jeune, il devait entrainer tout le monde. Aujourd'hui, après 2 films aux Etats-Unis, il a pris le meilleur de ce qu'il pouvait apprendre là bas, et il laisse plus ses comédiens arriver à la scène par eux-mêmes. Son texte est important pour lui  mais il est plus ouvert aux suggestions, à l'improvisation.

 

 

 

 

Comment voyez-vous votre personnage, Carlo, un trentenaire qui veut tout et qui a une part de lâcheté en lui...

Il y a 10 ans, je le voyais peut-être effectivement un peu comme quelqu'un de lâche. Mais c'est un homme comme il y en a plein, il aime cette femme Giulia, mais il a eu peur, d'être lié à vie à une femme, d'avoir un enfant, de la routine etc. Il a fait des petites conneries, mais elles ont eu des conséquences très graves. Il avait envie de s'évader.  Ce sont des choses qui peuvent arriver à tout le monde, aujourd'hui par exemple, il nous arrive à tous d'écrire ou de recevoir des sms pas tout à fait clairs... Je le jugeais un peu durement, il a les faiblesses de tout le monde, il est touchant, il joue sa vie à chaque fois.

 

Carlo est aussi un personnage très italien dans son côté hypocondriaque, non ?

Oui mais qui ne s'inquièterait pas à sa place ? C'est après un évanouissement et un petit séjour à l'hôpital qu'il réalise enfin ce qu'il veut vraiment. Quand on peur de mourir, l'essentiel de notre vie nous saute aux yeux, pour lui c'est la femme de sa vie et son enfant. Cela va être embarrassant de revenir en arrière mais cela montre aussi une preuve de courage de sa part.

 

A part votre personnage Carlo, quel est votre personnage préféré parmi les 5 hommes ?

J'aime beaucoup Adriano (Giorgio Pasotti), qui revient de Thaïlande après un séjour en prison. Le personnage a une vraie prise de conscience et fait tout pour avoir une seconde chance, c'est très touchant. J'aime aussi la sensibilité, l'exubérance de Paolo (Claudio Santamaria) et l'ironie de Marco (Pierfrancesco Favino) le personnage macho, qui est très drôle, et accepte de se remettre en cause. Je reste bien sûr très attaché à Carlo qui me force à ne jamais oublier l'essentiel dans la vie.

 

Que diriez-vous aux spectateurs pour leur donner envie de voir Encore un baiser ?

Pour ceux qui ont vu Juste un baiser, ils seront curieux de retrouver les personnages, qui ont chacun une évolution intéressante, l'esprit du film reste le même. On y montre les choses de la vie pour chacun d'eux.

Et pour ceux qui n'ont pas vu le premier film, ce n'est pas indispensable. C'est un film où l'on parle vraiment de la vie, à des moments très différents. C'est authentique, drôle, émouvant, un film  d'un auteur qui a un vrai talent avec une génération de comédiens incroyable ! (rires)( NDLR : Mon Dieu qu'il est beau quand il rit) ! Il faut aller voir Encore un baiser, puis revoir le premier !

 

 


Autoportrait de Stefano Accorsi

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire