John Pardee (Desperate housewives)

Stéphane Argentin | 6 octobre 2006
Stéphane Argentin | 6 octobre 2006

John Pardee. Encore un nom qui ne dira sans doute strictement rien à personne, ou presque. Et pourtant, le bonhomme est un proche de longue date, aussi bien dans le privé que dans le travail, de Marc Cherry, l'heureux créateur de la série phénomène Desperate housewives. Autant dire que John est donc parfaitement au courant des moindres faits et gestes qui se trament dans les coulisses de l'un des shows TV les plus populaires du moment. Nous avons donc cherché à en savoir davantage lors de notre rencontre au festival TV de Monte-Carlo en juillet dernier…

 

 

Desperate housewives est-elle la première série à laquelle vous prenez part ?
Non, j'ai officié en tant que scénariste sur plusieurs séries au cours des quinze dernières années mais Desperate housewives est assurément le show le plus populaire auquel j'ai pris part à ce jour.

 

Depuis quand êtes-vous embarqué dans la série ?
Depuis ses tous débuts. Je connais Marc Cherry depuis bien avant qu'il ne commence à écrire pour la télévision. Lorsqu'il a eu l'idée de Desperate housewives, je crois que j'étais l'un des tous premiers à qui il en ait fait part.

 


Photo promotionnelle de la première saison

 

Vous étiez nombreux à faire partie de l'aventure en dehors de vous deux ?
Assez peu en fait car Marc est entouré d'un cercle d'amis assez restreint. Je suis l'un de ses amis les plus proches, je le connais depuis que nous sommes adolescents. Contrairement à beaucoup de scénaristes qui deviennent égocentriques quant à leurs idées et leur style parce qu'ils croient que tout ce qu'ils écrivent est brillant, Marc est constamment en train de demander l'opinion des personnes autour de lui. Il est très intelligent, il sait prendre en considération les bonnes idées et rejeter les mauvaises. Mais la série est vraiment le fruit de son imagination.

 

Au terme de la deuxième saison, vous avez scénarisé quatre épisodes ?
Nous sommes actuellement douze scénaristes au sein du staff. Le procédé est très collaboratif et avec autant de personnages, d'intrigues, de scènes à amalgamer, tout le monde se retrouve à un moment ou un autre à écrire un morceau de chaque épisode. C'est plus une histoire de « syndicats » qui explique au final la présence de votre nom apposé derrière « Scénarisé par » au générique alors qu'en réalité tout le monde ou presque a pris part à l'écriture de l'épisode.

 

Vous êtes également producteur exécutif de la série ?
Producteur co-exécutif pour être précis.

 

Quelles sont les différences à ce niveau car on a souvent du mal à cerner les nuances entre producteurs, producteurs exécutifs, producteurs co-exécutifs en matière de séries TV ?
À la base, nous sommes tous scénaristes sur la série. Ensuite, c'est une question de hiérarchie, la position la plus élevée, celle qu'occupe Marc, est celle de producteur exécutif. Les producteurs co-exécutifs sont à l'échelon juste en dessous pour le seconder dans des tâches en marge de l'écriture telles que les réunions de productions, le casting, le montage… bref tout ce qui sert à concevoir la série dans son ensemble. Au fil des ans, vous gagnez en responsabilités et votre titre évolue alors en conséquence.

 

Lorsque vous occupez la position la plus élevée, celle de producteur exécutif, vous avez donc tout pouvoir sur une série ?
Je ne dirais pas cela car il y a beaucoup d'autres personnes impliquées du côté du studio qui finance le show d'une part, et du network qui le diffuse d'autre part. Vous devez donc respecter un certain budget et certaines règles. Marc a énormément de pouvoir car le network lui fait confiance et lui laisse bien plus de libertés qu'il n'en aurait ailleurs, mais tout passe obligatoirement par le network et ils nous arrivent parfois de devoir réviser notre copie car nous allons dans des directions jugées inappropriées.

 


Photo promotionnelle de la deuxième saison

 

Quelles sont justement les limites, en matière de vocabulaire ou de nudité par exemple ? Y a-t-il une sorte de « guide de références » ?
Chaque network a ses propres règles. Je sais par exemple qu'il est interdit de montrer un personnage en train de fumer sur ABC (la chaîne américaine qui diffuse Desperate housewives, NDR). Chaque network dispose de représentants qui passent en revue tous les scripts sans exception et vous disent : « Vous ne pouvez pas faire ça. Trouvez autre chose » (rires). Ils surveillent également de très prêt les différents produits mentionnés pour éviter que ne soit cité à l'écran une marque concurrente.

 

Ce genre de situation arrive souvent ?
De temps en temps. Mais pour être honnête, ces personnes nous laissent malgré tout une grosse marge de manœuvre sur Desperate housewives.

 

D'où l'intérêt du DVD où vous pouvez inclure les éléments censurés ?
Oui, ainsi que des scènes qui nous tenaient particulièrement à cœur mais que nous n'avons pu inclure pour des raisons de contrainte de temps car la durée est limitée à 43 minutes par épisode.

 

La deuxième saison a été relativement décriée car elle n'avait plus le mordant, la causticité et le rythme de la première.
(Soupir) La vérité c'est que la presse avait été si dithyrambique à propos de la première saison que cet engouement ne pouvait que décroître, presque inévitablement. Nous y étions préparés mais d'un autre côté, nous avions tellement le nez dans le guidon que nous n'avons pas prêtez attention à ces critiques sur le moment. Nous sommes très fiers de la deuxième saison, les audiences sont restées au beau fixe, nous avons remporté le Golden Globes (de la Meilleure série comique pour la deuxième année consécutive, cf. le palmarès 2005 et 2006, NDR). Avec le recul, il y a toutefois certaines choses que nous aurions faites différemment.

 

Lesquelles par exemple ?
Nous savons que les moments préférés du public sont ceux où les desperate housewives sont ensembles et des reproches sont remontées jusqu'à nos oreilles concernant certains épisodes au début de la deuxième saison où ce n'était pas le cas. Nous faisons donc particulièrement attention à ce point désormais et allons également tenter d'entrecroiser leurs différentes intrigues personnelles.

 


Photo promotionnelle de la troisième saison

 

C'est ce qui expliquerait le retrait de la famille Applewhite à la fin de la deuxième saison auquel le public n'a dans l'ensemble trouvé que peu d'intérêt ?
Dès le départ, notre objectif était de nous séparer des Applewhite en fin de deuxième saison. La décision n'a pas été prise parce que le public ne les appréciait pas. En revanche, nous en avons tiré comme enseignement que l'arrivée d'un nouveau personnage devrait désormais être lié à l'une des filles, ce qui n'était pas le cas pour les Applewhite. À présent, ils ne sont plus là et nous avons un tout nouveau truc qui arrive dans la troisième saison. Plusieurs scripts sont déjà prêts et le tournage débute dans environ une semaine et demi (cet entretien a eu lieu le samedi 1er juillet 2006, NDR).

 

Y découvrira-t-on de nouveaux personnages ? Kyle MacLachlan a déjà fait plusieurs apparitions à la fin de la saison dernière.
Kyle MacLachlan devrait être présent dans la quasi-totalité de la troisième saison. Son personnage a un comportement très troublant qui va continuer dans ce sens.

 

Marc Cherry assurera-t-il encore la fonction de showrunner car j'avais entendu parler d'autres projets le concernant ?
Il y avait effectivement un autre projet de moindre envergure qu'il devait superviser mais qui a finalement été interrompu. Marc reste donc impliqué à 100% dans Desperate housewives. C'est son bébé et nous sommes tous derrière lui pour assurer un niveau de qualité aussi élevé qu'au cours de la première saison. C'est ce que tout le monde attend de notre part et c'est notre objectif à atteindre.

 


Propos recueillis au cours du 46ème festival de télévision de Monte-Carlo en juillet 2006.
Autoportrait de John Pardee.

 

Copyright : Les photos en-tête et en bas d'article (ci-dessus) ont été obtenues avec l'accord du festival de télévision de Monte-Carlo en vue d'être exploitées exclusivement dans le cadre du site Ecran Large. Toute autre utilisation en dehors de ce cadre est par conséquent formellement interdite.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire