Conférence de presse Superman Returns

Michael Zayan | 17 juillet 2006
Michael Zayan | 17 juillet 2006

Il en aura fallu du temps avant de pouvoir célébrer le retour tant attendu de Superman (Kal-El pour les intimes, mais ça fait tout de suite moins imposant). Après de nombreuses rumeurs d'adaption, notamment celle de Tim Burton, c'est Bryan Singer, réalisateur heureux des deux premiers X-Men, qui reprend le flambeau laissé il y a vingt ans par Sidney J. Furie (Superman IV). C'est au cours de la conférence accordée à la presse le 10 juillet, que l'équipe a pu s'exprimer sur différents aspects du film.

 

 

Bryan pouvez-vous nous parler de votre première rencontre avec Brandon, et qu'est ce qui vous a immédiatement fait penser qu'il ferait un bon Superman ou un bon Clark Kent?
Bryan Singer : J'avais vu Brandon auparavant sur les cassettes d'audition pour le rôle et j'ai été surpris par certains aspects de ce que je voyais. Mais c'est lors de notre première rencontre que j'ai senti qu'il avait les qualités requises, pas simplement en lui faisant passer des essais à l'écran. J'ai essayé de trouver des aspects de la personnalité que j'imaginais pour le rôle. Sur ce point, il était très proche de mes souhaits ! Brandon était très calme et concentré, donc parfait pour interpréter Clark Kent, mais en même temps très fort physiquement pour être Superman. C'est pour cela que j'ai décidé qu'il était le candidat numéro un pour jouer le rôle.

 

Est-ce que le destin si particulier et si tragique de Christopher Reeve est un paramètre qui vous avez pris en compte dans l'idée de reprendre Superman et surtout dans la manière de l'écrire ?
Bryan Singer : Je pense que Superman est issu d'une culture collective provenant aussi bien du comic book, de la série télé, des shows radio et bien entendu des films. Je ne recherchais pas forcément de ressemblances spécifiques entre Brandon et Christopher Reeve, mais comme il s'agit du retour de Superman, c'est dans l'univers de 1978, instauré par Richard Donner, que le film revient. Partant de ce principe, il étant tout de même important de conserver des similitudes avec le portrait de Christopher Reeve. Je n'avais jamais rencontré Christopher Reeve, mais quand j'ai appris son accident, j'ai été choqué de voir un tel homme, ce super-héros aussi diminué. Le respect de son personnage était donc très présent dans mon esprit.

 

Il y a dix ans on vous avez proposé de faire Superman avec Kevin dans le rôle de Lex Luthor, qu'est ce qui vous a décidé à le faire aujourd'hui ?
Bryan Singer : J'ai été contacté il y a trois ans pour faire l'adaptation, mais je ne voulais pas faire un simple remake du film original de Richard Donner. À un moment, quand Tim Burton devait faire son Superman, on m'avait dit que Kevin allait certainement participer au projet. C'est la seule chose dont je me souvienne.

Kevin Spacey : Il y a neuf ans j'ai rencontré Tim Burton et il devait faire une version du film. Il m'avait parlé du rôle de Lex Luthor, mais je n'avais pas lu de script et le film ne s'est jamais fait.

 

 

 

 
Cette question s'adresse avant tout aux trois acteurs. Pouvez-vous nous dire quelle a été la séquence la plus dure à jouer ?

Brandon Routh : C'est dur de choisir… Je pense que c'est la confrontation entre Superman et Lex Luthor qui était très dure émotionnellement et physiquement. C'était très intense car c'était la première fois que nous nous retrouvions dans la même scène. J'étais très nerveux d'être face à Kevin et je voulais faire du bon boulot. C'était un gros challenge pour moi, notamment la scène dans l'eau !

Kevin Spacey : Le mot « challenge » ne me vient pas à l'esprit. C'était tellement amusant comme expérience. C'était chaque jour un réel plaisir, de communiquer avec Bryan notamment sur la façon d'aborder mon personnage, car il est resté le même réalisateur qu'il y a dix ans. (NDLR : Bryan Singer avait déjà dirigé Kevin Spacey dans Usual Suspects en 1995)

Kate Bosworth : Je pense que c'est la scène de l'avion. C'était clairement la première scène d'action pour toute l'équipe. C'était très physique. Ma peur de l'avion ne m'a pas vraiment aidé, ça a d'ailleurs été ma première réelle difficulté.

 

Brandon, quelle a été la première chose à laquelle vous avez pensé quand vous avez décroché le rôle ?
Brandon Routh : Ma première pensée était avant tout de la joie. Ce fut sept mois d'attente pour moi, à imaginer de pouvoir jouer le personnage, beaucoup de rêve et d'espérance. Je n'avais plus à y penser au conditionnel. J'étais le nouveau Superman. J'ai aussitôt appelé mes parents en hurlant de bonheur, ma mère a pleuré et crié et mon père a certainement dû faire la même chose.

 

Le personnage de Superman possède des pouvoirs spéciaux donc son adaptation à l'écran était assez « prévisible ». Comment avez-vous travaillé le personnage de Lex Luthor ?
Bryan Singer : Kevin s'est rasé la tête… Non en réalité ça a été fortement similaire à Usual Suspects. Kevin est un ami donc nous avons élaboré le personnage ensemble, c'est un des plus grands acteurs de notre époque. On a écrit le scénario avec les deux scénaristes, Michael Dougherty et Dan Harris, en espérant que Kevin donne son accord. Je connaissais le personnage créé par Richard Donner, interprété par Gene Hackman, et je savais que Kevin pouvait en reprendre toutes les facettes, car je l'avais dirigé dans un rôle plus ou moins similaire.

 

 

Pour les X-Men vous avez pu développer votre style ainsi que votre univers, alors que dans Superman Returns vous avez déclaré que vous étiez vraiment influencé par le style de Richard Donner. Comment avez-vous réussi à la fois à mettre votre style en respectant l'œuvre de Richard Donner ?
Bryan Singer : C'était la tâche la plus ardue. X-Men à des fans très spécifiques. Superman à l'inverse touche toutes les générations, il signifie quelque chose pour tout le monde, toutes les cultures, tous les âges. Comme c'était un retour, j'ai choisi l'univers de Richard Donner, j'aime le portrait de Christopher Reeve, la musique, la technologie Kryptonite, l'héritage... C'est une balance, un hommage pour les nostalgiques et quelque chose de nouveau pour les plus jeunes.

 

Pouvez-vous nous parler du fameux costume, pour lequel vous avez dit qu'il était très moulant ?
Brandon Rough : Oui, il était extrêmement serré. Mais ça a été bénéfique car ça a nécessité un entraînement physique important pour prendre des muscles, pour être physiquement à la hauteur dans le costume. Il aide à se sentir plus fort ! J'été très content la première fois que je l'ai mis.

 

 

 

Pouvez-vous nous parler du spectre de Marlon Brando ? Est-ce lié au choix de Eva Marie Saint, quelle est la part de nostalgie dans ces choix ? (NDLR : Marlon Brando interprétait le père de Superman dans le premier volet sorti en 1979. Bryan Singer a donc décidé d'utiliser les images d'archives, en les insérant dans son film, afin de redonner le rôle à l'acteur décédé en 2004. D'autre part, Marlon Brando et Eva Marie Saint s'étaient déjà donnés la réplique, il y a 52 ans de cela, dans Sur les quais de Elia Kazan.)

Bryan Singer : Non, cette coïncidence fut vraiment le fruit du hasard. Son nom est venu une fois que j'avais déjà utilisé les images de Marlon Brando. Je me suis dit qu'elle ferait la parfaite mère de famille. Elle avait l'âge parfait, la bonne présence. Elle était idéale pour jouer la mère de Clark. J'ai tenu a rendre hommage aux anciens personnages notamment avec Noel Neill (Gertrude Vanderworth) qui est la créatrice du rôle de Loïs Lane, et Jack Larson qui interprétait Jimmy Olsen (le jeune photographe) dans la série télé, et qui campe ici les traits du barman.

 

Quel fut votre meilleur moment lors du tournage ?
Bryan Singer : Certainement lorsque Georges Lucas est venu nous rendre visite avec sa famille. J'ai demandé aux enfants s'ils voulaient voir Superman, et Brandon est apparu sans sa cape, simplement avec le costume. Les enfants étaient tout simplement émerveillés, et ce malgré tout ce qu'ils avaient pu déjà voir avec leur père. C'était un grand moment pour moi.

Kate Bosworth : Il y en a tellement… Probablement la scène du toit. C'était très romantique. C'était un moment magique et très bien écrit. Malgré les effets spéciaux présents à l'écran, il y a peu de personnes capables de faire tout cela, excepté Superman !

 

Brandon, on parle déjà de suite, n'avez-vous pas peur de vous enfermer dans ce rôle ? Si le rôle vous plaît vraiment, envisagez vous de faire des épisodes avec Batman ou la Justice League par exemple ?
Brandon Rough : Je ne sais même pas à quoi pourraient ressembler les futurs scripts concernant des films avec Batman ou n'importe qui d'autre. Quand j'ai accepté le rôle, je savais qu'il y avait un énorme potentiel pour faire d'autres films. Je ne pense pas que ce rôle puisse avec un quelconque effet négatif, bien au contraire ! Je ne demande qu'à jouer le plus de rôles différents dans de nombreux registres.

 

 

Retrouvez la critique de Superman Returns sorti le 12 juillet 2006.
Retrouvez le dossier Superman - Retour d'un demi-dieu sur Terre.

Tout savoir sur Superman Returns

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire