Roxane Mesquida (Sheitan)

Didier Verdurand | 17 février 2006
Didier Verdurand | 17 février 2006

Quelle actrice t'a donné envie de faire ce métier ?
Au départ, je n'avais aucune envie d'être actrice, je pensais que toutes étaient malheureuses et qu'elle se suicidaient ! Je voulais être prof d'anglais. À l'âge de 13 ans, j'ai croisé dans une rue de mon village Manuel Prada, qui m'a proposé de jouer dans un film qu'il préparait, Marie Baie des Anges. Le premier essai m'a enthousiasmé et j'ai décidé ce jour-là que je serais comédienne. Quand j'étais petite, on me comparait beaucoup à Romy Schneider et j'ai dû voir tous ses films, elle une comédienne que j'adore et reste un modèle.

Tu as pris des cours de comédie ?
Non. Il y a quelque chose de magique dans le cinéma que je n'ai pas envie de comprendre. J'ai peur que les cours gâchent tout. J'essaie d'être le plus crédible possible, que ça sente le vrai.

 


Comment as-tu trouvé un agent ?
Après mon premier film, je me suis inscrite dans une agence de mannequin mais l'esprit de compétition m'a très vite déplu. J'ai assez posé devant de bons photographes pour récupérer de très jolis clichés ,donc ma mère avait de quoi répondre aux demandes de castings. Elle a tout géré jusqu'à ce que Catherine Breillat nous présente un agent. Le rôle de mon agent est bien défini, il m'appelle pour fixer des rendez-vous et négocie mes contrats. À côté, j'ai une manager qui s'occupe de tout le reste, notamment mon image. Je fais peu de films car je n'arrive pas m'impliquer dans un projet qui ne m'intéresse pas, cela m'est déjà arrivée donc je suis devenue de plus en plus exigeante.

 

Tu es passée par l'étape des petits boulots ?
Mis à part le mannequinat, non, j'ai toujours gagné ma vie grâce aux tournages.

 


Tu as trouvé facilement ton personnage ?
Kim me demandait d'improviser en me demandant ce qu'Eve ferait dans telle situation, mais je ne savais pas du tout comment réagir ! Elle n'est pas vraiment proche de la réalité et elle est d'une extrême ambiguïté. Face à mon désarroi, j'ai imposé à Kim un tête-à-tête chaque week-end pour discuter du personnage et déterminer ses limites dans le bizarre. Je voulais aussi qu'on sente une évolution au cours du récit. Elle paraît femme dans la boîte de nuit, et enfantine quand elle se retrouve avec famille de cinglés. J'étais très triste de quitter Eve, l'interpréter m'a vraiment amusée.

 

Tu aimes te voir à l'écran ?
Je ne regarde pas le combo ou les rushes de peur d'être influencée, de me bloquer sur un détail donc je suis très stressée lors de la première vision du film. Les suivantes sont plus tranquilles, j'arrive à me détacher de moi. Quant à la nudité, elle ne me dérange pas. Dans Sheitan, je pensais qu'on irait beaucoup plus loin dans la scène de triolisme. Des gens se sont offusqués alors qu'on ne voit que mes seins… J'en montre dix fois plus dans les films de Catherine Breillat ! (Rire.) Je n'ai pas compris l'interdiction aux moins de 16 ans, je suis sûre que les 14, 15 ans auraient adoré. La sœur de ma meilleure amie, qui a 14 ans, en est la preuve vivante, elle a réussi à s'incruster à l'avant-première et ne l'a pas regretté, elle est très fan. Elle a voulu y retourner à une séance normale avec des copains de classe mais on leur a tous refusé l'entrée…

 


Le principal souvenir du jour de la sortie de Sheitan ?
J'étais particulièrement tendue, plus qu'à l'accoutumée lors des sorties de mes autres films. Avec Catherine Breillat, on sait qu'on ne va pas toucher des millions de gens, Sheitan est plus facilement accessible et on voulait que les gens soient au rendez-vous. Cette journée marquait aussi un peu la fin du film pour l'équipe, donc il y avait aussi beaucoup d'émotion. Nous désirions le revoir en salle car on dit que le public des avant-premières est acquis et nous voulions voir des réactions plus neutres. Nous n'avons pas été déçus, ça fonctionne ! J'espère maintenant que nous aurons l'occasion de nous retrouver pour la promo à l'étranger, le film ayant été très bien vendu.

 

Ton rapport avec la célébrité ?
Je préfère qu'on ne me reconnaisse pas dans les lieux publics. J'ai remarqué que je suis plus reconnue quand j'ai été faire un tour chez Ardisson que lorsque je suis au cinéma. Je devrais passer encore plus inaperçue d'ici peu car je vais devenir blonde dans quelques jours pour le prochain film de Catherine Breillat, que je vais tourner avec Asia Argento.

Propos recueillis par Didier Verdurand.
Photos de Côme Bardon.
Toute reproduction interdite.

 

Cliquez sur la photo pour accéder au dossier Les filles du Sheitan :

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire