Le mal-aimé : Matrix Reloaded, une suite qui ne mérite pas tant de haine

Geoffrey Crété | 6 janvier 2022 - MAJ : 06/01/2022 18:54
Geoffrey Crété | 6 janvier 2022 - MAJ : 06/01/2022 18:54

Matrix Reloaded, ce soir à 21h15 sur TMC.

Parce que le cinéma est soumis aux modes et à la mauvaise foi, Ecran Large, pourfendeur de l'injustice, se pose en sauveur de la cinéphilie avec la rubrique des mal-aimés. Le but : sauver des abîmes un film oublié, mésestimé, amoché par la critique, le public, ou les deux à sa sortie.

L'arrivée de Matrix Resurrections rouvre ainsi le dossier de la trilogie Matrix, et notamment de Matrix Reloaded, deuxième épisode mené par Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss.

 

Matrix Reloaded : Affiche française

"Un film laid, répétitif, bouffi" (Slate)

"Matrix avec de nouvelles munitions ? Oui, des balles à blanc" (Télérama)

"On s'attendait à prendre notre mal en patience avant Revolutions. Maintenant on le redoute" (L'Humanité)

"Quand on pense que certains laudateurs du cinéma américain se plaignent que le cinéma français est trop bavard..." (Positif)

 

 

 

il se passe quoi dans matrix 2 ?

6 mois après Matrix, Neo a tout gagné : il couche avec Trinity et se bat comme un dieu. Il rêve aussi constamment que Trinity meurt dans la matrice.

Grâce à un épisode des Animatrix, les chefs de Zion apprennent que les sentinelles sont en route pour détruire l'humanité. Neo va voir l'Oracle alias le scénariste qui explique l'intrigue : il doit aller à la Source, trouver le Gardien des clés et le libérer du Mérovingien. Neo rencontre une armée de clones de Smith, puis s'envole.

Le Mérovingien, qui est français donc arrogant donc armé d'un accent ridicule, refuse d'aider Neo. Il préfère le vin, le sexe et la philosophie. En revanche, sa femme Persephone accepte de leur livrer le Gardien en échange d'un baiser. Le Mérovingien n'apprécie pas : Neo combat ses hommes de mains tandis que Morpheus et Trinity s'échappent avec le Gardien, poursuivis par des jumeaux albinos option spectre. 20 minutes de course-poursuite, de combats et de carambolages plus tard, tout le monde est sain et sauf.

 

Keanu Reeves : photo, Matrix ReloadedNeo-héros

 

Le chemin vers la Source est semé d'embûches. Lorsque la mission se complique, Trinity va dans la matrice, même si elle a promis à Neo le contraire. Le héros trouve la Source : l'architecte de la matrice. Il lui explique qu'il en est à la sixième version, que l'Elu joue toujours le même rôle, et qu'elle est encore condamnée à se crasher à cause du libre-arbitre des humains. 

Après un discours presque aussi comique que sa parodie dans Scary Movie 3, il lui offre un choix : redémarrer la Matrice et choisir quelques élus pour recommencer, puisque Zion sera détruite, ou laisser la Matrice se crasher en essayant de sauver Trinity. L'amour aveugle triomphe, et Neo rattrape Trinity dans une chute vertigineuse. Il pénètre les pixels de la Matrice pour retirer une balle et la sauver.

De retour dans la réalité, le Nebuchadnezzar est attaqué par des sentinelles. Neo utilise un nouveau pouvoir et détruit les machines avant de s'évanouir. Un seul survivant a été retrouvé après les attaques des autres vaisseaux : Bane, à l'intérieur duquel Smith s'est cloné pour pénétrer dans la réalité.

 

Matrix Reloaded : photo, Carrie-Anne MossTrinitriste

 

LES COULISSES de matrix 2

A l'aube du nouveau millénaire, Matrix n'a pas simplement engrangé plus de 460 millions de dollars dans le monde pour un budget de 63 millions : le film des Wachowski a provoqué une secousse dans l'industrie du divertissement hollywoodien, devenant instantanément un film culte et un point dans l'Histoire du cinéma d'action et de science-fiction.

La suite est à la hauteur de ce cataclysme. La Warner Bros. donne carte blanche au duo : ReloadedRevolutions et le jeu vidéo Enter the Matrix sont tournés simultanément pendant 270 jours, avec un budget autour des 300 millions de dollars. Entre la pré-production et la post-production, le chantier titanesque s'étale sur trois ans.

Le tournage passionne les foules, notamment parce qu'une portion d'autoroute de 3 km est construite pour les besoins d'une scène annoncée comme dantesque - plus de 300 voitures sont détruites pour la séquence, filmée pendant plusieurs mois. Le combat entre Neo et les clones de Smith demande 27 jours de tournage. Une centaine de millions est octroyée aux effets spéciaux.

 

Matrix Reloaded : photo matrix reloadedImpact de ton budget sur le sol hollywoodien

 

Jet Li refuse le rôle de Seraph parce que le salaire n'est pas à la hauteur, et Michelle Yeoh parce qu'elle n'est pas disponible. Courtisé pour interpréter l'Architecte, Sean Connery décline parce qu'il ne comprend rien au scénario. Carrie-Anne Moss se blesse à la jambe, Laurence Fishburne se fracture un bras, Hugo Weaving est blessé aux cervicales. La chanteuse Aaliyah, castée dans le rôle de Zee, décède dans un accident d'avion avant d'avoir pu terminer le tournage de ses scènes. Un mois après, Gloria Foster meurt : le rôle de l'Oracle sera repris par Mary Alice dans Revolutions.

Le contrat stipule que les Wachowski n'assureront aucune promo, mais 2003 leur appartient : présenté hors compétition à Cannes, Reloaded sort en mai, suivi cinq mois plus tard de Revolutions en octobre. C'est leur année, et tous les regards sont tournés vers leur œuvre.

 

Photo Keanu ReevesUn combat survolé rythmé par une musique fabuleuse

 

LE BOX-OFFICE de matrix 2

Pour éviter le piratage et orchestrer un événement planétaire, Reloaded est sorti dans le monde entier le 15 mai 2003. C'était un événement incontournable, nourri par une promo spectaculaire qui débordait de tous les côtés. Une stratégie qui a payé puisque Matrix Reloaded reste le plus gros score de la trilogie, sans même avoir le facteur Chine, puisque la franchise n'y est pas sortie (Resurrections aura droit à ce luxe pour gonfler ses recettes).

La suite a officiellement coûté dans les 150 millions hors marketing, et a amassé plus de 742 millions au box-office mondial dont 280 côté domestique. Reloaded s'est placé comme le troisième plus gros succès de 2003 dans le monde, derrière Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (1,1 milliard) et Le Monde de Nemo (871 millions). Et loin devant Matrix Revolutions (427 millions). Sur le territoire américain, Reloaded était également sur le podium derrière Le Monde de Nemo et Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl, et juste devant Le Retour du roi.

 

Matrix Reloaded : photoDécryptage des billets verts

 

A l'époque, c'était le plus gros succès d'un film Rated R (depuis, il y a eu Joker, Deadpool 2 et Deadpool).

C'est sans surprise bien plus que le premier Matrix, qui avait récolté près de 464 millions (dont 171 au box-office domestique). Mais bien sûr, Matrix Reloaded a coûté plus cher.

En France, il totalise près de 5,7 millions d'entrées, soit le meilleur score de la saga.

 

Matrix Reloaded : photo, Carrie-Anne Moss Le jour de la sortie

 

LE MEILLEUR de matrix 2

L'évidence : Reloaded n'a pas la puissance ni la pureté de Matrix, qui représente encore une certaine idée de la perfection. Le premier était un film-somme à la complexité merveilleusement équilibrée, et un blockbuster massif qui se suffisait à lui-même, ouvrant les portes de l'imaginaire pour laisser rêver d'une suite sans qu'elle soit nécessaire ou au coeur des ambitions. 

La mission de Reloaded et Revolutions était donc quasi insurmontable, et les Wachowski ne pouvaient que décevoir, d'une manière ou d'une autre. Trop vide ou trop pompeux, trop stylisé ou trop bavard, trop d'action ou trop peu de sensations : le deuxième opus a provoqué dans toutes les directions la colère, la déception, la consternation, abîmant pour beaucoup l'aura fabuleuse du premier film.

 

Matrix Reloaded : photo, Keanu ReevesArchi-tête au carré

  

Première cause : sans Revolutions, Reloaded n'est qu'un demi-film, incomplet et frustrant. C'est un problème classique dans les trilogies, où le film du milieu est celui du plaisir, de l'action, de la générosité, qui sert de trait d'union pour l'intrigue. C'est la limite mais également le moteur de Matrix Reloaded. Car le film est visuellement ébourriffant et spectaculaire, les Wachowski ayant déployé des moyens faramineux pour plonger la tête la première dans la matrice. Plus de 2h15 sensationnelles qui, passé la déception de l'époque face aux attentes folles, restent grandioses.

En plus des moyens à leur disposition, les Wachowski multiplient les idées : dans le combat contre une armée de Smith, avec les jumeaux semblables à des spectres ou le duel contre un agent sur le toit d'un camion lancé à toute vitesse, il y a la volonté claire de repousser les limites de l'exercice et redynamiser des séquences d'action a priori attendues.

 

Matrix Reloaded : photo, Laurence FishburneMorpheus morfle

 

C'est dans un cadre très défini que le duo de cinéastes s'amuse, avec par exemple une inversion du code couleur ordinaire (les méchants sont en blanc, les gentils en noir). Sans garde-fous, les Wachowski s'en donnent à coeur joie en chorégraphiant de véritables ballets musicaux (Don Davis offre quelques pistes cultes comme Zion et Mona Lisa Overdrive, ainsi que Rob Dougan avec Chateau), disséminés comme des bulles de pur plaisir à travers le film.

Mais Reloaded a aussi un sens, qui ne se résume ni au discours cryptique de l'Architecte, ni à l'intrigue un peu mince de l'épisode (qui reste une étape dans l'histoire : privée de vrai début et de fin donc). Keanu Reeves expliquait que le premier Matrix parlait de la naissance, le deuxième de la vie et le dernier de la mort. Reloaded parle alors des corps, des sexes, des sens vibrants.

 

Matrix Reloaded : photo, Nona Gaye, Harold PerrineauMatrix : Orgie Reloaded

 

Neo et Trinity brûlent d'impatience de consommer leur amour au début du film, le Merovingien commande un orgasme féminin, Persephone ne rêve que d'un baiser pour réveiller ses sens, et Neo pénétrera littéralement Trinity pour la sauver dans un soupir de quasi extase. Perçue comme l'aveu d'une entreprise sans fond, la fameuse free party et orgie à Zion prend alors un autre sens, comme une transe primale pour mieux opposer les hommes aux machines.

La question du contrôle (de son corps, de ses désirs, de ses sentiments, du monde et de la matrice) est au coeur de Reloaded. Comme dans le premier film, Neo est un héros démuni, inconscient et incapable de saisir le sens véritable des événements. Il a été réveillé, mais il n'a pas encore ouvert les yeux. Dans Revolutions, Neo perdra la vue pour enfin voir après ce deuxième épisode obscur, où il se bat contre une nouvelle illusion (le libre-arbitre). 

Le Merovingien l'interroge : "Mais vous, savez-vous pourquoi vous êtes ici ? Le Gardien des clés n'est qu'un moyen, pas une finalité". Le brouillard dans lequel évolue Neo (et donc, le spectateur) n'est pas une maladresse ou un artifice : c'est le sens même de la quête.

 

Matrix Reloaded : Photo Monica BellucciPersepholle

 

LE PIRE de matrix 2

Au-delà de sa nature décevante de film-étape, Matrix Reloaded souffre d'un certain déséquilibre dans l'assemblage des scènes. Là où le premier film était un parfait mix savamment dosé entre le discours, l'action et l'émotion, la suite dépose les éléments les uns après les autres, avec nettement moins de souplesse et de souffle. Pour 20 minutes d'action sur l'autoroute, il y a plusieurs pavés de discours trop mal encadrés pour être subtiles.

Une construction qui donne au film des allures de jeu vidéo gigantesque, qui alterne cinématique bavarde et scène de gameplay tonitruante. La plupart des scènes d'action est dénuée de véritables enjeux, ou alors des enjeux relatifs au public plus qu'aux personnages - séduire le spectateur, le faire jouir avec des effets fabuleux et de l'action folle. 

 

Matrix Reloaded : photo, Keanu Reeves, Hugo WeavingSale Smith

 

Mais surtout, Reloaded pousse constamment à s'interroger sur la profondeur et l'intelligence de l'entreprise. Dans le premier film, les discours de Morpheus étaient une porte d'entrée fascinante dans un univers grandiose, dans lequel les Wachowski parvenaient à nous plonger avec une aisance remarquable. Dans la suite, le discours s'épaissit, s'alourdit, à la fois plus complexe et plus simplet : impossible de l'accepter sans avoir eu ce recul sur l'entreprise, qui oblige à la questionner.

Des années après, Lana Wachowski expliquera que c'était bien l'intention : pousser le spectateur hors de sa zone de confort. Interviewée pour Cloud Atlas, elle racontera qu'après un premier opus classique et carré, il y avait l'ambition d'un deuxième volet quasi déconstructionniste, qui remet en question les lois de l'univers mais aussi la position du spectateur vis-à-vis de cette aventure.

 

Matrix Reloaded : photo, Carrie-Anne Moss, Laurence Fishburne, Keanu Reeves, Harold PerrineauQuand tu te demandes où tu vas déjà

 

Enfin, ce cliffhanger, s'il a un vrai sens dans l'histoire, reste étonnamment peu enthousiasmant même avec le recul. Clairement conçu comme choc final censé provoquer une vive réaction, il n'est pas à la hauteur de l'adrénaline omniprésente dans le film.

Rendez-vous de ce côté pour le cas Matrix : Revolutions.

 

SCENE CULTE

 

 

 

Tout savoir sur Matrix Reloaded

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Khal55
09/01/2022 à 12:04

C'est très simple en faite, pour une trilogie ou une suite vraiment reussi... il faut dejà que le film sois conçu et penser pour ça dans un.premier temps. Dans le cas de Matrix, le premier film ètait une initiation nouvelle a ce monde. On a tous ètè bluffer par le concepte, le scènario la mise en scène.... et surtout les messages tres riche qu'il contient... beaucoup... BEAUCOUP de gens on etè marquer par cela... . Le souçi c'est que les suites ont certe amener des choses interessentes... mais n'ètait plus dans le même esprit que le premier. On sent que les producteurs ont du dire aux realisateurs " Bon les gars bravo pour matrix, Vous avez surpris tout le monde on a etè applaudis par le public et les critiques alors là maintenant on vous donne carte blanche pour les suites... mais sa dois envoyer du lourd... du tres lourds dans l'action"
Du coup, la maîtrise n'a pas ètè aussi bonne... et sa se sent. Pourtant avec les thèmes qu'il aborde, le film aurait pu se diviser en trilogie parfaite.. le monde de matrix est tellement riche..

Marvelleux
06/01/2022 à 21:31

X-Men 2 est sorti deux semaine avant et rien que que pour sa scène d'intro avec Diablo a mis la suite de Matrix a la demande


06/01/2022 à 20:38

c'est certain qu'après avoir vu le 4, le 2 était quand même pas mal...

Murata
21/12/2021 à 16:49

Dans le premier, il y a une vraie ambiance de fin du monde, un danger ressenti dans la matrice et hors la matrice. Et un espoir très ténu. Et là pouf, disparu, envolé, ressenti zéro, alors même que la mort de Trinity est annoncée. Les combats contre les clones de Smith et les hommes de main du mérovingien sont trop longues, car sans enjeu ; et la musique est gonflante. Et quand ça part dans les explications c'est chiant alors que c'était passionnant dans le premier opus. Le 3ème ne relèvera pas le niveau. Ma plus grande déception en matière de trilogie.

sylvinception
20/12/2021 à 13:28

@Docteur Benway : pour ce qui est du fameux "burly brawl", revois-le attentivement, il a très mal vieillit. Comme beaucoup de CGI du film.
De toute façon l'ensemble de Reloaded fait plus penser à un jeu vidéo qu'à un film...

Anderton
20/12/2021 à 11:18

Vu à l'époque de sa sortie, en avant-première !
C'était une belle claque visuelle et pourtant j'en étais ressorti perplexe quant à ma compréhension de l'intrigue; avec le recul, il ne se passe pas grand chose finalement : Néo et sa bande court après un gardien censé les amener à la source, alors que Zion est sur le point de se faire anéantir. A cela, on ajoute des scènes d'action massives, généreuses et jamais vues, et des échanges verbeux sur le sens de tout ça !
Pour ma part, c'est le manque d’équilibre dans la clarté qui m'a le plus refroidi à l'époque et c'est encore le cas aujourd'hui : les scènes d'action sont très impressionnantes et très lisibles à contrario d'une intrigue et de dialogues assez opaques et difficilement saisissables au premier abord.
Alors, certains diront que c'est incompréhensible car un fourre-tout philosofico-religieux-mythlogique sans queue, ni tête. D'autres diront qu'au contraire, tout ceci est profond et recherché et donc pas à la portée de quelqu'un qui bugerait à la moindre réplique dépassant les 10 mots et ne sachant pas déchiffrer les clés et autres sous-textes de l'intrigue.
Néanmoins, je prends encore un peu de plaisir à la revoir même si ce n'est vraiment pas comparable à celui procuré par le premier volet.

Morcar
20/12/2021 à 11:08

J'ai revu la trilogie récemment, histoire de me remettre tout en mémoire avant d'aller voir le 4, et mon avis reste le même que depuis le début : un premiet volet très réussi, qui ne nécessitait pas de suite, un second volet ayant perdu beaucoup de ce qui faisait la force du premier, au profit d'un plus grand nombre de scènes d'actions et ratant sa fin, et un troisième volet très moyen, notamment cette guerre contre les machines à coup de robots contre robots vraiment immonde.
Je suis curieux de découvrir ce qu'ils ont inventé pour "Résurrections", même si les premiers avis américains faisant référence à de l'humour dans le film m'effraient un peu...

Dododu92
19/12/2021 à 17:17

Le meilleur de la trilogie pour ma part.

Que de scènes cultes, un scénario et une écriture hors du commun.
Une claque même encore aujourd'hui.

DjFab
19/12/2021 à 08:08

Sinon je pense quand même que pour beaucoup c'est un problème de compréhension, c'est d'ailleurs pour cela que le 3 s'est autant vautré. Mais c'est un peu la faute aux réalisateurs, ils auraient du essayer de faire une vraie fin au 2.

DjFab
19/12/2021 à 08:05

@MystereK : "...Le tout formant un grand film avec ses trois parties en tonalités différentes." -> tu as parfaitement résumé mon ressenti ! Je ne comprends vraiment pas pourquoi les gens différencient autant les trois films !

Plus
votre commentaire