Rolling Thunder et Pacte avec un tueur en Blu-Ray/DVD : mais qui est donc John Flynn ?

Florian Descamps | 10 juillet 2015
Florian Descamps | 10 juillet 2015

Après avoir édité le fabuleux Solitaire de Michael Mann en début d’année, Wild Side fête ce mois John Flynn avec les sorties de Rolling Thunder et Pacte avec un tueur en Blu-Ray et DVD. Présentation des éditions, et d’un cinéaste sans pareil.

Lorsque sort en 1977 Rolling Thunder, John Flynn est relativement méconnu du grand public. Il l’est encore aujourd’hui. Habile artisan, ses productions dénotent au sein du Nouvel Hollywood. Elles n’embrassent ni la virtuosité formelle d’un De Palma, ni les discours engagés d’un Scorsese. Pourtant, ce natif de Chicago s'est rapidement fait une place dans ce microcosme.

Maître de la série B, son cinéma se fait écho de son temps. C’est le cas de son Échec à l’organisation en 73 où, près de quarante ans après sa naissance, il participe à la renaissance du film de gangster en empruntant à John Boorman comme à Fernando Di Leo. C'est aussi le cas de Rolling Thunder où, deux ans après la fin de la guerre du Vietnam, il explore l'ébranlement cinglant de la société américaine. Quant à Pacte avec un tueur en 87, il s'inscrit dans une résurgence du polar cynique initiée à la fin des années 70, et magnifiée quelques années auparavant par Michael Mann.

 

Pacte pour une Légitime violence

Au départ scénario de Paul SchraderRolling Thunder devait également être une de ses réalisations. Après Taxi Driver, il souhaitait y approfondir son obsession du traumatisme post-Vietnam, déclencheur de la radicalisation de nombre de ses vétérans. Une volonté que ne partagea pas le producteur de la Fox, Lawrence Gordon, qui, soucieux de rester dans les cordes de l'organisme de censure de l'époque, l'évinça du projet.

Réécrit et confié à Flynn, le film prit ainsi un chemin un peu différent. Exit le personnage raciste et lâche de Schrader ; place au héros de guerre Charles Rane, de retour au pays après plusieurs années de captivité à Hanoi, et mis face aux agissements de criminels mexicains. Si le pitch est plus consensuel, Flynn ne s'y conforme pas pour autant. Figure héroique sur le papier, Rane s'avère bien plus complexe.

Traumatisé et handicapé par son passé, il n'existe qu'aux côtés de son compagnon d'armes Johnny Vohden, formidablement incarné par un jeune Tommy Lee Jones. Chose rare à cette époque, la présence d'un brin de féminisme, via le personnage de Linda Haynes. Fascinée et amourachée du soldat Rane, elle ne lui est à aucun moment inférieure. Dans sa quête de vengeance, elle lui est d'une grande aide. Comme un garçon, elle manie les armes avec beaucoup de maitrise. Mieux, restant critique malgré ses sentiments, elle se fait parfois cerveau du duo, sorte de Bonnie voguant au secours de son Clyde.

L’histoire de Pacte avec un tueur est du même tonneau. Associé au scénariste Larry Cohen, Flynn y met en scène un duo aussi original qu’inadapté. Dennis Meechum est un policier en fin d’ère, proche de la reconversion littéraire. Cleve est un tueur à gages narcissique, mué par un sentiment de vengeance. Lorsqu’en panne d’inspiration, Meechum accepte d’écrire les mémoires du second, se met alors en place une intrigue tourmentée où, flirtant entre attraction et rejet, le duo sert de figure de style aux obssessions de l'époque.

L'occasion pour Flynn de réinscrire à son palmarès des acteurs à leur apogée. Dix ans après William Davene et Tommy Lee Jones, il découvre ainsi un Brian Dennehy fort de son rôle du shérif Teasle dans le Rambo de Ted Kotcheff, mais surtout un James Woods qui, sorti d'Il était une fois en Amérique et Videodrome, est au beau milieu d'une ascension fulgurante. Si le cinéaste est aujourd'hui retombé dans l'oubli, voilà deux œuvres qui nécéssitent au moins un devoir de mémoire.

 

John Flynn en Blu-Ray et DVD

Comme souvent avec les éditions de ce calibre, le travail de Wild Side est passionné. Réutilisant le master de l’édition américaine parue chez Shout ! Factory il y a deux ans, son Rolling Thunder gagne une seconde jeunesse. Fidèlement restituées, ses couleurs lui confèrent un aspect argentique racé, que vient appuyer l’admirable précision des scènes de jour désormais purgées par l’éditeur de leurs impuretés. Même constat avec Pacte avec un tueur où, bien que le film soit profondément ancré dans la culture visuelle des années 80, le master l'émancipe de son imagerie surannée.


Les bonus ne sont en outre pas en reste. Seul supplément de Pacte avec un tueur, le caustique entretien avec Larry Cohen relève d’un fort intérêt. Volubile et franc, le scénariste y pousse une diatribe envers l’industrie Hollywoodienne, à laquelle il reproche l’incompréhension de nombre de ses scénarios. Dans un élan de malice, il qualifie même John Flynn de simple « bon faiseur », précisant que le film aurait gagné à être réalisé par ses soins.

Du côté de Rolling Thunder, on ne peut qu'être ébahi par l'excellent livre de Philippe Garnier, appelé Tempête sous un crâne : un film prématuré. Extrêmement documentés, les écrits du journaliste y racontent avec minutie le destin singulier du film, de l'embryon originel de Schrader à la désastreuse projection test qui poussa la Fox à cèder le film à American International Pictures. Associé au court entretien avec Linda Haynes, et à celui, plus passionnant, de Lawrence Gordon, l'hommage au démiurge Flynn s'avère de grande qualité. L'occasion de rappeler l'ouverture prochaine de la rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque Française où, du 15 juillet au 2 août, on pourra redécouvrir l'intégralité de sa filmographie. Le programme est ici. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
sylvinception
10/07/2015 à 23:07

"Pacte avec un tueur" est l'un des polars les plus injustement sous-estimé des années 80, précipitez-vous sur le blu ray!!

votre commentaire