Le Seigneur des Anneaux ou Le Hobbit : quelle est la meilleure saga de Peter Jackson ?

La Rédaction | 14 avril 2020
La Rédaction | 14 avril 2020

Alors qu'Amazon accueille la trrilogie du Hobbit, revenons sur le grand oeuvre de Peter Jackson. En six films et deux sagas, le réalisateur a accompli un exploit exceptionnel sous forme de deux sagas inoubliables. Mais laquelle est la meilleure ?

 

photoDoit-on vraiment choisir ?

 

LES HÉROS

On pourrait croire que l’avantage va de manière évidente à la trilogie du Seigneur des Anneaux, Le Hobbit ayant souvent été critiqué pour son incapacité à creuser les personnages de sa compagnie de nains.

Mais il faut nuancer ce constat. Non seulement les versions longues (notamment celles de La Désolation de Smaug) rendent bien mieux justice à chacun de ces personnages, mais leur très gand nombre et la simultanéité de leurs actions empêche souvent de se focaliser sur un nombre limité de protagonistes. Enfin, ce serait oublier l’éclatant charisme de Bilbo, de Thorin ou de Barde. Dans ce domaine, difficile de départager clairement les deux trilogies.

Auront-ils un jour le même éclat que Legolas, Gimli, Frodon ou Aragorn ? Probablement pas, en raison de leur nombre, mais aussi de la légèreté revendiquée par la seconde trilogie de Peter Jackson, qui ne s'interdit jamais l'émotion, mais est moins versée sur le tragique et sur les grands gestes épiques que la première. Impossible de se comparer au long épisode du Seigneur des Anneaux, et sa cascade d'adieux, de renoncements et de séparations, qui a laissé une génération de spectateurs à genoux.

 

 

LES MORCEAUX DE BRAVOURE

Difficile de ne pas reconnaître ici la (légère) supériorité du Hobbit, qui même en dehors des champs de bataille, nous réserve un lot tout bonnement incroyable de séquences grisantes. De la course effrénée chez les Gobelins, en passant par la découverte de Smaug, les séquences d’hallucinations, en passant par la descente en tonneau et bien d’autres encore, la saga se renouvelle en permanence et parvient encore à nous surprendre.

Bien sûr, la première trilogie ne manque ni d'idées, ni de réussites éclatantes, mais on sent bien comment Jackson se sert des progrès techniques, et tout simplement de la liberté que lui a conféré son précédent exploit, pour débrider totalement sa mise en scène. On a tendance à l'oublier, le procédé n'ayant pas encore convaincu, mais le seul usage du HFR conférait déjà ses grands moments un rendu totalement inédit, poussant les métrages du côté d'un grand spectacle aussi novateur qu'expérimental.

 

 

LES BATAILLES 

Ici encore, c’est une égalité parfaite qui s’impose. Car si Le Seigneur des Anneaux est bien plus riche en affrontements épiques que Le Hobbit, le dernier film en date, La Bataille des Cinq Armées, risque de calmer tout le monde.

Il est le seul de cette trilogie à verser vraiment dans l’affrontement « militaire » mais il le fait avec une ampleur, une inventivité et un panache tout simplement jamais vus chez Jackson. Pour la première fois, le réalisateur parvient à marier son sens de l'ampleur et du grand chant épique, avec une inventivité pop fracassante, mais aussi un goût pour le grotesque et l'horreur qu'on ne s'attendait à le voir retrouver ici. De même, c'est dans cette bataille homérique que le cinéaste démontre qu'il sait comment manier le numérique qu'on lui a si souvent reprocher d'avoir mis à toutes les sauces, autorisant sa caméra à livrer des compositions impossibles et inoubliables.

 

 

LES DÉCORS 

On aura reproché aux trois Hobbit un recours intensif au numérique, un débat un peu hypocrite quand on voit combien la concurrence en a fait un usage bien moins maîtrisé et cohérent, mais il n’en demeure pas moins que de ce point de vue, la trilogie du Seigneur des Anneaux paraissait plus aboutie.

Peut-être faut-il y voir un avantage dû au choc provoqué à l’époque par la découverte de la terre du Milieu, un héritage que la nouvelle trilogie aura bien du mal à égaler, même si les trois premiers films de Peter Jackson (notamment Le Retour du Roi) affichent le poids de leurs artères, et souffrent parfois de trucages numériques qui  n'ont pas bien traversé les années. 

De même, il est désormais connu que les deux premiers volets du Hobbit ont été produits à marche forcée, Jackson remplaçant Guillermo del Toro au pied levé, jetant à la poubelle l'essentiel de sa préparation, qu'il jugeait inadaptée à l'esprit de l'adaptation qu'il avait en tête. Evidemment, des délais raccourcis pour une superproduction telle ne pouvaient permettre un travail aussi minutieux que ce fut le cas lors de sa précédente trilogie.

 

photo SauronNon, mais y a une jolie vue c'est sûr

 

LES MÉCHANTS 

Là aussi, Le Seigneur des Anneaux l’emporte haut la main. La présence crépusculaire de Sauron, la sauvagerie des Uruk-Hai, le charisme de Saroumane écrasent sans difficulté les antagonistes rencontrés par les nains. Seul Smaug tient véritablement tête aux adversaires de la Communauté de l’Anneau. Et tout terrifiant qu’il soit son apparition est trop brève pour permettre au Hobbit de se hisser au niveau de la saga précédente.

 

 

L’ÉMOTION 

Paradoxalement, l’émotion semble initialement beaucoup moins présente dans le Hobbit que le Seigneur des Anneaux, plus porté sur la gravité et l’emphase. Mais ce serait sans compter sur les ténèbres qui s’abattent sur nos héros à la faveur de La Bataille des Cinq armées, ainsi que les immenses progrès accomplis par Jackson depuis dix ans.

Beaucoup plus fin et enclin à l’évocation, le réalisateur est capable de nous émouvoir aux larmes en une séquence étonnante de poésie, où Gandalf et Bilbo échangent un regard entre abandon et fraternité. Infiniment moins puissante que dans Le Seigneur des Anneaux, l’émotion qui nous étreint devant Le Hobbit est finalement plus profonde et humaine, alors que des compagnons de route, suivis des heures durant, tombent au combat.

 

 

VERDICT

Qu’il est difficile de départager deux œuvres qui en dehors de leur univers, se révèlent très singulières. Essayer de déterminer qui du Seigneur des Anneaux ou du Hobbit serait la saga la plus réussie est une entreprise aussi vaine que subjective, mais qui nous permet néanmoins de mettre à nouveau en lumière le travail colossal accompli par Peter Jackson et ses équipes.

Mettre en regard ces odyssées titanesques, c’est aussi constater l’incroyable palette d’atmosphères, de talents et d’ambiances qui y sont déployées. Et si Le Seigneur des Anneaux aura sans doute plus profondément marqué le public, la trilogie aujourd’hui achevée et vouée à le précéder n’a pas à rougir et s’impose sans mal parmi les monuments d’aventure et de divertissement que nous aura offert le Septième Art.

 

Affiche officielle

Affiche officielle

affiche française

Affiche officielle

Affiche officielle

Affiche officielle

commentaires

SDA
01/07/2020 à 23:52

Ah oui j'aimerais beaucoup discuter du Hobbit et du SDA avec vous. Si sa vous intéresse contactez moi sur mon adresse mail adam.bekher@gmail.com ou sur mon instagram : adam._.bkrr

LHB
01/07/2020 à 23:50

Moi franchement j'aime bien les deux. Par contre il y a deux choses que j'aime bien dans le hobbit, il y a tout simplement plus d'animaux, on voit des aigles un dragon des araignées. Après j'apprend beaucoup de chose dans le Hobbit j'apprend qu'il y a d'autres Magicien, j'apprend que Saruman était encore dans la lumière avant cela, ect... Mais de toute façon nous pouvons pas comparer les deux sagas, je pense que le Hobbit nous aide à mieux connaitre la terre du millieu. Il y a aussi les nains qui sont vraiment écarter dans le seigneur des anneaux, ( On en aprend plus sur eux dans le Hobbit ). Et aussi il y a vraiment un atout majeur dans le Hobbit c'est Gandalf le gris, on voit plus Gandalf le Blanc que Gandalf G dans le SDA. Je trouve Gandalf le G plus charmant et drole alors que Gandalf le B est plus sérieux. J'aimerais bien avoirs des retours en commentaire svp. Merci

Grand fou
25/06/2020 à 12:44

Pour avoir revue récemment la trilogie du seigneur des anneaux le film est malheureusement beaucoup plus ennuyeux et long que l'image que j'en avais a l'époque. Je trouve qu'il n'a pas si bien vieillis que ça, et les pros LOTR devraient de nouveau regarder les films car franchement le hobbit est plus dynamique et varié dans ses scènes.

Maxibestof
15/04/2020 à 19:48

Quelle question. C'est comme comparer Macdo à un grand restaurant étoilé.

nikos182
15/04/2020 à 13:09

la cinématique de jeu video qu'est le hobbit franchement je vois pas comment on peut aimer ca, plein de paysage en CGI, un legolas qui defie toute les lois de la physique.... Quand on par compare au LSDA ou la on a l'impression de touours etre en exterieur.
Et l'écriture du hobbit est affreuse (je me rememore encore le Triangle amoureux)

loooooooooooool
15/04/2020 à 11:08

Ce troll........
Le niveau entre les deux trilogie est tel que ce serait comme écrire un article pour se demander : "Qui de ant man et la guépe ou de the dark knight est le meilleur film de super héros ?"
Pour les deux comparaisons, l'un restera dans les mémoires pendants des décennies, l'autre existe et c'est bien pour lui et ceux qui l'aime.

Moi
15/04/2020 à 00:20

Personnellement je mets LSDA largement au dessus, mais je respecte ceux qui préfère le Hobbit.

Et conclusion bien pisse-froid, du coup je vois pas spécialement l'intérêt de l'article, qui n'est d'ailleurs pas spécialement recherché. D'autant plus qu'il n'aurait pas été compliqué d'user d'une mauvaise foi pour forcer sur l'une ou l'autre ...

KastorSuper
14/04/2020 à 21:39

Le Hobbit mélange un livre court et des extraits de la chronologie préparatoire au Seigneur des anneaux (une très bonne idée d’ailleurs) vs Le Seigneur des anneaux qui est une œuvre d’une toute autre ampleur
Pas etonnant que le Seigneur des anneaux l’emporte haut la main sans porter préjudice aux films extrêmement biens réalisés mais le matériel de base n’est pas le même

alulu
14/04/2020 à 21:13

Pour ma part, j'aime bien les deux trilogies.

Marvelleux
14/04/2020 à 21:11

La trilo du seigneur des anneaux, sans hésiter.

Plus

votre commentaire