Le Seigneur des Anneaux ou Le Hobbit : quelle est la meilleure saga de Peter Jackson ?

La Rédaction | 1 juillet 2021 - MAJ : 01/07/2021 16:50
La Rédaction | 1 juillet 2021 - MAJ : 01/07/2021 16:50

Alors que Netflix accueille la trilogie du Hobbit, revenons sur la grande oeuvre de Peter Jackson. En six films et deux sagas, le réalisateur a accompli un exploit exceptionnel sous forme de deux sagas inoubliables. Mais laquelle est la meilleure ?

 

photoDoit-on vraiment choisir ?

 

LES HÉROS

On pourrait croire que l’avantage va de manière évidente à la trilogie du Seigneur des Anneaux, Le Hobbit ayant souvent été critiqué pour son incapacité à creuser les personnages de sa compagnie de nains.

Mais il faut nuancer ce constat. Non seulement les versions longues (notamment celles de La Désolation de Smaug) rendent bien mieux justice à chacun de ces personnages, mais leur très grand nombre et la simultanéité de leurs actions empêche souvent de se focaliser sur un nombre limité de protagonistes. Enfin, ce serait oublier l’éclatant charisme de Bilbo, de Thorin ou de Barde. Dans ce domaine, difficile de départager clairement les deux trilogies.

Auront-ils un jour le même éclat que Legolas, Gimli, Frodon ou Aragorn ? Probablement pas, en raison de leur nombre, mais aussi de la légèreté revendiquée par la seconde trilogie de Peter Jackson, qui ne s'interdit jamais l'émotion, mais est moins versée sur le tragique et sur les grands gestes épiques que la première. Impossible de se comparer au long épisode du Seigneur des Anneaux, et sa cascade d'adieux, de renoncements et de séparations, qui a laissé une génération de spectateurs à genoux.

 

 

LES MORCEAUX DE BRAVOURE

Difficile de ne pas reconnaître ici la (légère) supériorité du Hobbit, qui même en dehors des champs de bataille, nous réserve un lot tout bonnement incroyable de séquences grisantes. De la course effrénée chez les Gobelins, en passant par la découverte de Smaug, les séquences d’hallucinations, en passant par la descente en tonneau et bien d’autres encore, la saga se renouvelle en permanence et parvient encore à nous surprendre.

Bien sûr, la première trilogie ne manque ni d'idées ni de réussites éclatantes, mais on sent bien comment Jackson se sert des progrès techniques, et tout simplement de la liberté que lui a conféré son précédent exploit, pour débrider totalement sa mise en scène. On a tendance à l'oublier, le procédé n'ayant pas encore convaincu, mais le seul usage du HFR conférait déjà ses grands moments un rendu totalement inédit, poussant les métrages du côté d'un grand spectacle aussi novateur qu'expérimental.

 

 

LES BATAILLES 

Ici encore, c’est une égalité parfaite qui s’impose. Car si Le Seigneur des Anneaux est bien plus riche en affrontements épiques que Le Hobbit, le dernier film en date, La Bataille des Cinq Armées, risque de calmer tout le monde.

Il est le seul de cette trilogie à verser vraiment dans l’affrontement « militaire » mais il le fait avec une ampleur, une inventivité et un panache tout simplement jamais vus chez Jackson. Pour la première fois, le réalisateur parvient à marier son sens de l'ampleur et du grand chant épique, avec une inventivité pop fracassante, mais aussi un goût pour le grotesque et l'horreur qu'on ne s'attendait à le voir retrouver ici. De même, c'est dans cette bataille homérique que le cinéaste démontre qu'il sait comment manier le numérique qu'on lui a si souvent reproché d'avoir mis à toutes les sauces, autorisant sa caméra à livrer des compositions impossibles et inoubliables.

 

LES DÉCORS 

On aura reproché aux trois Hobbit un recours intensif au numérique, un débat un peu hypocrite quand on voit combien la concurrence en a fait un usage bien moins maîtrisé et cohérent, mais il n’en demeure pas moins que de ce point de vue, la trilogie du Seigneur des Anneaux paraissait plus aboutie.

Peut-être faut-il y voir un avantage dû au choc provoqué à l’époque par la découverte de la terre du Milieu, un héritage que la nouvelle trilogie aura bien du mal à égaler, même si les trois premiers films de Peter Jackson (notamment Le Retour du Roi) affichent le poids de leurs artères, et souffrent parfois de trucages numériques qui  n'ont pas bien traversé les années. 

De même, il est désormais connu que les deux premiers volets du Hobbit ont été produits à marche forcée, Jackson remplaçant Guillermo del Toro au pied levé, jetant à la poubelle l'essentiel de sa préparation, qu'il jugeait inadaptée à l'esprit de l'adaptation qu'il avait en tête. Évidemment, des délais raccourcis pour une superproduction telle ne pouvaient permettre un travail aussi minutieux que ce fut le cas lors de sa précédente trilogie.

 

photo SauronNon, mais y a une jolie vue c'est sûr

 

LES MÉCHANTS 

Là aussi, Le Seigneur des Anneaux l’emporte haut la main. La présence crépusculaire de Sauron, la sauvagerie des Uruk-Hai, le charisme de Saroumane écrasent sans difficulté les antagonistes rencontrés par les nains. Seul Smaug tient véritablement tête aux adversaires de la Communauté de l’Anneau. Et tout terrifiant qu’il soit son apparition est trop brève pour permettre au Hobbit de se hisser au niveau de la saga précédente.

 

 

L’ÉMOTION 

Paradoxalement, l’émotion semble initialement beaucoup moins présente dans le Hobbit que le Seigneur des Anneaux, plus porté sur la gravité et l’emphase. Mais ce serait sans compter sur les ténèbres qui s’abattent sur nos héros à la faveur de La Bataille des Cinq armées, ainsi que les immenses progrès accomplis par Jackson depuis dix ans.

Beaucoup plus fin et enclin à l’évocation, le réalisateur est capable de nous émouvoir aux larmes en une séquence étonnante de poésie, où Gandalf et Bilbo échangent un regard entre abandon et fraternité. Infiniment moins puissante que dans Le Seigneur des Anneaux, l’émotion qui nous étreint devant Le Hobbit est finalement plus profonde et humaine, alors que des compagnons de route, suivis des heures durant, tombent au combat.

 

 

VERDICT

Qu’il est difficile de départager deux œuvres qui en dehors de leur univers, se révèlent très singulières. Essayer de déterminer qui du Seigneur des Anneaux ou du Hobbit serait la saga la plus réussie est une entreprise aussi vaine que subjective, mais qui nous permet néanmoins de mettre à nouveau en lumière le travail colossal accompli par Peter Jackson et ses équipes.

Mettre en regard ces odyssées titanesques, c’est aussi constater l’incroyable palette d’atmosphères, de talents et d’ambiances qui y sont déployés. Et si Le Seigneur des Anneaux aura sans doute plus profondément marqué le public, la trilogie aujourd’hui achevée et vouée à le précéder n’a pas à rougir et s’impose sans mal parmi les monuments d’aventure et de divertissement que nous aura offert le Septième Art.

Tout savoir sur Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Maxlamenace
03/07/2021 à 17:04

Et ba moi j'ai une préférence pour le Hobbit qui nous offre quantité de scène magique avec des " méchant " beaucoup plus divers : Smaug bien sûr mais aussi les araignées, les montagnes, le loup-garou, les trolls sans oubliés les orcs.
Alors que dans LSDA hormis les armés d'orc commandé par Sarouman et bien sûr Sauron durant 9h c'est un peu toujours la même chose comparé au Hobbit.
En faite ces 2 trilogies sont finalement trés differente, LSDA est plus une épopé de guerre avec des scènes énormes comme la bataille du gouffre de helme ou celle de la cité du Mordor alors que le Hobbit est plus une épopée d'aventures.
Les 2 sont extra mais préférence pour le Hobbit pour ma part...

mghome
02/07/2021 à 15:18

Le seigneur des anneaux sans hésitation possible, tout y est mieux. Le mélange effets numériques, miniatures, décors réels est bien plus réussi et crédible que le rendu trop numérique et lisse du Hobbit. Les personnages sont beaucoup plus intéressants et charismatiques (même si j'aime bien l'interprétation de bilbon) dans la première trilogie. Les enjeux plus clairs et plus épiques. Les batailles sont toutes plus réussies les unes que les autres dans LOTR. Le gouffre de Helm, la moria, Amon Hen, la scène d'intro,.... Minas Thirith. Dans le hobbit, toutes les séquences "épiques" sont trop peu crédibles, cela en devient limite cartoon. Quand je pense à la séquence des gobelins, les tonneaux, toute la bataille des 5 armées. On y retrouve le gros problème que les cgi ont amené dans la panoplie disponible pour le réalisateur. Comme la caméra est libre de toute contrainte, on fait des mouvements et des séquences qui sont tellement impossibles à faire en réalité que cela devient grotesque. Même chose pour les cascades et mouvement des personnages. On leur fait faire des chorégraphies beaucoup trop exagérées pour être crédible. Je pense que souvent, quand on a des contraintes physiques, budgétaires ou autre, c'est dans ces situations que les équipes trouvent les meilleurs astuces pour réaliser ce qu'ils ont en tête. Pour le seigneur des anneaux, la technologie était disponibles mais pas pour tout faire, du coup, ils ont trouvé des solutions sur le plateau pour mélanger toutes ces techniques.

Pour la défense du hobbit, je dirais que le fait de faire les films en très peu de temps n'a pas aidé non plus. Mais je trouve que la comparaison entre les deux trilogies fait extrêmement mal à cette dernière qui vieillira beaucoup plus vite que le Seigneur des anneaux

Super Zéro
02/07/2021 à 14:29

Pas de doute possible : le seigneur des anneaux gagne haut la main. Le hobbit c'est sympa sans plus

SimaoDoBrasil
02/07/2021 à 11:36

Pas de débat possible pour moi, LOTR loin devant (objectivement ET subjectivement), et ce sur tous les aspects.
HOBBIT a certes quelques qualités comme la musique originale, le casting, la scène de Gollum ou quelques jolis plans, mais il y a beaucoup trop de points ratés : mélange bâtard entre conte enfantin et épique sérieux, photographie bling bling, gros manque d'enjeux dramatiques, découpage immonde, des scènes étirées au possible, trop de facilités scénaristiques (multiples apparitions de Gandalf), des scènes ridicules (poursuite avec les gobelins...), triangle amoureux nul et inutile avec un personnage ajouté, Azog méchant créé sans intérêt, certains effets spéciaux douteux (les spectres qui popent...), musique de LOTR reprise aux mauvais moments, etc.
Et je ne m'attarderai pas sur le visionnage telenovelas à 120 images seconde... burp.
LOTR est une œuvre réalisée par un auteur passionné, HOBBIT est une commande réalisée par quelqu'un qui n'en voulait pas. Et ça se ressent beaucoup hélas.

Morcar
02/07/2021 à 10:02

Ca fait plaisir de voir un article qui, contrairement à beaucoup sur le net, sait mettre en avant les qualités du Hobbit. Personnellement, je ne me pose pas la question de quelle trilogie est meilleure (bien que je préfère les décors réels du SdA à ceux trop pastels du Hobbit) : la saga dans son ensemble, et vue dans l'ordre chronologique de l'histoire, forme un tout très réussi.
Contrairement à Star Wars, par exemple, dont l'univers de la prélogie n'est technologiquement pas cohérant avec la suite, ici les 6 films forment un tout cohérant, dont le côté épique va grandissant du Voyage inattendu jusqu'au Retour du Roi. Si jamais "Le Hobbit" avait été plus épique que le SdA, le tout aurait été beaucoup moins réussi.

Mokuren
02/07/2021 à 09:23

Le Seigneur des Anneaux, sans hésitation.

Lupanar
02/07/2021 à 02:56

"La Bataille des Cinq Armées, risque de calmer tout le monde", euh non , rien que la bataille d'intro de la communauté de l'anneau ( qui dure deux minutes ) en terme d'intensité, de mise en scène et de souffle épique explose celle du dernier hobbit avec ses chorégraphies immondes. Je ne compare même pas avec les scènes de batailles des deux tours et du retour du roi car là on est dans une autre galaxie ...

Yves-Marie Grospierre
01/07/2021 à 19:13

Vous y allez fort quand même dans le troll.

lemon0
01/07/2021 à 18:52

Facile, Le Seigneur des Anneaux. La trilogie est même à mon sens plus digeste que les livres parfois trop longs (pardon les puristes). Alors que Bilbo, livre court, sympa, transformé en 3 films longs...

Arnaud (Le vrai)
01/07/2021 à 18:28

LTOR, la question elle est vite repondue

Plus
votre commentaire