Les films les plus attendus de 2014 (partie 2)

Simon Riaux | 13 janvier 2014
Simon Riaux | 13 janvier 2014

Voici venu le deuxième volet de notre dossier consacré aux sorties à venir en 2014. Après une première partie courant de janvier à juin, voici les métrages qui ont retenu notre attention, ainsi que ceux dont la date de sortie est encore incertaine. Le moins que l'on puisse dire, c'est que si l'année qui débute n'est pas aussi embouteillée en franchises que la future 2015, les douze prochains mois seront très riches et porteront nombre de projets sur lesquels pèsent nos attentes. De Cronenberg, en passant par Anderson, Fincher et quelques potentielles surprises hexagonales, le cinéphage aura de quoi se repaître et le cinéphile de quoi déguster.



Dragons 2 – 2 juillet

Pourquoi on l'attend :

Après un délicieux premier épisode, on espère que Dreamworks maîtrise la suite flambée.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'une suite ne s'imposait pas justement.

 

 

Les Vacances du Petit Nicolas – 9 juillet

Pourquoi on l'attend :

Excellente question.

Pourquoi on le craint :

Parce que.

 

 


Transformers 4 – 16 juillet

Pourquoi on l'attend :

De toute façon on n'a pas le choix. Alors autant l'attendre.

Pourquoi on le craint :

Parce que Michael Bay.

 

 

Jupiter Ascending – 23 juillet

Pourquoi on l'attend :

Parce que les Wachowski sont les metteurs en scène les plus téméraires et populaires de leur temps et que cette nouvelle production sera, vu son genre et ses thèmes, à mettre en regard avec Matrix.

Pourquoi on le craint :

Parce que transformer un bovin musculeux (Channing Tatum) en Mylène Farmer sous stéroïdes, c'est un peu kamikaze.


La Planète des singes : l'affrontement – 30 juillet

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est intrigant, produit et tourné dans un relatif secret, que le studio a suffisamment confiance dans le projet pour avoir déjà engagé le réalisateur sur un troisième épisode.

Pourquoi on le craint :

Parce que profondément, on s'en tape complètement des tentatives plus ou moins heureuses d'Hollywood de transformer en marques clonables à l'infini ses grands classiques.

 

 

Hercule – 6 août

Pourquoi on l'attend :

Parce que The Rock dans le rôle d'Hercule, c'est une très bonne idée, qui pourrait nous changer un peu des récents péplums métrosexuels engendrés par 300.

Pourquoi on le craint :

Parce que filer la réalisation à ce gros beauf raciste de Brett Ratner, ça sent le pâté.

 

 

Guardians of the galaxy – 13 août

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'avec James Gunn à la barre et un matériau sensiblement plus déluré que la plupart des franchises actuelles, ces gardiens pourraient bien nous surprendre.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'on est tout de même très sceptiques sur le concept de liberté créatrice appliqué aux productions Marvel.

 

The Expendables 3 – 20 août

Pourquoi on l'attend :

Pour peu que ses bourrins aient été bien dopés aux stéroïdes, le metteur en scène de Red Hill tient là l'opportunité de faire une entrée fracassante, formellement plus aboutie que la pitrerie de Simon West.

Pourquoi on le craint :

Parce que le précédent, tout fendard qu'il soit, était d'une nullité technique abyssale qui se perdait dans les tréfonds d'un fan service paresseux.


The zero theorem – 27 août

Pourquoi on l'attend :

Une curieuse histoire de hacker qui n'a de cesse de nous intriguer et puis... un tournage de Terry Gilliam sans décès ni cataclysme ? Sérieux ?

Pourquoi on le craint :

Parce que Terry Gilliam dans un délire existentiel type Le Cobaye, accompagné de Christoph Waltz et Mélanie Thierry, c'est quand même flippant.

 

 

Dracula untold– 1er octobre

Pourquoi on l'attend :

Super ! un prequel sur la véritable existence de Vlad Tepes, avec un Luke Evans dont on attend enfin qu'il explose au box-office.

Pourquoi on l'attend :

La dernière fois qu'on est allés le sourire aux lèvres voir un film consacré au personnage, c'était pour Dracula 3D...


La French – 8 octobre

Pourquoi on l'attend :

Un polar avec Dujardin et Lellouche sur la french connection, on en veut.

Pourquoi on le craint :

Parce que Cedric Jimenez n'est pas un réalisateur si aguerri que ça...


The Judge – 8 octobre

Pourquoi on l'attend :

Parce que Robert Downey Jr sans son costume d'Iron Man, ça nous manquait.

Pourquoi on le craint :

Parce Robert n'a pas non plus l'air de vouloir prendre d'énormes risques en ce moment.

 

 

The Boxtrolls – 15 octobre

Pourquoi on l'attend :

Parce que les géniteurs de Paranorman nous ont sûrement concocté une petite merveille d'animation.

Pourquoi on le craint :

Parce que des trolls dans des boîtes, ce pourrait être le concept d'une mise en abyme sur les méfaits d'Internet, ce qui ne nous intéresse pas du tout.

 

 

Les Tortues Ninjas – 15 octobre

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'il y a des tortues, et qu'elles sont Ninja.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'elles sont en images de synthèses et que c'est Michael Bay qui s'en occupe.


Interstellar – 5 novembre

Pourquoi on l'attend :

Parce que revoilà Nolan aux commandes d'une création originale et que ces derniers temps, les choix de Matthew McConaughey sont rien moins qu'inspirés.

Pourquoi on le craint :

Parce que le réalisateur, trop vite sacré roi de la colline, aura du mal à nous offrir quelque chose de neuf après les baffes de SF de ces derniers mois.


Gone Girl – 12 novembre

Pourquoi on l'attend :

Parce que David Fincher n'a jamais rien emballé de médiocre et qu'il a totalement remanié l'intrigue avec la participation de Gillian Flynn.

Pourquoi on le craint :

On ne le craint pas mais on aurait vraiment préféré voir son 20 000 lieues sous les mers.

 

The Hunger games - la révolte : partie 1 – 26 novembre

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'on aime les forêts, les arcs et Jennifer Lawrence.

Pourquoi on le craint :

Parce que les deux précédents sont atroces.


The Hobbit : histoire d'un aller et d'un retour – 17 décembre

Pourquoi on l'attend :

Parce que Peter Jackson nous a promis un épilogue du feu de dieu, dans lequel le côté sombre de certains personnages devrait enfin s'exprimer pleinement.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'on est toujours pas pleinement transportés par cette nouvelle épopée, qui manque encore singulièrement de nuances.


Tomorrowland – 17 décembre 2014

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est le nouveau Brad Bird, qui s'attaque ici à la SF pure.

Pourquoi on le craint :

Parce que faut pas déconner, le dernier Mission : Impossible était quand même bien naze.


Exodus – 24 décembre

Pourquoi on l'attend :

Parce que Ridley Scott qui s'attaque à l'Ancien testament, avec des centaines de VÉRITABLES figurants dans de VÉRITABLES décors, ça promet.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'en même temps, on a déjà vu Les 10 Commandements.




Les « sans date »



Ex Machina

Pourquoi on l'attend :

Parce que Alex Garland qui donne dans le triolisme cybernétique, c'est un sacré programme.

Pourquoi on le craint :

Parce que Garland est très doué, mais de là à affronter les thématiques de Blade Runner...


Knight of cups

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est le nouveau Terrence Malick, dans lequel officiera Christian Bale.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'on ne sait si le cinéma du maître conservera sa force au sein du rythme soutenu qui est désormais le sien.

 



Une Nouvelle amie

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est l'adaptation de The New Girlfriend par François Ozon.

Pourquoi on le craint :

Parce que c'est l'adaptation de The New Girlfriend par François Ozon.


 

Welcome to New York

 

Pourquoi on l'attend :

Abel Ferrara en mode troussage de bonne cocaïné, accompagné d'un Gérard Depardieu qui s'annonce dantesque, voilà qui devrait faire passer Nymphomaniac et Le Loup de wall street pour les gentilles fleurettes qu'ils sont.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'Abel n'est pas exactement au sommet de sa forme, cinématographiquement parlant.


The Invisible woman

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est Ralph Fiennes, devant et derrière la caméra.

Pourquoi on le craint :

Parce que la dernière fois que Ralph a pris la caméra, c'était pour mettre en scène l'abominable Ennemis Jurés.


New York winter tale

Pourquoi on l'attend :

Parce que ça a l'air d'être n'importe quoi et que c'est la première réalisation du producteur Akiva Goldsman.

Pourquoi on le craint :

Parce que c'est la première réalisation du producteur Akiva Goldsman et que ça a l'air d'être n'importe quoi.


The Tale of princess Kaguya

 

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est le nouveau Ghibli.

Pourquoi on le craint :

Parce que ce n'est plus Myazaki.

 

 

Transcendance

 

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est le premier film (de SF) du chef op de Christopher Nolan, avec Johnny Depp, Morgan Freeman et Kate Mara.

Pourquoi on le craint :

Parce que lui aussi ressemble au Cobaye...

 

 

Pelé

Pourquoi on l'attend:

Que voulez-vous, même chez EL, il y a des fans de foot.

Pourquoi on le craint :

Parce que les biopics, on en a un peu marre.

 

 

A million ways to die in the west

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est le nouveau Seth McFarlane, qui nous avait offert Ted.

Pourquoi on le craint :

Parce que dans la catégorie comédie péteuse, opportuniste et limitée, Ted se posait un peu là.



Sin City 2

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'une fois de plus, le casting est complètement dingue.

Pourquoi on le craint :

Parce que si Robert Rodriguez était autre chose qu'un vilain cynique, qui dépouille de sublimes bandes dessinées de leurs qualités en les singeant, ça se saurait.


The Equalizer

 

Pourquoi on l'attend :

Parce que Chloe Grace Moretz joue une jeune prostituée et que ça va nous faire plein d'occasions de faire preuve de notre mauvais goût légendaire.

Pourquoi on le craint :

Antoine Fuqua et Denzel Washington, ça sent la bourrinade un peu rance...


Fury

Pourquoi on l'attend :

Parce que Brad Pitt dans le Das Boot des Tanks, ça promet, d'autant plus que Shia Labeouf aurait encore emmerdé tout le monde sur le tournage.

Pourquoi on le craint :

Le concept est méchamment casse-gueule.


The Interview

Pourquoi on l'attend :

Une comédie d'action par le trio Goldberg, Rogen et Franco, on en veut !

Pourquoi on le craint :

Parce que le rire est une cause de mortalité encore mal connue dans la population critique.



Dumb and dumber to

 

Pourquoi on l'attend :

Parce que c'est la suite du Citizen Kane de la dum comedy U.S.

Pourquoi on le craint :

Parce que retrouver l'esprit du premier serait en soit un petit miracle.


The Raid 2 : berandal

 

Pourquoi on l'attend :

Parce que la baston est un genre qui nous manque et que les dignes représentants sont particulièrement rares.

Pourquoi on le craint :

Visiblement affranchie du concept claustro du premier épisode, que peut nous offrir de plus cette suite ?

 

 

Black sea

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'envoyer Jude Law à la recherche de l'or perdu des nazis dans un vieux sous-marin, c'est une idée qu'elle est bonne.

Pourquoi on le craint :

Jude Law n'est pas hydrophile, c'est bien connu.

 

 

The Double

 

Pourquoi on l'attend :

Une histoire de sosie surréaliste avec Jesse Eisenberg, intello et littéraire ? Miam !

Pourquoi on le craint :

Parce qu'il était quand même sacrément surestimé le Submarine précédent de Richard Ayoade.


Calvary

Pourquoi on l'attend :

Parce que le réalisateur de L'Irlandais est de ces types capables de nous cueillir totalement par surprise avec ce récit d'un homme d'église prenant soudain conscience des ténèbres sur le point de l'engloutir et que Brendan Gleeson est un des comédiens les plus sous-estimés de sa génération.

Pourquoi on le craint :

Parce qu'il ne sera pas facile de maintenir la tonalité funambule de ses précédents travaux.


Map to the stars – en mode sous-marin pour Cannes

Pourquoi on l'attend :

Parce qu'après le théorique et brillant Cosmopolis, Cronenberg continue son exploration de la décadence.

Pourquoi on le craint :

Parce que le réalisateur a atteint avec son précédent film une limite et doit se réinventer une nouvelle fois.

 


Inherent Vice

Pourquoi on l'attend :

Parce que P.T. Anderson est le metteur en scène le plus ambitieux et méticuleux de sa génération et qu'il adapte Thomas Pynchon, le romancier le plus mystérieux, doué et ambitieux de notre temps.

Pourquoi on le craint :

Parce que la fantastique maîtrise du Master n'était pas loin de confiner à l'asphyxie et que l'on espère que le réalisateur ne succombera pas à ce penchant.

 

 

The Lost city of Z

Pourquoi on l'attend :

Avec ce récit inspiré de personnages réels mystérieusement disparus après être partis à la recherche d'une Cité perdue, Gray pourrait bien tenir là son grand œuvre, accompagné de Cumbertach et Pattinson.

Pourquoi on le craint :

Après le désabusé Two Lovers et le doloriste Immigrant, le génial Gray a besoin de péter un coup. Cinématographiquement parlant.

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire