8 acteurs qui ont repoussé leurs limites

Flavie Parmentier | 11 février 2013
Flavie Parmentier | 11 février 2013

Dans Les Misérables, qui a déjà déçu tous les membres de la rédaction ayant été invités à la projection de presse, c'est une Anne Hathaway amaigrie, et un Hugh Jackman démusclé que nous découvrons. Pas de quoi fouetter un cinéphile, me direz-vous. Tout de même, nous avons décidé de vous livrer un petit dossier des acteurs repoussant leurs limites, d'une manière générale, pour un rôle.  Qu'il en aille de leur intégrité physique, de leur santé mentale, ou plus simplement de sacrifices personnels, voici une sélection éclectique et non exhaustive (on a bien dit NON exhaustive) de quelques cas du paysage cinématographique.


CATÉGORIE POUR UNE POIGNÉE DE KILOS


Christian BaleThe Machinist

Christian Bale a pris au pied de la lettre le rôle de Trevor Reznik, ouvrier usé et insomniaque. À raison d'une boîte de thon et d'une pomme par jour, le régime fut diablement efficace : l'acteur s'est délesté de près de 30 kilos en trois mois, et était prêt à en perdre jusqu'à 40 si la production ne l'avait pas stoppé dans sa folie 'créative'. Son poids durant le tournage était de 55 kilos. Brad Anderson, le réalisateur, a par ailleurs déclaré : « J'ai insisté pour qu'il soit suivi médicalement (…) Parfois, pour mieux jouer une scène il s'empêchait de dormir durant les deux nuits précédentes ».

 


On se souvient tous de cette performance dans The Machinist, et l'acteur a souvent réitéré, comme avec Rescue Dawn (- 20 kilos) ou encore Fighter, qui lui a valu l'Oscar du meilleur second rôle masculin. Mais le plus impressionnant reste la facilité apparente avec laquelle Bale joue de ses transformations physiques, reprenant ses kilos et surtout une masse musculaire importante pour Batman Begins (la même année que The Machinist), puis pour The Dark Knight (un an après Rescue Dawn) et Terminator Renaissance. La boucle est bouclée avec The Dark Knight Rises, qui suit Fighter. Batman, définitivement un passage clef de la carrière de Christian Bale.


Vincent D'OnofrioFull Metal Jacket

Le roi du big mac, le champion du bourrelet, c'est lui. Sept mois ont été nécessaires à Vincent D'Onofrio pour gagner 32 kilos et ainsi remplir son contrat, celui du soldat « Gomer Pyle » (« Grosse Baleine » en VF) Lawrence dans Full Metal Jacket de Stanley Kubrick. Un beau bébé qu'il mettra neuf mois à perdre, ce qui ne l'empêchera pas de renouveler l'expérience quinze ans plus tard pour Salton Sea, avec une prise de poids, en comparaison mignonne, de 20 kilos. De quoi faire pâlir Morgan Spurlock.




CATÉGORIE PSYCHOSE

BjörkDancer in the Dark

Première expérience face caméra pour la chanteuse Björk. On devine l'Islandaise résistante face à l'univers particulier du show-biz, mais l'était-elle assez pour ne pas faillir devant le polémique Lars Von Trier ? Bien sûr on s'imaginait assez mal la chanteuse signer pour une grosse production hollywoodienne, mais la mutation ne fut-elle pas trop brutale ? Eh bien la réponse est difficile à donner.


Car si le réalisateur a la réputation de malmener ses comédiennes, ses muses (sûrement dû à son rapport si ambivalent à la Femme),
Björk est probablement le cas le plus mémorable. Elle était parait-il maintenue en état de faiblesse, mais, de son côté, celle-ci se serait tellement impliquée dans le rôle qu'elle en serait devenue momentanément névrosée et excessive. Alors, responsabilité unilatérale ou simple choc des tempéraments ? L'actrice quitta ainsi le plateau durant quelques jours en plein milieu du tournage, et, d'après plusieurs critiques, cette opposition aurait nui au film, bien qu'il remporta la Palme d'or au festival de Cannes en 2000. On peut au contraire penser que cela fait la force de Dancer in the Dark, et que le personnage, l'actrice, visiblement torturée, décuple la puissance de la séquence finale.

Malgré une reconnaissance immédiate (chose rare, surtout quand la vocation n'est pas « d'origine ») de son talent,
Björk martèlera ne plus jamais vouloir remettre les pieds sur un plateau, et surtout pas celui de Von Trier. Un sentiment que ne semble pas partager pas notre Charlotte Gainsbourg nationale, qui cumule désormais trois collaborations, plus ou moins sulfureuses, avec le réalisateur danois.



Shelley DuvallShining

Autres personnalités, autre impact. Le réalisateur de Shining est célèbre pour sa mise en scène pointue, son amour de la symétrie, ses dialogues précis, bref, la perfection à la Kubrick. Et un tel résultat ne laisse pas de place à l'improvisation.

Shelley Duvall, qui joue Wendy, en a fait les frais. La scène où elle monte les escaliers à reculons, se protégeant de Jack grâce à une batte, a en effet nécessité 127 prises, ce qui est le record pour une scène avec dialogues. Mythe ou réalité : deux membres de l'équipe démentent, en affirmant que le passage en question aurait été tourné environ 35-45 fois (excusez du peu). Garett Brown, monteur assistant, ajoute cependant que la scène où Hallorann explique au petit Danny ce qu'est le shining aurait été reprise 148 fois (!), ce qui établirait un nouveau record.


Le tournage de
Shining, long d'un an, aura quand même eu un impact conséquent sur Shelley Duvall, au point qu'elle commença à perdre ses cheveux, usée par les directives violentes de Kubrick, qui laissait moins de liberté à son interprétation qu'à celle de Jack Nicholson. Elle finira par déclarer : « Ce fut une expérience formidable, mais si cela était à refaire, je n'accepterais pas le rôle... ». Une conclusion lourde de sens.

Tout cette histoire n'est pas sans rappeler la fameuse scène de la douche dans
Psychose, qui nécessita 7 jours de tournage et 70 positions de caméra pour 45 secondes à l'écran. Mais qui traumatisa également Janet Leigh, qui devint douchophobe suite à cette expérience riche en émotions.


CATÉGORIE TITANIC, OU L'IMMERSION TOTALE 


Natalie PortmanBlack Swan

Récemment, la sublime Natalie Portman a révélé toute l'ampleur de son talent dans le formidable Black Swan, de Darren Aronofsky. Le projet a eu le temps de mûrir aussi bien dans la tête du réalisateur que dans celle de l'actrice, puisqu'il était vieux de dix ans. Darren Aronofsky avait alors rencontré la jeune femme qui, bien qu'enthousiasmée, lui confia ne pas souhaiter interpréter le personnage trop tardivement, pour des raisons physiques évidentes. C'est donc à trente ans quasiment sonnés que Natalie Portman s'attaqua au rôle, durant un an et à raison de plusieurs heures par jour, afin d'être crédible dans les chaussons d'une danseuse étoile.


Ce qui n'a pas été sans mal. Outre les douleurs inhérentes au sport, l'actrice perdit du poids et le surmenage lui causa quelques soucis psychologiques, comme le fait d'avoir du mal, et c'est compréhensible, à se détacher de son personnage une fois retournée à la vie réelle, hantée. Natalie, miroir de Nina ? Un entraînement intense doublé d'un travail sur soi acharné qui lui valut l'Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice en 2011.
Perfect, it was perfect.



Heath Ledger
The Dark Knight

Pour faire oublier et surtout se différencier de l'interprétation de « Joker Nicholson », Heath Ledger, grand fan du monsieur, avait du pain sur la planche. Très impliqué, l'acteur l'était au point d'influencer les choix de l'équipe sur son personnage, comme par exemple au niveau du maquillage, qui joue un rôle essentiel dans la création du Joker. Certaines retranscriptions d'interviews disent qu'il aurait également passé un mois dans une chambre d'hôtel à lire tous les comics de Batman possibles, d'autres qu'il y aurait demeuré plusieurs semaines à tenir un journal où il inscrivait toutes les idées noires que pouvait avoir le Joker ; et qu'il y travaillait également les attitudes de son personnage, comme la posture et cette voix incroyable.

Ce qui est certain, c'est qu'
Heath Leadger a pris le rôle du Joker très au sérieux en s'isolant physiquement et mentalement afin d'emmagasiner un maximum d'informations et de se muer en méchant de DC. Le rôle l'aurait travaillé à un tel point qu'il dormait très peu la nuit, bien qu'épuisé et malgré les somnifères, l'esprit toujours à la création.


Alors bien sûr le lien avec le décès de l'acteur est tentant, le Joker aurait-il finalement pris le dessus ? La Warner et sa famille démentent l'hypothèse du suicide médicamenteux et prônent la thèse de l'accident. Bien qu'ayant passé beaucoup de temps dans le cerveau d'un malade,
Heath Leadger dit avoir pris un plaisir fou à composer et interpréter sa version du Joker, même si cela demandait un effort considérable.




HORS-COMPÉTITION - LA MORT AUX TROUSSES


Laird CregarHangover Square

Lassé de l'image qu'il renvoyait au public au début des années quarante, le pourtant reconnu acteur américain entreprit de maigrir. Habitué aux personnages dérangés (Jack l'éventreur ; le meurtrier amnésique de son dernier film Hangover Square, …), il vise des rôles plus flatteurs et perd trop rapidement 42 kilos, soit un tiers de son poids. Après avoir subi une opération due à de sévères troubles digestifs, Laird Cregar décède d'une crise cardiaque en 1944, à l'âge de 31 ans.




Pour ce qui est de la prise de poids, mais aussi de l'investissement, il existe un récidiviste de référence que l'on ne présente plus : Robert De Niro. Près de 30 kilos pris en seulement quatre mois pour le rôle de Jake LaMotta dans Raging Bull de Scorsese. Pour cela, « Je me levais tôt le matin, puis je prenais un bon petit-déjeuner, puis un grand déjeuner et un grand dîner. Puis je suis allé en France et, là-bas, j'ai mangé dans tous les trois étoiles. J'étais à l'agonie, mais en une semaine, j'avais pris cinq kilos ». Un investissement qui pèse lourd dans la balance (bon, ok...) mais pas seulement puisqu'avant d'illustrer le déclin du personnage, l'acteur a travaillé pendant un an pour apprendre à boxer comme un pro, multipliant dents cassés et yeux au beurre noir. Cette prouesse lui valu heureusement l'Oscar du meilleur acteur en 1981.


Dans Les Incorruptibles, De Niro gagne 12 kilos mais ce n'est pas tout. Obsédé par sa métamorphose, il retrouva les véritables tailleurs de Capone afin de leur commander des modèles précisément identiques à ceux du gangster italien. Il poussa le vice jusqu'à se procurer des sous-vêtements en soie fabriqués par le fournisseur officiel d'Al Capone, Sulka (et non, on ne les voit pas à l'écran).


Le professionnel en la matière des acteurs en vogue actuellement reste toutefois celui qui a ouvert ce dossier : Christian Bale. Le comédien est connu pour se mettre une pression monstre, et surtout pour le yo-yo extrême qu'il fait subir régulièrement à son organisme quand certains rôles, et parfois lui-même, l'exigent.

Natalie Portman, qui a dû travailler avec lui sur le tournage de Knight of Cups de Terrence Malick, trouve l'acteur bien trop perfectionniste, au point de le décrire comme incroyablement stressé et insupportable, alors qu'ils n'avaient qu'une heure à tourner ensemble. Bale aurait insisté pour retourner encore et encore une scène, car il n'aurait pas aimé la façon dont il a prononcé un passage, une phrase, par exemple.


Une obsession qui peut passer pour de l'égo sur-dimensionné mais qui est finalement commune à tous les acteurs que nous avons présentés ici, celle d'ignorer les heures de travail, l'apparence physique ou les contraintes, en ayant en ligne de mire une seule chose : le résultat final. Même si cette détermination peut s'avérer maladive, et que certains gagneraient à se préserver, elle reste en soi une forme d'altruisme et de générosité, une façon de se livrer au public entièrement.


Une philosophie que ne partage pas Anthony Hopkins qui a récemment déclaré ne pas vouloir mettre sa santé en danger (à son âge et n'ayant plus rien à prouver, on le comprend) pour un rôle, faisant référence à la prothèse de peau au niveau du cou et au faux ventre qu'il arbore dans Hitchcock, simulant ainsi une certaine oppulance.


Sources : IMDB, Wikipedia, Allociné, Cracked.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire