Toute la mémoire du monde et Martin Scorsese à la Cinémathèque

Nicolas Thys | 27 novembre 2012
Nicolas Thys | 27 novembre 2012

En 2011, la Cinémathèque Française organisait un colloque important sur le Cinéma numérique et la restauration des films. Ce colloque réunissait quelques politiques, de nombreux techniciens ainsi que les grands acteurs de la restauration, numérisation et du patrimoine cinématographique et il a donné lieu à quelques débats houleux. Cette année, comme pour matérialiser ce qui a pu être dit l'année passée et éviter certains dialogues de sourd, la Cinémathèque Française a décidé d'organiser du 27 novembre au 2 décembre, un festival consacré aux films de patrimoine et aux films restaurés  intitulé Toute la mémoire du monde, dans une référence un peu lourde au titre d'un court-métrage d'Alain Resnais.

 


 

Le festival se situe dans le sillage de ce qui se fait depuis plusieurs années à l'étranger, notamment à la Cinémathèque de Bologne en Italie. Dans ce haut lieu, fréquemment associée à de nombreux projets de restauration et à la pointe dans ce domaine, est organisé chaque année depuis 1986 sous la direction artistique de Peter von Bagh, le festival Il Cinema ritrovato consacré aux films « anciens », rares, retrouvés et restaurés. En France, seuls quelques festivals projetaient un nombre plus ou moins grands de grands classiques au sein d'une programmation plus large (citons notamment le festival de La Rochelle ou le Cannes Classics), et c'est donc avec plaisir qu'on voit arriver ce genre de manifestation.


 

Au programme de cette première édition, un hommage à la Film Foundation de Martin Scorsese qui promeut la restauration depuis 1990. Sternberg (Shanghaï Gesture), Kazan (Sur les quais), Renoir (Le Fleuve), Ford (La Poursuite infernale) ou Warhol (The Velvet Underground in Boston) seront, entre autre, de la partie. Une programmation autour des débuts du son est organisée avec en particulier un spectacle de Benshi à ne pas rater sur des films de Daisuke Ito, mais aussi des films signés André Sauvage auquel Carlotta à consacré un très beau DVD voici un mois, Paul Féjos (Solitude) ou Jean Epstein (Mor' Vran). Un large panel de films longs ou courts et variés, allant du muet aux années 1980, sera également proposé avec des noms comme Louis Delluc (Fièvre), Milos Forman (Au feu les pompiers !), David Lean (Lawrence d'Arabie), Roman Polanski (Tess), Agnès Varda (Documenteur), Chris Marker (Le Joli mai), Joseph Losey (M), Bob Fosse (All that jazz), Jorge Semprun (Les Deux mémoires), Nicholas Ray (We can't go home again), etc.

 

 

Au total c'est une quarantaine de séances qui sont prévues. Evidemment la programmation reste très franco-américaine avec quelques exceptions japonaises, italiennes, allemandes et autres, mais l'ensemble est alléchant. Certaines restaurations méritent amplement le détour comme celle de Tess de Roman Polanski, déjà vu en 4K à La Rochelle cet été, et la plupart des films n'auront certainement pas été projetés dans de si belles conditions depuis longtemps. Ajoutons que si plusieurs d'entre eux seront projetés en numérique, une bonne partie sera tout de même présenté sur support argentique.

 


 

En parallèle, la Cinémathèque organise aussi plusieurs ateliers, conférences et tables rondes tant sur la restauration, son éthique et les dernières technologies en date, le début du son au cinéma, ou des études de cas.

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le programme détaillé ici.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire