Deauville (2012) : le palmarès

Perrine Quennesson | 8 septembre 2012
Perrine Quennesson | 8 septembre 2012

Après 10 jours de compétition, c'est l'heure des résultats. Et il faut dire que cette édition du Festival Américain de Deauville était particulièrement réussie avec un soin apporté à la sélection dont le thème était visiblement la marge de l'Amérique. En contrepartie, les blockbusters hollywoodiens menaient la danse avec leur cocktail d'action et de stars.

 

And the winner is...

 

Les bêtes du sud sauvages de Benh Zeitlin qui remporte à la fois le Grand prix du jury et le prix Révélation Cartier. Cette ode magnifique à la nature, notamment humaine, qui résonne comme une symphonie d'émotions a su convaincre les jurys de Sandrine Bonnaire et de Frédéric Beigbeder.

 

 

Le prix de la critique a été remis au dernier et plutôt malin film de Michel Gondry, The We and the I. Une balade en bus au cœur des rapports adolescents entre loi du plus fort et recherche d'identité.

 

Enfin, c'est Una Noche de Lucy Mulloy qui obtient le prix du jury. Et il faut, à travers cela préciser quelque chose. EcranLarge, en particulier son rédacteur en chef, a un talent qui tient de la divination. A presque chaque festival, les seuls longs métrages qu'il rate (pour des raisons d'organisation ou tout simplement, lors d'un festival de Venise par exemple, car il ne savait pas que le film en question était en compétition.) sont inévitablement récompensés. Et ça ne manque pas cette fois-ci, puisqu'il n'a vu ni Una Noche, ni the We and the I. On appelle cela un don ou la guigne. C'est selon.

 

Nous remercions le Public Système pour son accueil lors de ce 38ème festival du film américain de Deauville.

 

 

Souvenir(s) de festivaliers

 

La (très, très, très, d'après Laurent) jolie Cassidy Gard d'Electrick Children nous parle de Like Crazy. (désolé pour les approximations dans les sous-titres, notre monteur était lui aussi sous le charme de Cassidy).

 

 

 Le réalisateur de Robot & Frank, Jake Schreier partage son intérêt pour Raising Victor Vargas.

 

 

 Et, enfin, la ravissante (voire "sublime" dixit Laurent) Rebecca Thomas, réalisatrice d'Electrick Children nous fait part de sa passion pour Shotgun Stories.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire