Duels de films

Laurent Pécha | 15 juin 2012
Laurent Pécha | 15 juin 2012

Blanche Neige et le chasseur est sorti ce mercredi quelques semaines après le Blanche Neige de Tarsem. Si ce dernier avec 816 628 entrées France sera largement dépassé au box-office comme ce fut déjà le cas aux USA (63,8 millions de dollars contre déjà 109 millions pour le chasseur), il permet de revenir sur un phénomène récurrent dans l'univers cinématographique : la bataille de films.

Dans ce dossier, nous n'avons pas tenu compte des titres montés à la va-vite pour concurrencer un projet ambitieux, une spécialité ces dernières années de la boîte Asylum. Le vrai critère étant l'affrontement en salles que ce soit aux USA ou en France. 

 

 

La Guerre des Boutons (2011) de Yann Samuell

Sortie France : 14 septembre 2011

Box-office France : 1 487 346 entrées

La (Nouvelle) Guerre des Boutons de Christophe Barratier

Sortie France : 21 septembre 2011

Box-office France : 1 542 231 entrées

 

Commentaires : A tout honneur, place à la bataille la plus proche dans nos mémoires comme dans celle de leur sortie respective (1 semaine d’écart, du jamais vu). Si le Barratier l’emporte d’un chouia, il ne peut pas non plus fanfaronner au vu de son budget supérieur (16 millions d’euros contre 13 millions). Celui qui a surtout perdu, c’est le spectateur qui n’est pas prêt d’oublier la version originale d’Yves Robert.

 

Coco avant Chanel d’Anne Fontaine

Sortie France : 22 avril 2009

Box-office France : 1 030 096  entrées

 

Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen

Sortie France : 30 décembre 2009

Box-office France : 132 159 entrées

Commentaires : Avant les Boutons, il y a eu Chanel en France. Si les deux films ont comme personnage principal la célèbre styliste, celui de Jan Kounen se consacre (comme son nom l’indique) à la passion qui unit Coco Chanel au compositeur russe. Alors que les deux projets avaient été lancés au même moment, leur sortie a été très décalée, le film de Jan Kounen ayant subi de nombreux soucis de production (le réalisateur étant arrivé tard sur le projet suite au désistement de William Friedkin). Au box-office, l’atout d’être le premier et surtout d’avoir Audrey Tautou pour interpréter Coco Chanel ont de toute évidence joué, le film d’Anne Fontaine dépassant le million d’entrées (une déception toutefois) alors que celui de Kounen a connu l’un des plus gros bides de 2009. Dommage tant ce dernier s’avère artistiquement infiniment supérieur au téléfilm luxueux de Fontaine.

 

Truman Capote de Bennett Miller

Sortie France : 8 mars 2006 (sortie USA : 30 septembre 2005)

Box-office France : 433 950 entrées

Box-office USA : 28,7 millions de dollars

 

Scandaleusement célèbre de Douglas McGrath

Sortie France : 4 avril 2007 (sortie USA : 13 octobre 2006)

Box-office France : 60 872 entrées

Box-office USA : 1,1 million de dollars

 

Commentaires : L’écrivain Truman Capote à l’époque où il écrit son roman, De sang froid, est au cœur du récit de ces deux films. Etonnant qu’un sujet aussi précis ait inspiré au même moment deux projets. Encore plus étonnant que les deux films aient vu le jour. Quant à la bataille, c’est un massacre : le film de Bennett Miller sort avant, fait largement plus d’entrées, récolte de meilleures critiques et grosse cerise sur le gâteau empoche 5 nominations aux Oscars. Et aujourd’hui qui se souvient que Scandaleusement célèbre est sorti ? Depuis Miller a enchaîné avec le génial Le Stratège et McGrath avec Mais comment font les femmes ? No comment !

 

L’Emploi  du temps de Laurent Cantet

Sortie France : 14 novembre 2001

Box-office France : 206 243 entrées

 

L’Adversaire de Nicole Garcia

Sortie France : 28 août 2002

Box-office France : 1 066 195 entrées

 

Commentaires : Voilà deux projets qui, quelles que soient leurs qualités intrinsèques, ne partaient pas sur un pied d'égalité face au public. Pour traiter d'un sujet éminemment douloureux, le premier ne peut compter sur la notoriété de son réalisateur (personne n'imaginait que Laurent Cantet était à quelques années de remporter une palme d'or), ni sur celle de ses brillants interprètes, Aurélien Recoing et Karine Viard. Le concurrent direct jouit de la notoriété du roman qu'il adapte et dont il reprend le titre, de l'aura de Nicole Garcia, et de la réputation alors beaucoup plus solide qu'aujourd'hui de Daniel Auteuil. Au final, c'est logiquement l'œuvre la plus exigeante et âpre qui aura souffert au box-office. Preuve que le film de Cantet ne s'est pas trompé d'Adversaire, mais bien d'Emploi du temps.

 

 

Tombstone de George Pan Cosmatos

Sortie France : 16 février 1994 (sortie USA : 24 décembre 1993)

Box-office France : 94 104 entrées

Box-office USA : 56,5 millions de dollars


Wyatt Earp de Lawrence Kasdan

Sortie France : 31 août 1994 (sortie USA : 24 juin 1994)

Box-office France : 296 500 entrées

Box-office USA : 25 millions de dollars

 

Commentaires : Un cas d’école dans notre dossier puisqu’il s’agit de la seule bataille où la France ne suit pas les Etats-Unis. Si pour tous les autres, le vainqueur au box-office US est aussi celui qui l’emporte quelque mois plus tard sur notre territoire, c’est l’inverse ici. Le côté plus noble du film de Kasdan avec son casting prestigieux (Kevin Costner, Dennis Quaid, Gene Hackman) a du jouer. De l’autre côté, Kurt Russell, Val Kilmer et Sam Elliott font moins rêver le grand public. Côté action, en revanche, c’est une autre histoire car chez Cosmatos, ça tire bien plus que chez Kasdan. Le temps a passé et les films, tous deux décriés pour des raisons bien diverses à leur sortie, ont depuis gagné leurs fidèles supporters. Au point que pour les départager, il faudrait en découdre comme à l’écran l’arme au poing.

 

Fourmiz de Eric  Darnell et Tim Johnson

Sortie France : 11 novembre 1998 (sortie USA : 2 octobre 1998)

Box-office France : 1 519 101 entrées

Box-office USA : 90,7 millions de dollars

 

1001 pattes de John Lasseter et Andrew Stanton

Sortie France : 10 février 1999 (sortie USA : 20 novembre 1998)

Box-office France : 3 161 913 entrées

Box-office USA : 162,8 millions de dollars

 

Commentaires : La bataille pour la suprématie de l’animation. Pixar venait de s’imposer avec Toy Story (et ses 362 millions de dollars récoltés dans le monde) et Dreamworks se lançait pour la première fois dans le bain. Un affrontement annonciateur des combats à venir puisque la boîte de Lasseter gagna cette bataille des insectes. Et haut la main ! L’atout numéro 1 de Fourmiz est son savoureux casting de voix (Woody Allen et Sharon Stone qui imprègnent la personnalité de leur personnage respectif). Pour 1001 pattes, un mille-pattes n’aurait pas assez de membres pour qu’on les compte. Et dire que ce n’était alors que les prémices du talent sans limite des petits génies de chez Pixar.

 

Mission to Mars de Brian De Palma

Sortie France : 12 mai 2000 (sortie USA : 10 mars 2000)

Box-office France : 646 797  entrées

Box-office USA : 60,9 millions de dollars

 

Planète rouge d’Antony Hoffman

Sortie France : 29 novembre 2000 (sortie USA : 10 novembre 2000)

Box-office France : 389 128  entrées

Box-office USA : 17,5 millions de dollars

Commentaires : Aller sur Mars, ça ne rapporte pas beaucoup. D’un côté, l’un des films les plus décriés de la filmo de De Palma (même s’il a des irréductibles fans), de l’autre un fiasco absolu réalisé par un total inconnu qui l’est resté (aucune activité depuis). En tout logique, c’est le projet le plus prestigieux (et aussi le meilleur film) qui remporte une bataille peu glorieuse.

 

Robin des Bois de John Irvin

Sortie France : 19 juin 1991 (sortie USA : en vidéo uniquement)

Box-office France : 130 887 entrées

 

Robin des Bois: Prince des voleurs de Kevin Reynolds

Sortie France : 7 août 1991 (sortie USA : 14 juin 1991)

Box-office France : 4 938 602 entrées

Box-office USA : 165,5 millions de dollars

Commentaires : Une victoire sans combattre puisque si les deux projets se sont montés au même moment, le prestige de celui porté par Kevin Costner a fait capoter son concurrent qui a fini par n’être qu’un téléfilm. Sauf dans quelques pays, dont la France où il sortit pour la fête du cinéma. Mais Patrick Bergin ne fait pas rêver les demoiselles qui ont toutes préférées attendre quelques semaines pour se pâmer devant le beau Kevin, alors la coqueluche d’Hollywood. Pour les mecs, il y aurait pu avoir bataille tant Uma Thurman en Marianne, ça concurrence sévère Mary Elizabeth Mastrantonio. Quant au cinéphile, rien ne lui fera jamais oublier le Errol Flynn du film de Michael Curtiz de 1938.

 



Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears

Sortie France : 22 mars 1989 (sortie USA : 23 décembre 1988)

Box-office France : 1 695 208 entrées

Box-office USA : 34,7 millions de dollars


Valmont de Milos Forman

Sortie France : 6 décembre 1989 (sortie USA : 17 novembre 1989)

Box-office France : 675 690 entrées

Box-office USA : 1,1 million de dollars


Commentaires : La bataille de poids lourds. Deux cinéastes prestigieux pour des projets qui le sont tout autant. Par rapport aux œuvres phares de l’auteur d’Amadeus, Valmont a toujours eu un côté vilain petite canard alors que pour Frears, il s’agit de son chef d’œuvre. Une confirmation apportée par les Oscars où son film fut nominé 7 fois dont un Oscar bien mérité de la meilleure adaptation. Pour Forman, il faudra se contenter de deux…César mineurs. En toute logique, la carrière au box-office récompensa le film le plus réussi. Et finit de John Malkovich et Glenn Close des acteurs de premier rang pour le grand public. Quant au Valmont de Forman, Colin Firth, il dut attendre plus de 10 ans et un certain Journal de Bridget Jones pour avoir la médiatisation que son talent méritait.

 


Nosferatu, fantôme de la nuit de Werner Herzog

Sortie France : 14 janvier 1979

Box-office France : 933 533 entrées


Dracula de John Badham

Sortie France : 21 novembre 1979 (sortie USA : 20 juillet 1979)

Box-office France : 332 863 entrées

Box-office USA : 20,1 millions de dollars

 

Commentaires : Les adaptations du roman de Bram Stoker ne manquent pas dans l’Histoire du cinéma. Sans être en concurrence comme peuvent l’être d’autres films de ce dossier, les deux œuvres, dans la même année, proposent deux versions radicalement différentes du mythe de Dracula. L’une (Herzog) remake le film de Murnau (et donc officiellement n’est pas une adaptation de Stoker pour contourner les soucis de droits) tandis que l’autre présente un vampire très romantique (Frank Langella dans le rôle de sa carrière). Deux approches qui, malgré de sacrés handicaps (Murnau et l’ombre de la Hammer), sont couronnées de succès. Bien plus en France pour Nosferatu grâce notamment à la présence d’un atout attractif de poids en la personne d’Isabelle Adjani en proie du vampire.

 

Deep impact de Mimi Leder

Sortie France : 27 mai 1998 (sortie USA : 8 mai 1998)

Box-office France : 1 181 456 entrées

Box-office USA : 140,5 millions de dollars

 

Armageddon de Michael Bay

Sortie France : 5 août 1998 (sortie USA : 1er juillet 1998)

Box-office France : 4 606 936 entrées

Box-office USA : 201,6 millions de dollars

 

Commentaires : La terre est en danger : une météorite va lui tomber dessus. Tiens, ça c’est du pitch à Oscar et si on faisait deux films avec un tel concept. La destruction, ça a toujours été un métier d’homme donc faut-il s’étonner que le vainqueur soit le Armegeddon de Michael Bay. Pour autant Mimi Leder ne démérite pas et son film est un franc succès au box-office mais avec son casting de vrais acteurs (Duvall, Freeman, Redgrave, Cromwell), comment peut-elle lutter face à Bruce Willis, Ben Affleck et Liv Tyler ? Depuis, Bay continue ses jeux de massacre alors que Leder est retournée à la télé.

 

Independence day de Roland Emmerich

Sortie France : 2 octobre 1996 (sortie USA : 3 juillet 1996)

Box-office France : 5 613 189 entrées

Box-office USA : 306,2 millions de dollars

 

Mars attacks ! de Tim Burton

Sortie France : 26 février 1997 (sortie USA : 13 décembre 1996)

Box-office France : 2 189 105 entrées

Box-office USA : 37,8 millions de dollars

 

Commentaires : L’invasion extra-terrestre vue par un artiste (à l’époque) et un bourrin (inchangé depuis à un Anonymous près), cela ne donne pas vraiment le même film. Etonnant non ? Dans leur domaine respectif, les deux films atteignent leur objectif. Du côté de leur carrière en salles, Tim Burton doit avoir envie de demander l’asile cinéphile à la France.

 

Portés disparus de Joseph Zito

Sortie France : 12 juin 1985 (sortie USA : 16 novembre 2004)

Box-office France : 837 107 entrées

Box-office USA : 22,8 millions de dollars

 

Rambo II : La mission De George Pan  Cosmatos

Sortie France : 16 octobre 1985 (sortie USA : 22 mai 1985)

Box-office France : 5 851 030 entrées

Box-office USA : 150,4 millions de dollars

Commentaires : Avant de mitrailler à tout va ensemble dans Expendables 2, Stallone et Norris se tiraient la bourre dans les années 80. Enfin, soyons honnête, le futur Walker, Texas Ranger, était à des années lumières de la popularité de l’interprète de Rocky. Pour preuve, cette bataille (au niveau du scénario, on ne peut pas faire plus similaire, en terme d'affiche, aussi) qui accouche d’une méga rouste dans la gueule de Chuck. Si Braddock (Norris) mettait bien les pieds où il veut, c’est dans sa gueule que Rambo lui a mis en 1985 au vu des scores aux box-offices US et français. « Colonel, cette fois on y va pour gagner ? » clamait Stallone à son cher Trautman. Mission accomplie Sly !

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire