Il était une fois en Amérique : Impressions sur la version longue

Laurent Pécha | 21 mai 2012
Laurent Pécha | 21 mai 2012

Annoncé depuis de nombreux mois avec des durées variables, le montage inédit de Il était une fois en Amérique a été projeté en grandes pompes dans le cadre de Cannes classics avec notamment la présence de Robert De Niro, James Woods, Elizabeth McGovern et Jennifer Connelly (qui a fait ses débuts au cinéma à 13 ans pour ce film).

 

 

Le film de Sergio Leone, restauré par la Cinémathèque de Bologne, a ainsi pu être découvert pour la première fois dans une version de 4h13. C'est donc 24 minutes inédites qui ont été dévoilées avec une intégration soignée même si l'impossibilité de travailler sur du matériau de première génération rend parfaitement décelable les nouvelles séquences. La faute à un grain, un étalonnage et une définition forcement différents du montage cinéma que l'on connait.

Très actif dans cette restauration puisque c'est sa fondation, The Film Foundation, qui a financé l'opération grâce à la généreuse donation de 2 millions de dollars de la maison de haute couture Gucci, Martin Scorsese a déclaré à nos confrères du Monde : « Dans le cas d'Il était une fois en Amérique, je sais que Leone voulait que ces vingt minutes soient rétablies. »

 

 

On est donc en présence de la version la plus proche à l'heure actuelle - Scorsese évoquant la possibilité dans un futur proche de rajouter vingt autres minutes - de ce que l'on nomme désormais la director's cut de Il était une fois en Amérique. Si, une fois encore, le changement visuel entre les séquences reste préjudiciable à l'harmonie esthétique de l'œuvre, il est indéniable que certaines des nouvelles scènes apportent un éclairage essentiel à l'histoire.

Si l'apparition de Louise Fletcher, jusqu'ici uniquement créditée au générique, en directrice du cimetière, était jusqu'ici l'omission la plus médiatique, elle est loin d'être celle qui manquait le plus au récit. Au contraire du personnage d'Eve, la prostituée que Noodles (De Niro) rencontre dans un bar, après avoir violé Deborah (Elizabeth McGovern) dans la voiture. Une longue séquence vitale pour découvrir le désarroi de Noodles, regrettant son acte dans une nuit d'amour presque pathétique où il tente d'imaginer Deborah à la place d'Eve - il lui donne même son nom. Juste après, on découvre également Deborah prendre un café avant d'attraper son train, avec le visage toujours aussi choqué par l'événement tragique passé. Une tragédie vécue par les deux personnages qui souffrent à leur façon du drame et qui donne un sens bien plus lourd au bref regard échangé sur le quai de la gare.

 

 

Dans les derniers instants du film, on découvre désormais une scène essentielle pour mieux comprendre la situation inextricable dans laquelle se trouve le secrétaire d'Etat Bailey (donc en vérité Max joué par James Woods). La séquence montre James Conway (Treat Williams) obligeant Bailey à signer des papiers lui faisant presque tout perdre et lui suggérant en partant de mettre fin à ses jours pour éviter le scandale qui va naître de sa comparution attendue devant la justice. Le désir d'en finir de Max et par la main de son vieil ami, est alors nettement plus compréhensible. Et la scène de montrer que le grand vainqueur de l'Histoire est bien le personnage de Conway, métaphore évidente d'une Amérique où quiconque contrôle les travailleurs, détient le vrai pouvoir.

 

 

Parmi les autres ajouts, moins vitaux à l'enrichissement du récit, on reste dubitatif sur l'allongement de la séquence où Noodles plonge la voiture dans la mer montrant ses amis inquiets de ne pas le voir remonter à la surface. On ne sait pas si la séquence était originalement voulue pour entendre ce que les comédiens disaient mais là, montée en l'état, seule la musique de Morricone est présente et le rendu n'est pas des plus réussis.

La séquence de discussion entre Noodles et son chauffeur (joué par le producteur, Arnon Milchan) avant qu'ils aillent au restaurant avec Deborah, permet de montrer une grosse différence de point de vue sur la vie entre les deux hommes et une tension naissante qui trouvera écho dans la réaction du chauffeur lorsque celui-ci condamne le viol commis par son boss.

 

 

Enfin, les retrouvailles entre Noodles et Deborah sont désormais précédées d'une scène où l'on voit Noodles découvrir l'actrice sur scène en train d'interpréter le rôle de Cléopâtre.

La découverte de cette nouvelle version de Il était une fois en Amérique, fut quoiqu'il en soit, un moment fort du festival. Et surtout l'occasion de se rendre compte, s'il en était besoin, à quel point le dernier film de Sergio Leone est une œuvre monumentale et peut être le meilleur film qui sera projeté au festival cette année. Quand on pense que l'accueil fut mitigé lors de sa première présentation en mai 1984.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire