Les teasers du superbowl 2012

Simon Riaux | 6 février 2012
Simon Riaux | 6 février 2012

Les teasers du superbowl 2012 n'auront pas attendu leur diffusion officielle pour se promener sur la toile, et c'est bien dommage. Si l'effet de surprise et l'impact du tir groupé ne furent donc pas au rendez-vous, le contenu de ces brèves vidéos lui, s'avère comme chaque saison aussi spectaculaire que peu digeste. Des G.I. Joes, des dictateurs, des martiens et des héros testostéronés, le blockbuster n'est pas là pour se renouveler, seulement nous impressionner les rétines et nous lustrer le caisson de basses. Petite revue des effectifs :


G.I. Joe Retaliation

Nous lui avions consacré notre petit une il y a quelques jours tant la chose nous était apparue comme décomplexée et jouissive, et nous n'avons pas changé d'avis. Au contraire suite à un visionnage répété, la Team EL a décidé de se payer conjointement des cours d'escalade et de bushido.

 


The Dictator

Sacha Baron Cohen frappe ici très fort grâce à une plaisanterie inaugurale du meilleur effet, faisant référence au score du superbowl pendant la mi-temps duquel le spot est diffusé. La chose s'annonce encore une fois en forme de déclaration de guerre au bon goût, et c'est tant mieux.

 


 

John Carter

Nous ne sommes plus qu'à quelques semaines de John Carter, et Disney veut rassurer. D'où la profusion d'images épiques, de scènes d'action, et de grosses bêbêtes hostiles. Avouons que l'ensemble est bien troussé et que balancé sur du Led Zep, on en frémirait presque.

 

 

 

 

Battleship

Comme en témoignait notre preview, malgré l'opportunisme évident de ce projet voué à faire la nique aux Transformers, Peter Berg pourrait bien avoir été le chef d'orchestre rêvé de cette fresque dopée aux hormones, aux effets spéciaux, et à l'humour décérébré.

 

 

The Avengers

Nos super-héros étaient en mal d'antagonistes, d'iconisation, et d'action. Il y avait donc du pain sur la planche, mais il semblerait que ce spot très bref soit parvenu à nous scotcher en une petite minute. Robert Downey Jr n'est plus l'unique moteur du groupe, on commence à quasiment entrapercevoir des méchants, et le vil Locki paraîtrait presque menaçant (ce qui constitue un exploit comparé à Thor, mais est encore bien insuffisant). Enfin, nous avons droit à l'inévitable et puissante image (quoique un chouïa artificielle) de nos héros rassemblés face à l'adversité. Un des films les plus attendus de 2012, l'un des plus craints également.

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire