Sitges 2011 - Un programme... chargé

Aude Boutillon | 5 octobre 2011
Aude Boutillon | 5 octobre 2011

11 jours, 160 films projetés, 28°C à l'ombre, et des nudistes en veux-tu en voilà. Pas de doute, nous avons débarqué à Sitges, où s'ouvrira demain la 44ème édition du Festival du film fantastique. Fort de son ancienneté, soucieux de proposer une programmation éclectique et soignée, le festival règne en maître sur les manifestations européennes consacrées au cinéma fantastique. Cette année ne dérogera pas à la règle, puisqu'à de sympathiques rétrospectives s'ajouteront des petites perles que s'arrachent les festivals depuis plusieurs mois, au rythme des chuchotements enthousiastes, ainsi que des inédits franchement réjouissants. Promis, juré, nous ferons de notre mieux pour braver la tentation de la trempette balnéaire, et ainsi vous rapporter le maximum d'opinions possibles, quitte à en crever d'épuisement.

 

Angel Sala nous avait prévenus à Neuchâtel, son festival aurait à cœur de hisser bien haut le drapeau ibérique ; ce sera chose faite. Kike Maillo ouvrira le bal avec son premier film, Eva, projeté en guise d'ouverture des festivités, et premier représentant du thème dominant de cette année, à savoir l'intelligence artificielle, qui annonce de bien belles rétrospectives (A.I., Mondwest, Wargames). A noter également, l'Emergo de Carles Torrens, dont le scénariste n'est autre que Rodrigo Cortés (Buried). Le nouveau Jaume Balaguero, Mientras Duermes, s'annonce quant à lui comme un thriller psychologique de haute volée. Au total, pas loin d'une vingtaine de films espagnols se bousculeront au sein de la programmation de cette 44ème édition. Pari relevé.

 

 

Côté Sélection Asiatique, que du bonheur, une fois de plus. Action, thrillers, polars, monster movies et films d'épouvante, il y en aura pour tout le monde. Patrick se fera une joie de courir voir Bollywood : The greatest love story ever told, spectaculaire documentaire à la gloire d'un cinéma fort coloré et chantant. Rabbit Horror 3D, sobrement rebaptisé Tormented, signera quant à lui le retour de Takashi Shimizu à la réalisation, en la charmante compagnie d'un lapin en peluche douteux. Kim Ki-duk reviendra avec Arirang, et on attend de Sono Sion un nouveau coup de cœur avec Himizu, projeté en parallèle de Guilty of Romance.

 

 

 Par ailleurs, on ne boudera pas notre plaisir à l'idée de (re)voir des films que nos chanceux confrères ont eu l'aubaine de pouvoir découvrir à Toronto, Venise ou Strasbourg, entre autres ; Hara-Kiri, Red State, Contagion, Jane Eyre ou encore 4 :44 Last Day on Earth (et oui, on n'a peur de rien) seront également de la partie, à l'image d'autres dont il sera très difficile de se priver d'un second visionnage (The Woman, Bullhead). Notons que The Divide sera également présent, en version rallongée (non, Laurent, ne pleure pas).

 

Les fameuses sections de Minuit promettent quant à elles d'inoubliables instants, entre un 3D Sex and Zen qui risque de faire grimper la température à Sitges, et de réjouissantes péloches, à l'image de Rabies, thriller israélien, ou encore de la réalisation très bis de Michael Biehn (présent en chair et en os), The Victim.

 

 

Il va sans dire que le programme énoncé est loin d'être exhaustif, et que l'on vous réserve de bien jolies surprises en marge de découvertes filmiques toujours plus déviantes...

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire