Vin Diesel VS Dwayne Johnson

Simon Riaux | 5 mai 2011
Simon Riaux | 5 mai 2011

À ma gauche, Vin Diesel, une créature tout de muscles et de gazoil. Créature dénuée de pilosité et à la voix caverneuse, acteur essentiellement bourrin, Vin s'est imposé comme un des meilleurs ambassadeurs de la nitro et du marcel imbibé de sueur. Il ne brille pas par son esprit, ni par son humour, il ne brille même pas du tout en fait, il explose.

 

À ma droite, Dwayne Johnson. Ancien catcheur connu sous le nom de The Rock, montagne parfaitement huilée de muscles dont vous n'imaginiez même pas qu'ils existaient, il lui aura suffi de quelques films pour faire totalement oublier aux néophytes sa carrière précédente. Qu'on se le dise, c'est un acteur, un vrai, dont le sourire ultra-brite dissimule mal une mâchoire capable d'engloutir un bébé de huit kilos.

 

Qui remportera ce duel de filmo ?

 

 

 

Vin Diesel

Dwayne Johnson

Fast & furious 4 : le film est un retour en grâce inespéré, dont le très bon score au box-office permet au comédien de ne pas disparaître dans les nimbes, mais le cantonne aux grosses cylindrées. 3/5

Fée malgré lui : catastrophe intégrale, ou l'on confond second degré et navrante débilité. Non mais, vous avez déjà vu un catcheur avec des ailes et un tutu ? 1,5/5

Babylon A.D : Accident industriel total, qui aura bien failli mettre un terme à la carrière de Diesel et de Kassovitz, synonyme désormais de haine farouche entre les deux hommes. 2/5

Very bad cops : pas une totale réussite, mais encore une fois, l'acteur y tourne brillamment en dérision son image. 3,5/5

Jugez-moi coupable : un film trop vite oublié, malgré la performance réussie d'un Vin Diesel étonnamment chevelu. 3/5

Faster : quasiment sans prononcer un mot, Johnson tient le film sur ses épaules. Imparfait mais on en redemande. 3/5

Baby-sittor : Vin essaie de nous faire rire dans cette mauvaise comédie qui rappelle les pires loupés de Schwarzenegger, le charme des 80's en moins. 1,5/5

Southland tales : l'ovni de Richard Kelly n'a pas convaincu, mais l'on peut louer la prestation "autre" de Dwayne, qui y gagne indiscutablement ses galons d'action man conscient. 2,5/5

Les Chroniques de Riddick : demi-plantage commercial, mais vrai space opéra furieux, aux yeux plus gros que le ventre, dont l'acteur ne s'est pas remis et annonce régulièrement une suite. 3,5/5

Be cool : le film est loin de la réussite du premier opus, mais la prestation décalée du comédien fait des étincelles. 2,5/5

Un homme à part : premier véritable échec, Diesel tourne à vide au sein d'une histoire molle et revue.1,5/5

Doom : on a bien cru perdre définitivement l'acteur avec cette adaptation, peut-être la plus honteuse jamais faite d'un jeu vidéo.1,5/5

xXx : certainement pas le renouveau du film d'espionnage, mais une grosse bourrinerie dont le score au box-office rassure tout le monde.1/5

Tolérance zéro : film au ras des pâquerettes mais indispensable pour tout amateur de combat stupide. The Rock y poutre littéralement un village. 3/5

Fast & furious : la série B qui assoit monsieur comme le nouvel espoir du cinéma d'action, et la coqueluche des amateurs de tuning fluo. 2,5/5

Bienvenue dans la jungle : pour certains son meilleur film à ce jour, le bon dosage entre baston, humour, et second degré. 3/5

Pitch black : Vin est révélé par cet actionner de science-fiction sombre et inquiétant, où son côté bad boy fait des merveilles. 4/5

Le Roi scorpion : confirmation des espoirs dans cette pure série B, spin off du film précédent, franchement bête, mais sacrément fun. 3,5/5

Il faut sauver le soldat Ryan : quoi de mieux pour se faire remarquer qu'un Spielberg impressionnant sur la seconde guerre mondiale ? 4/5

Le Retour de la momie : sorte de hamburger filmique aussi indigeste que délirant, celui qu'on appelle encore The Rock fait sensation grâce à un look invraisemblable et une bonne dose de charisme. 2,5/5

              Vin Diesel : 2,6/5               Dwayne Johnson : 2,65/5

 

 

Si nos deux challengers sont désormais des poids lourds du cinéma d'action contemporain, c'est Dwayne The Rock Johnson qui remporte ce match. En effet, il suffit d'un regard à l'anthologique affrontement entre nos deux champions dans Fast & furious 5, pour voir que si nous n'étions pas au cinéma, Vin Diesel ne ferait pas long feu contre le bulldozer humain qu'est Dwayne. Sans compter qu'il a déjà prouvé à plusieurs reprises ses capacités à élargir son registre de jeu, avec un humour et un plaisir communicatif. Et puis bon sang, tout le monde n'est pas capable de faire régner la Tolérance zéro, seulement armé d'une poutre.

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire