Nos biopic rock préférés

La Rédaction | 20 septembre 2010
La Rédaction | 20 septembre 2010

A l'occasion de la sortie du réussi The Runaways et sa doublette de jeune stars, Dakota Fanning-Kristen Stewart évoquant l'épopée très rock'n'roll du premier groupe (marquant) totalement féminin, les rédacteurs d'Ecran Large sont revenus sur leur biopic rock préféré. 

 

Julien Welter

Sid & Nancy d'Alex Cox

Finalement, l'histoire de Sid et Nancy parle un peu d'elle-même : bassiste des Sex Pistol, Sid Vicious (surnommé ainsi pour ses tendances violentes) rencontre Nancy Spungen avec qui il va se défoncer, histoire d'honorer les valeurs punk. Un jour, Nancy est retrouvée poignardé au Chelsea Hôtel sans que l'on sache par qui. Un autre,  Sid est retrouvé mort d'une overdose d'héroïne. Même tourné par un manchot, le biopic aurait été rock. Avec Gary Oldman dans le rôle du musicien le plus allumé d'Angleterre, c'est dire si ça provoque des larsens...

 

 

Clément Besnard

Control d'Anton Corbijn

Photographe et clippeur expérimenté, Anton Corbijn se frotte au biopic musical dès son premier long-métrage. Dans un noir et blanc d'une beauté sidérante, Control dépeint la trop courte vie de Ian Curtis, le charismatique leader de Joy Division. Dans le rôle titre, Sam Riley, un quasi débutant qui livre une prestation bluffante, tout en subtilité et sensibilité. Bien loin des volontés d'exhaustivité de certains biopic, Control est avant tout le formidable reflet d'une époque.

 

 

Ilan Ferry

Walk Hard : The Dewey Cox Story de Jake Kasdan

Oubliez Ray Charles ou Johnny Cash, la star la plus rock'n'roll du cinéma se prénomme Dewey Cox ! Dense, fun et traversé d'excellents numéros musicaux, cet insolent pastiche est l'alternative idéale aux indigents biopic musicaux inondant nos écrans. Con mais tellement bon !

 

 

Sandy Gillet

Honkytonk Man de Clint Eastwood

Pas à proprement parler un biopic, ce film d'Eastwood est pourtant le meilleur dans le genre car il symbolise à lui seul tout ce que devrait être la chose au cinéma. Ni emphatique, ni misérabiliste, ni fidèle, ni critique... Juste une vision très personnelle. En prenant ce chanteur de blues qui se sait condamner mais à qui l'on offre une dernière chance, ce sont tous les « performeurs » de cette musique si propre à l'histoire des Etats-Unis qui sont représentés et de quelle manière. Au-delà le cinéaste signait là l'une de ses plus belles réalisations !  

 

 

Perrine Quennesson

Dig ! d'Ondi Timoner

n documentaire qui a tout compris ! Mêlant une narration dramatique digne d'une fiction, Dig! suit pendant 7 ans, les parcours parallèlement inverses de deux groupes amis: les Dandy Warhols et Brian Jonestown Massacre. Une BO démente (reprenant les chansons des deux bandes) enveloppe cette Odyssée musicale où succès, désillusions, drogues et folies permettent d'exhumer le véritable esprit du rock'n'roll actuel.  

 

 

Pierre-Loup Docteur

I'm not there de Todd Haynes

Du jeune vagabond à l'acteur dépressif en passant par le chanteur à succès et le poète rimbaldien, Todd Haynes explore diverses facettes de l'insaisissable Bob Dylan en confiant le rôle principal à plusieurs interprètes, dont une femme (géniale Cate Blanchett). I'm not there est un film très ambitieux et bien réalisé qui se démarque de l'immense majorité des biopic se contentant de raconter la vie d'une icône avec un classicisme désespérant.

 

 

Louisa Amara

Ray de Taylor Hackford

Le biopic musical qui a relancé le genre à Hollywood pour le meilleur et pour le pire. Ayant travaillé durant des mois avec Ray Charles, véritablement adoubé par l'artiste, Jamie Foxx a réalisé une performance impressionnante récompensée par un Oscar bien mérité. Ce biopic a le mérite de ne pas épargner son héros en montrant les failles d'un génie qui était loin d'être un saint. A travers la vie et la carrière de Ray Charles, c'est tout un pan fascinant de l'histoire américaine qu'on retrouve, y compris dans ses aspects les plus sombres. Un film qui ne vieillira pas, à voir et à revoir !

 

 

Laurent Pécha

Les Doors d'Oliver Stone

L'un des films les plus décriés d'un cinéaste déjà bien controversé. Il faut dire que s'attaquer aux mythiques Doors, c'est prendre un peu le bâton pour se faire battre. Alors quitte à y aller, autant le faire dans les grandes largeurs et Stone de s'offrir tous les excès visuels et narratifs possibles. Qu'importe si on est loin de LA vérité, l'esprit de Jim Morrison est ici miraculeusement restitué. Il faut dire que pour Val Kilmer, c'est le rôle d'une vie ! Après ce fut un peu The end pour le comédien.

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire