Bigelow - Cameron : qui a la meilleure filmo ?

Thomas Messias | 6 mars 2010
Thomas Messias | 6 mars 2010

Choc des Titans lors de la soirée des Oscars : grands favoris, Kathryn Bigelow (Démineurs) et James Cameron s'affronteront (Avatar) dans un duel inédit mettant face-à-face un ancien couple à la ville. La rédac d'Écran Large a voulu y mettre son grain de sel : alors, qui a la meilleure filmo ?

 

 

 

 

Piranha 2 : les tueurs volants (1981)

Il faut bien commencer d'une façon ou d'une autre. Le petit James, lui, a démarré avec cette suite fauchée et foireuse, ultra premier degré donc éventuellement jouissive. A sa décharge, il s'est fait viré de la salle de montage et s'amuse à dire que c'est "le meilleur film de piranhas volants du monde".

 

 

 

 

The loveless (1982)

Entre L'Équipée sauvage et Easy rider, le premier film de Bigelow montrait déjà montre son attrait pour les ambiances crépusculaires et les éclairages bleutés. Joli coup.

 

 

 

 

Terminator (1984)

J.C. passe à la vitesse supérieure avec ce film mythique, polar SF ultraviolent qui procure son lot d'adrénaline en se tournant vers un avenir forcément apocalyptique.  

 

 

 

 

Aliens le retour (1986)

Badass, bourrin, le grand défouloir des années 80 est un parfait mélange de film de monstres et de film de guerre, le tout sans trahir l'univers de la future tétralogie. 

 

 

 

 

Aux frontières de l'aube (1987)

Une référence en matière de films de vampire, qui se réapproprie intelligemment le mythe à travers un drame horrifique inquiet et poisseux. Bigelow, une fille qui en a.

 

 

 

 

Abyss (1989)

Plongée véritablement immersive dans un monde aquatique jamais vu, le quatrième de film de Cameron est aussi le plus joliment naïf. C'est là qu'est sa beauté.

 

 

 

 

Blue steel (1990)

Traversant les genres avec aisance, Bigelow livre un polar au féminin mais plus couillu que le moyenne, notamment par la violence morale et physique qu'il développe.

 

 

 

 

Terminator 2, le jugement dernier (1991)

Suite aussi différente que cohérente du succès de Cameron, T2 souffle aujourd'hui encore par sa violence froide et le modernisme de ses effets visuels. Wou-hou.

 

 

 

 

Point break, extrême limite (1991)

Polar cool et violent, mettant face-à-face deux sex symbols de l'époque pour un duel crypto-gay rythmé par le va-et-vient des vagues. Brûlant.

 

 

 

True lies (1994)

Quand Cameron remake Claude Zidi, ça donne une comédie d'action ébouriffante mais évidemment loin d'être aussi mémorable que ses précédentes oeuvres.

 

 

 

 

Strange days (1996)

À une époque où l'an 2000 était encore inaccessible, ce polar hi-tech et malsain avait su épater par sa virulence, sa trashitude et sa mise en scène carabinée.

 

 

 

Titanic (1998)

L'amour, le vrai, puis l'iceberg. Ou l'histoire folle et passionnée d'une catastrophe gigantesque vue à travers le regard de deux jeunes amants plein de fougue.

 

 

 

Le poids de l'eau (2002)

Le film le plus sous-estimé de Bigelow est pourtant un très beau polar sur une enquête à propos d'un meurtre commis 150 plus tôt... Troublant et envoûtant.

 

 

 

K-19 : le piège des profondeurs (2002)

Les films de sous-marin, ça vous excite ? En tout cas, celui-ci piétine un bon moment avant d'offrir enfin un peu de bravoure et de maestria. On baille quand même.

 

 

 

Démineurs (2008)

Grand et beau film sur l'addiction guerrière, une nouvelle fois magnifié par le sens du rythme et du cadrage de la belle Kathryn... Oui, mais c'est en 2D.

 

 

 

Avatar (2009)

C'est vert, c'est bleu, c'est beau, et ça ouvre un tas de perspectives d'avenir pour le cinéma dans son ensemble. Et en plus c'est en 3D. Vive Avatar.

 

 

 

 

Verdict : 

Kathryn Bigelow 3,45/5 - James Cameron : 3,82/5

Vainqueur :

James Cameron.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire