Preview Inception : Nolan nous retourne la tête

Damien Virgitti | 23 février 2010
Damien Virgitti | 23 février 2010

 


Un film qui retourne littéralement une rue de Paris, qui fait se pencher inexplicablement un verre d’eau et qui voit deux hommes se combattre au plafond pendant qu’une toupie ne cesse de tourner… Ou comment écrire un papier sur un film qui pour l’instant ne veut rien dire.
Cette bande annonce qui défie étrangement toutes les lois de la gravité, ce futur OFNI qui débarque bientôt dans les salles, c’est le nouveau Rubik’s Cube mental de Christopher Nolan.

Entre deux Batman célébrés par le  public et la critique, le réalisateur aime retourner à ses petites obsessions et faire ses petits films d’auteurs, complètement dégagés des contraintes de l’énorme machinerie des blockbusters. Et on ne peut pas lui en vouloir de nous faire languir entre deux aventures de l’homme chauve souris quand il nous livre des films comme le Prestige, duel au sommet de Batman et Wolverine, ici en magiciens concurrents qui s’affrontaient à qui aura le meilleur tour et qui participaient ainsi à la révolution industrielle.

Alors que le troisième volet de Batman n’est toujours pas officialisé, même si les deux principaux scénaristes David Goyer et Jonathan Nolan ont annoncé s’être remis au travail, le réalisateur, repus du succès colossal du Dark Knight, annonce début 2009 qu’il veut faire un petit film de SF au titre énigmatique d’Inception, qui ne connaît d’ailleurs qu’une traduction québécoise d’Incursion.

Ecrit par Nolan lui-même, sans l’aide d’autres scénaristes, le réalisateur a avoué que c’était la son plus gros challenge. Voilà pourquoi il veut garder le scénario secret, et la surprise, totale. Les acteurs ont interdiction même d’en parler. Nolan aime à conserver cet effet de découverte quand on entre dans la salle obscure, plaisir perdu depuis une mode des bandes-annonces qui veulent en montrer des tonnes. Impossible donc de savoir dans quel contexte se situe le film, entre science fiction et polar, à part qu’il se situerait dans « l’architecture de l’esprit ». Une chose est sûre : avec l’annonce progressive du casting, le petit film intimiste de Nolan prend des airs de superproduction avec un budget qui avoisine les 200 millions de dollars.

 


 

C’est Leonardo DiCaprio qu’on retrouve dans le rôle titre. Après Shutter Island de son ami et maître Scorsese, 2010 est vraiment son année. Et surtout une volonté affichée de sortir de ses rôles de grands hommes pour rentrer dans les méandres d’esprits malades et tordus. Léo, le nouveau héros des films de David Lynch ou Vincenzo Natali ?
A ses côtés on retrouve la jeune Ellen Page qui joue son élève, sa pupille dans l’étrange monde dans lequel il évolue. Elle devrait devenir ainsi le référent indirect du spectateur.
A leurs côtés, on retrouve des fidèles du réalisateur puisque le grand méchant qui ferait chanter Léo n’est autre que Ken Watanabe, le premier Ras Al Ghul de Batman begins. Cillian Murphy, ex-épouvantail, n’est pas loin non plus, ainsi que le majordome Michael Caine, pour un rôle encore inconnu.
Mais le casting est aussi international, puisqu’on retrouvera la frenchie Marion Cotillard, en femme du héros comme dans Public enemies, ainsi que l’acteur british Tom Hardy, révélation de Bronson et qui fait ici ses premiers pas dans les superproductions.

 


 

Qui dit casting international, dit tournage aux quatre coins du monde : Japon, Londres, Tanger, Maroc, Canada, et vous les avez peut-être même vu passer à Paris, sur le Pont Bir-Hakeim.
Nolan a laissé entendre que le film se passerait au delà de simples décors exotiques, mais aussi dans plusieurs dimensions. Le polar fantastique prend alors alors des allures de film de SF pointue.

Cette idée que le film joue avec des concepts métaphysiques se poursuit jusque dans le trailer : « Qu'y a t-il de plus résistant comme parasite ? une idée. Elle peut ériger des villes, elle peut transformer le monde et changer entièrement la donne. Voilà pourquoi… je dois la voler ! » martèle DiCaprio tout le long de la bande annonce.

 

 



Inception s’annonce donc comme une immense course poursuite avec des scènes d’actions de plus en plus maîtrisées depuis le passage de Nolan sur Batman, et qui cherche à lutter contre nos concepts d’idées, d’espace et de temps.
Par ce film, Nolan revient ainsi à ses premières obsessions, dans le ton d’Insomnia ou de Memento, où un homme suivait le fil de sa vérité tatouée partout sur son corps.

« Ca n’avait pas beaucoup de sens pour beaucoup d’entre nous » a confié Leonardo DiCaprio lors sa promotion de Shutter Island « Nous avons dû faire notre propre enquête pour comprendre de quoi parlait le film ! »

Nous sommes justement en mesure d’un peu plus l’aider, car Nolan en a dévoilé davantage : une organisation dont ferait partie DiCaprio serait capable de pénétrer l’esprit des gens, par une technologie d’injection (futur titre français du film ?). L’équipe de DiCaprio, composée de Cilian Murphy, Tom Hardy et Joseph Gordon-Levitt, tenterait notamment d’entrer dans l’esprit de certaines personnes pour leur voler leurs rêves…
A partir de là, tous les délires et théories sont possibles : cette technologie se retourne contre eux et leur échappe, un policier tente d’exposer leurs pratiques au monde réel, quelqu’un les piège dans son propre esprit et les balade dans un monde sans repères…

 


 

Au croisement de Philip K Dick, des décors surréalistes de Dali ou de la ville de Dark City, matiné de polar urbain, Inception a tout pour être le prochain film abstrait dont on ne cessera de parler dans la prochaine décennie. On sait combien le réalisateur aime mélanger les genres, en atteste sa vision des superhéros, mais son film peut aussi bien révolutionner le concept de blockbuster intelligent, comme se prendre les pieds dans son propre sac de nœuds à la Lost.
Frustré de ne pouvoir en dire plus, Joseph Gordon-Levitt a avoué récemment qu’il était pourtant pressé de discuter plus amplement des thèmes du film. Il n’est pas le seul.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire