Nos suites préférées de l'histoire du cinéma

Jean-Noël Nicolau | 25 août 2009
Jean-Noël Nicolau | 25 août 2009

La suite, officielle ou non, digne ou non, est un élément essentiel du 7e art. Opportuniste ou soigneusement conçue, versant dans la surenchère ou au contraire tombant dans les tréfonds de l'exploitation fauchée, les suites sont devenues incontournables pour le moindre film ayant un peu de succès. Pour le meilleur et pour le pire, donc. Et à la rédaction d'Ecran Large nous avons préféré vous proposer un retour sur les plus grandes réussites. 

 

 

Stéphane Argentin

Terminator 2

Plus qu'une révolution visuelle qui changea à jamais la face du Septième Art avec des effets qui, de surcroît, n'ont pas pris une ride, T2 est également l'un des tous meilleurs blockbusters de l'histoire du cinéma (LE meilleur ?). Ce qu'aurait pu/dû être le premier Terminator qui intronisa un futur cinéaste visionnaire : un certain James Cameron. À découvrir de préférence dans sa version director's cut, inédite en salles. 

 

 

 

Lucile Bellan

Les Bronzés font du ski

Il fallait bien que la France soit représentée dans ce classement, et surtout par le biais de son genre le plus représentatif et le plus respecté : la comédie. Alors bien sûr, on aurait pu citer des chefs d'œuvre comme Jet Set 2, Les Randonneurs 2, Le Cœur des hommes 2 ou encore Camping 2. Mais à Ecran Large, on est pour les choix radicaux et courageux. L'heureux élu est donc bien sûr... Les Bronzés font du ski ! Avec ses répliques cultes et ses situations cocasses qui font rire encore 30 ans après, le film du Splendid est sans conteste la suite la plus réussie du cinéma français. Mais de là rester Amis pour la vie, faut pas déconner !

 

 

 

Flavien Bellevue

The Dark Knight

Avec Batman begins, le réalisateur Christopher Nolan avait su remettre sur rail la franchise Batman avec élégance, mais c'était sans compter sur une  suite au scénario d'une rare noirceur. Nolan signe alors une des meilleures suites de films de super-héros et offre à Heath Ledger son meilleur rôle : l'imprévisible Joker. Tadaa !!!

 

 

 

Jean-Frédéric Chaleyat

Rambo 2

Dans la même veine qu'Aliens (Cameron est aussi ici à l'origine du scénario), Rambo 2 est la suite qui explose tout. A des années lumières du drame puissant de First blood (où pour rappel, Rambo ne tue personne), Rambo 2 est un authentique film bourrin qui sacrifie tout, mais alors tout, à l'efficacité du « spectacle » guerrier. En prime, des punchlines jouissives pour l'éternité: "Ce que vous appelez l'enfer, il appelle ça chez lui."

 

 

 

Thomas Douineau

Toy Story 2

Seul Pixar pouvait faire une suite supérieure à son premier film, Toy Story, qui a révolutionné durablement l'univers du dessin animé puisqu'il fût conçu entièrement en images de synthèse. Le deuxième volet est encore plus fort : plus trépignant, plus drôle, plus référentiel, plus intelligent, plus maîtrisé... Des qualificatifs qui s'appliquent rarement à une suite directe.

 

 

 

Ilan Ferry

Evil dead 2

Sam Raimi s'autorise toutes les folies dans cette suite Bigger, Better et Louder, faisant ainsi subir à un Bruce Campbell en voie d'iconisation, les pires outrages ! Six ans avant Brain Dead, Raimi invente le cartoon horrifique, mariage parfait entre gore et humour dans un joyeux maelstrom foutraque mais tellement bon !

 

 

 

Julien Foussereau

Ghost in the Shell 2 : Innocence

Le premier volet avait apporté la reconnaissance au sous-genre de l'anime à tendance cybernétique. L'accueil glacial de Innocence, sa suite, fut fort regrettable tant sa quête de perfection plastique, et philosophique envoie valdinguer tous les recyclages connus. D'une profondeur vertigineuse, Innocence poursuit les thèses kantiennes et cartésiennes sur la perception trompeuse, l'espace et le temps. Il met en évidence comme rarement le désespoir tragique de ces êtres solitaires écrasés par tant de perfection et de froideur technologique qu'il faille en passer par une redéfinition du sentiment amoureux. Magistral.

 

 

 

Sandy Gillet

Mad Max 2

Une suite qui vaut toujours aujourd'hui son pesant de cacahuètes et qui contient l'une des poursuites de bagnoles / camion / hélicoptère les plus efficaces au cinéma. Bref le genre de film que l'on peut revoir à l'infini et qui est supérieur en bien des points au premier par ailleurs cultissime ! C'est dire. 

 

 

 

Vincent Julé

Blade 2

Avec son Wesley Snipes adepte du cuir et sa douche de sang, Blade avait une identité et ses moments. Qui aurait cru alors que Guillermo del Toro transcenderait la notion même de suite avec Blade 2. Fini les présentations à la X-Men 2 ou les remakes à la Spider-Man 2, ici, le spectateur a ce qu'il demande : de l'action bourrine, une mise en scène virtuose et des combats en veux-tu, en voilà ! Qui plus est, terminer son film par une scène d'une beauté et d'une poésie à faire chialer le plus endurci des fanboys, c'est ce qu'on appelle la classe.

 

 

 

Thomas Messias

Le Parrain 2e partie

Cette suite constitue sans doute le sommet de la trilogie Corleone, notamment parce qu'elle entretient brillamment la mythologie de la famille en mettant en parallèle les trajectoires des deux derniers chefs de clan : Vito, le père, dont on suit l'ascension de la Sicile jusqu'à New York, et Michael, le fils et successeur, qui découvre la difficulté de gérer une famille perturbée et une entreprise sans cesse vacillante. Une fresque magnifique, sanguine et bouleversante, hommage de Coppola aux émigrants italiens et adaptation majestueuse de l'oeuvre de Mario Puzo.

 

 

 

Jean-Noël Nicolau

Batman, le défi

Grâce au succès historique du premier film, Tim Burton obtient un peu plus de liberté sur cette suite. Par on ne sait quel miracle, il parviendra à détourner l'attention de tout le monde pour délivrer le blockbuster le plus fou de l'histoire du cinéma (et accessoirement son meilleur film). Sexe, violence, vices et outrances esthétiques viennent égayer la vision la plus idéale du mythe du Dark Knight (et celui de Christopher Nolan peut bien retourner se cacher). Un grand cirque des horreurs, ode à la sublime laideur, bouleversant, unique... Et, bien sûr, il y a Catwoman, LE fantasme absolu.

 

 

 

Laurent Pécha

Aliens

"This time, it's war." Film défouloir ultime, roller coaster d'action et de frissons démentiel, Aliens réprésente la suite absolue et parfaite. Celle qui parvient à créer l'exploit de tenir la comparaison avec son modèle original, chef d'œuvre du genre tout en créant sa propre mythologie. Sigourney Weaver trouvait là le rôle d'une vie. Aliens fait partie de la poignée de films que je peux voir à l'infini. Malgré un CV de fou, James Cameron n'a jamais fait mieux. Get away from her, you bitch !

 

 

 

Didier Verdurand

L'Empire contre-attaque

Le scénario est parfaitement huilé, les scènes d'action sont d'anthologie (la bataille sur la planète enneigée Hoth est peut-être même la meilleure scène de la saga) mais surtout, L'Empire contre-attaque nous présente un personnage hors du commun qui deviendra instantanément la « mascotte » de millions de cinéphiles : Yoda. Vous en connaissez beaucoup des personnages aussi mythiques (nain de surcroît), apparus dans une suite ? Quant à la vision de Han Solo dans son bloc de carbonite, elle m'a empêché de dormir pendant 3 ans. Jamais de ma vie je n'ai attendu un n°3 avec autant d'impatience - pour être un peu déçu mais c'est une autre histoire...

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire